Ainsi Alain Cartier ne peut entraîner La Louvière en raison de représailles exercées par l'UEFA à l'encontre de la France et de ses mesures protectionnistes. Bizarre dans le cadre de la libre circulation au sein de la Communauté européenne mais admettons.
...

Ainsi Alain Cartier ne peut entraîner La Louvière en raison de représailles exercées par l'UEFA à l'encontre de la France et de ses mesures protectionnistes. Bizarre dans le cadre de la libre circulation au sein de la Communauté européenne mais admettons. Selon l'UEFA, il faut qu'un membre du staff soit en possession d'un diplôme reconnu : alors, La Louvière inscrit Frédéric Tilmant au cours et l'affaire est réglée. Difficile de trouver plus absurde : on refuse à une personne diplômée le droit d'exercer mais on autorise un adjoint, qui n'a même pas encore co-dirigé son premier entraînement, à le faire. Fred n'est certainement pas plus bête qu'un autre et va réussir son examen (à propos mis à part Enzo Scifo pour absentéisme, qui a raté ?) mais c'est un peu comme s'il suffisait de s'inscrire à la faculté de Droit pour exercer en tant qu'avocat. J'ai l'impression que cette Licence Pro sert à accorder un passe droit aux anciens internationaux et à légitimer certaines situations quand des clubs comme le Standard désigne un entraîneur comme Dominique D'Onofrio, qui avait quand même une expérience dans les séries inférieures, ou Charleroi bombarde Dante Brogno, qui n'en avait aucune. Franchement, je ne comprends pas pourquoi il faille tant avantager les ex-internationaux parce qu'ils ont milité dans des grands clubs et ils en connaissent le fonctionnement. Mais il y a quand même une grande différence entre le fait d'être un joueur chouchouté et celui de coach. Et puis, sur un plan purement tactique, ce n'est pas parce que l'on a été international que l'on décortique mieux le jeu de l'adversaire et que l'on est plus capable de donner une leçon de théorie qu'un autre joueur. La preuve : Ariel Jacobs ou Emilio Ferrera n'ont rien à envier à Franky Van der Elst ou HugoBroos. En outre, dans Sport/Foot Magazine, j'ai lu en son temps que certains candidats entraîneurs, dans le cadre de leur stage à l'étranger, étaient allés rendre une visite à Arsène Wenger avec lequel ils avaient discuté pendant plusieurs heures . J'avoue que cela doit être intéressant de rencontrer un tel monsieur mais franchement est-ce qu'on comprend mieux le discours du coach d'Arsenal quand on a été international ? Charles Florentin, Manage