Le champion semblait vivre un été tranquille. Juste avant son départ pour l'EURO, Meunier avait signifié qu'il s'attarderait encore un temps à Bruges. Il restait sur une saison irrégulière et les clubs étrangers ne faisaient pas précisément la file pour l'arrière droit. En plus, la Ligue des Champions était une perspective attrayante. Puis il a reçu sa chance sur la scène européenne, s'attirant la convoitise de clubs français et italiens. Le Club n'a ni pu ni voulu s'opposer à son départ et le Paris Saint-Germain a déboursé la somme requise sans broncher.
...

Le champion semblait vivre un été tranquille. Juste avant son départ pour l'EURO, Meunier avait signifié qu'il s'attarderait encore un temps à Bruges. Il restait sur une saison irrégulière et les clubs étrangers ne faisaient pas précisément la file pour l'arrière droit. En plus, la Ligue des Champions était une perspective attrayante. Puis il a reçu sa chance sur la scène européenne, s'attirant la convoitise de clubs français et italiens. Le Club n'a ni pu ni voulu s'opposer à son départ et le Paris Saint-Germain a déboursé la somme requise sans broncher. Dierckx, dont le contrat venait à échéance dans un an, a rejoint l'Antwerp, tandis que le jeune et talentueux médian Coopman est loué un an à Zulte Waregem. Bruges rehausse encore la barre. La patience des jeunes issus de son école va sans doute être encore un peu plus mise à l'épreuve. La hiérarchie est immuable dans le but : Butelle, Bruzzese et Teunckens. Suite au départ de Meunier et de De fauw, qui est retourné à Zulte Waregem, il ne restait plus que le jeune Cools (20 ans) à l'arrière droit, ce qui contraint le Club à en chercher un autre. Van Rhijn, le troisième Néerlandais du noyau A, est chevronné : âgé de 25 ans, il a de l'abattage et est fort sur le plan offensif. Denswil, son ancien coéquipier à l'Ajax, a convaincu Preud'homme l'année dernière, à l'arrière central gauche, pendant la blessure de Poulain. Engels a raté l'EURO à cause de sa blessure à l'aine mais une bonne saison au coeur de la défense peut l'aider à rejoindre sa destination de rêve, la Premier League. De Bock a reconduit son contrat jusqu'en 2020 et est hors-catégorie sur le flanc gauche brugeois. C'est sans doute l'ultime saison de Simons, la personnification de la rage de vaincre du Club pendant les PO1 mais l'acquisition d'un nouveau médian central était la priorité absolue. Avec Pina, qui peut également jouer plus haut, le Club espère insuffler plus de bagage footballistique dans l'équipe, même si l'Espagnol accuse un retard de préparation : son dernier match officiel pour Villarreal remonte au 5 mai : c'était le match retour des demi-finales d'Europa League à Liverpool. Devant Pina, les places semblent distribuées : Vormer à droite, élu joueur le plus méritant par les supporters, et l'infatigable Vanaken, décisif en PO1 avec quatre buts et autant d'assists. Le bilan du Limbourgeois après sa première saison : 12 buts et 12 assists. L'entrejeu n'est pas très peuplé, avec le seul Claudemir (qui reste jusqu'en 2019) comme doublure, même si Refaelov peut également jouer dans la deuxième ligne. Pereira peut disposer pour le moment, Wesley reste troisième avant après Vossen (16 buts, 3 assists) et le numéro un Diaby (20 buts, 12 assists), qui est cité depuis le début de l'été en Espagne et en Turquie. Au terme d'une saison de blessures - il n'a pas joué 1.300 minutes en 21 matches -, la préparation de Refaelov a encore connu des hiatus, cette fois à cause de problèmes à l'aine. S'il devait être opéré, Gedoz serait sa première doublure sur le flanc droit : il est sans doute meilleur intrinsèquement mais le corps de l'artiste brésilien est aussi fragile et sa tête parfois dans les nuages. L'explosif et insaisissable Izquierdo réalise des actions à gauche. Storm, de retour de Zulte Waregem, est sa doublure. Peu de possibilités de remplacement, à moins que Bolingoli ne puisse sortir du carcan défensif qu'on lui a imposé. Preud'homme et Clement, revalorisé, peuvent préparer en paix le début du championnat, puisque le Club est dispensé des tours préliminaires en Europe. Le premier titre a été fêté comme une libération et avec un entraîneur aussi passionné, il y a peu de risques que l'équipe se repose sur ses lauriers. Le Club aborde une saison symbolique, durant laquelle il fête ses 125 ans. Il a la possibilité de l'embellir par une belle campagne européenne et un quinzième titre national. PAR CHRIS TETAERT