Johan Musseuw, le citoyen le plus célèbre de Gistel, adore le football mais il était à Disneyland avec sa famille, histoire de profiter de ses vacances, entre deux saisons cyclistes, et n'a pu assister à la visite de Charleroi sur ses terres natales. DanteBrogno, qui a repris le maillot de leader des épaules d' Etienne Delangre, contraint à l'abandon et remplacé durant l'échappée de Lokeren par le duo Khalid Karama- MarioNotaro, savait que ce ne serait pas une course facile.
...

Johan Musseuw, le citoyen le plus célèbre de Gistel, adore le football mais il était à Disneyland avec sa famille, histoire de profiter de ses vacances, entre deux saisons cyclistes, et n'a pu assister à la visite de Charleroi sur ses terres natales. DanteBrogno, qui a repris le maillot de leader des épaules d' Etienne Delangre, contraint à l'abandon et remplacé durant l'échappée de Lokeren par le duo Khalid Karama- MarioNotaro, savait que ce ne serait pas une course facile. Il y a des étapes de transition qui en apprennent plus, sur une équipe, que l'escalade des cols brugeois, anderlechtois, etc. Le succès décroché à Gistel, en seizièmes de finale de la Coupe de Belgique était important. L'équipe des polders ne fréquente qu'une série promotionnaire mais c'est la joie d'un moment attendu depuis avril de la saison passée qui était importante. Il y avait sept mois, depuis un succès contre Alost, que Charleroi n'avait plus gagné un match officiel. C'est donc le premier succès de la saison des Zèbres, heureux mais calmes sur la ligne d'arrivée. Il y aura d'autres sprints plus délicats cette saison. Dante Brogno le sait mais, n'empêche, même si tout ne fut pas parfait à Gistel, son retour est gagnant. Cette qualification (1-3), c'est un paquet de vitamines pour une équipe qui est toujours sous perfusion. La victoire est le seul produit dopant qu'on puisse recommander à une équipe. Pas difficile: au coup de sifflet final, les Zèbres jetèrent leurs maillots vers leurs supporters comme s'ils avaient gagné la Coupe du Monde. C'est dire si ce succès leur allait droit au coeur. Les fans ont surpris Dante Brogno en exhibant des photocopies d'un de ses portraits dans la tribune. Serait-ce une des résultantes d'un nouvel effet Scifo? "Non, c'est un effet carolo!", a-t-il tout de suite rétorqué. Dante n'était pas tombé dans le piège. Il n'a pas l'habitude de perdre sa route au premier détournement. En fin de semaine passée, la mine ambitieuse et le regard décidé de Dante Brogno étonnaient à Charleroi où les têtes étaient, petit à petit, rentrées entre les épaules. Dante Brogno ne tarda pas à mettre le grand braquet avec une méthode et un discours s'inspirant visiblement de ce qu'il avait vécu sous la baguette de Luka Peruzovic et de Robert Waseige. Tactiquement, il a tout de suite revu l'organisation de sa défense et, à Gistel, la ligne arrière à plat chère à Etienne Delangre n'était plus qu'un souvenir. "Quand on construit une maison, on ne commence pas par le grenier", dit-il. "Charleroi encaissait trop de buts. Cette équipe n'avait pas les moyens de jouer à plat. J'ai donc décidé de verrouiller ce secteur d'une autre façon, plus réaliste et rigoureuse. Mais cela ne peut tenir la distance que si tous les pans de l'équipe fassent aussi preuve d'un nouveau dynamisme". Un premier entraînement applaudiLe mot est lâché: dynamisme. "J'y ajoute tout de suite volonté", dit Dante Brogno. Le coach dégraissa tout de suite son noyau la semaine passée. Cinq joueurs furent aiguillés vers le noyau B: Ronald Foguenne, Daniel Calvo et trois jeunes: Milambo, Bakouche et Boukamir. Pour les gamins, pas de problèmes: ils ont humé l'atmosphère des pros et ils retrouvent le fil normal de leur carrière avec MarioNotaro. L'avenir leur appartient mais ce n'est pas le cas des deux premiers cités. "Pour eux, oui, la porte est fermée mais je n'ai pas jeté la clef ", avance Dante Brogno. Calvo ne s'est jamais imposé et Foguenne passe d'une blessure à l'autre depuis qu'il est à Charleroi. Pour lui, le noyau était trop large et il était impossible d'instaurer un nouveau régime dans ces conditions. "Je veux un véritable esprit de groupe", lance Dante Brogno. "Chaque minute est comptée. Nous n'aurons pas de temps à consacrer à autre chose qu'à notre but: le maintien. Pour être le plus performant possible, il fallait que je dégraisse tout de suite. La discipline a été revue et il y a à nouveau une hiérarchie. Dans ce groupe, on doit savoir qui est qui: il y a les anciens, les leaders et les autres". A la fin du premier entraînement, le groupe a spontanément applaudi. Adrian Aliaj avait déclenché le mouvement. Histoire de dire, aussi, qu'il était temps de se remettre en question. La séance avait été préparée par Michel Bertinchamps et surveillée de près par Dante Brogno. Avant le match de Gistel, certains dirigeants se demandaient si les Zèbres n'avaient pas eu tort de ne pas acheter le droit de jouer chez eux. Les Flandriens étaient demandeurs pour 10.000 euros. Abbas Bayat préféra repousser cette possibilité. Les caisses ne sont pas bien garnies et, au moment de trancher, il ne savait pas que son équipe serait dirigée par Dante Brogno lors de ce match de Coupe de Belgique. Une "première" de Dante dans son antre préférée aurait fait recette. Mais une qualification est aussi une façon d'attirer supporters et chalands pour la visite du GBA samedi prochain au stade du Pays de Charleroi. Herreman liberoLa philosophie tactique sera la même que celle développée à Gistel. Deux jours avant le voyage à la mer, Dante Brogno avait dit, à mots couverts, qu'un libero serait désormais à l'ordre du jour. Il étonna en retenant Ibrahim Kargbo dans la liste des médians. La vérification ne tarda pas sur le carréd'étoffe végétale de Gistel. Brogno opta pour un système des plus classiques: 5-3-2 en perte de balle, 3-5-2 en cas de construction. Hors-jeu, pressing haut et tutti quanti du même ordre, oublié pour de bon. Devant l'impeccable Istvan Dudas (blesssé aux adducteurs et remplacé par KevinBoone au repos), le nouveau patron carolo plaça Frank Defays et Mohammad RezaMahdavi en marquage strict sur les deux attaquants adverses. Le tout était de savoir qui serait chargé de diriger la défense, d'être l'homme libre en décrochage afin que le filet soit toujours bien tendu. Les nouvelles mesures défensives semblaient disproportionnées au regard des forces adverses mais, en plus de l'obligation de décrocher la qualification, Dante Brogno réglait le moteur pour la suite de la saison. En début de match, il y eu des ratés dans les marquages. Toni Herreman para au plus pressé, tout comme Istvan Dudas qui stoppa le tir d'un adversaire s'étant présenté seul face à lui peu avant le repos. Herreman rassure et Dante Brogno pouvait avancer Ibrahim Kargbo au centre de la ligne médiane. C'est à la fois une trouvaille et un retour à la case départ pour ce joueur. Etienne Delangre avait déjà songé à cette solution mais sa liste de blessés était trop importante. Kargbo a du potentiel mais n'est pas assez mûr ou serein pour diriger une défense. Là, quand il commettait une erreur, cela se payait cash. Dante Brogno lui a beaucoup parlé en semaine. Il l'a incité à contrôler une fougue qui lui a déjà coûté cinq matches de suspension cette saison, c'est énorme. A côté de Badou Kere, il a balayé le centre du terrain. "J'ai besoin de son activité afin de tonifier la production de la ligne médiane", a avancé Dante Brogno. Tout sera parfait le jour où ses efforts seront prononcés pour le collectif et pas en solo sans regarder autour de lui. Il ne jouera pas contre le GBA: cartes jaunes obligent. Remis de sa malaria, Kere est à côté de ses pompes. Ce n'est la première fois cette saison qu'il règle ses comptes, écope d'une carte rouge et met ses équipiers dans le pétrin. Pour le moment, le Burkinabé n'est pas fiable.Eduardo, meilleur Zèbre à Gistel Dès sa montée au jeu, Adrian Aliaj fut infiniment plus utile que lui. L'Albanais est le seul Zèbre capable de distribuer le jeu et d'atteindre les deux express, Alexandre Kolotilko et Eduardo. Aliaj garda bien la balle en fin de match et sauva même deux ballons chauds sur la ligne. Selon lui, le premier avait même franchi la ligne! A ce moment-là, Gistel était revenu à 1-2 et la suite aurait été corsée en cas d'égalisation. Sur l'aile droite, Gauthier Remacle travailla beaucoup, de même que Fabrice Lokembo à gauche. Grégory Dufer sort du trou. DaryiushYazdani était blessé et absent. Si Toni Herreman a été le plus appliqué, Eduardo fut le meilleur Zèbre à Gistel. Il a eu son pied dans la confection du premier but, lança Kolotilko en profondeur sur le second avant de concevoir, de préparer et de réaliser le but de la délivrance. Eduardo est excellent pour le moment. Kolotilko retrouve du poil de la bête et on sent que ses relations sont bonnes avec Dante Brogno alors que ce n'était pas tout à fait le cas avec Delangre. Quand les deux éléments de la ligne d'attaque sont en forme, cela déménage. En début de saison, le président Abbas Bayat avait déclaré que les Zèbres pouvaient être les Coréens du championnat de D1. C'est-à-dire faire partie du carré de têtecomme les Diables Rouges asiatiques à l'occasion de la Coupe du Monde. C'était une ambition, un rêve et une pression trop écrasante pour un groupe trop court qui pédala tout de suite dans la semoule. Avec Dante, le discours est différent. Charleroi, c'était le Radeau de la Médusedepuis des mois: le vent a baissé à la mer, via la Coupe de Belgique, mais Dante Brogno sait que ce ne sont que les premières couleurs d'un nouveau tableau: celui du sauvetage?Pierre Bilic"Ce n'est pas un nouvel effet Scifo, c'est un effet carolo"Aliaj a sauvé deux buts sur la ligne