Alors que tout le Pays Noir s'inquiète à propos de son Sporting, Sclessin est, progressivement, sorti du trou. Charleroi a la grippe tandis que le Standard a tué les microbes qui minaient sa santé.
...

Alors que tout le Pays Noir s'inquiète à propos de son Sporting, Sclessin est, progressivement, sorti du trou. Charleroi a la grippe tandis que le Standard a tué les microbes qui minaient sa santé. Le match des huitièmes de finale qui opposera les frères ennemis du football wallon tombe donc au bon moment pour les tuniques rouges, au mauvais pour la tribu de "Zèbre positif",Dante Brogno. Ce dernier fumera-t-il enfin le calumet de la paix avec les braves de Sclessin? Se concentre-t-il d'abord sur le championnat ou imagine-t-il un remake de la bataille de Wounded Knee pour ses adversaires? "Bison tranquille", le nouveau grand chef blanc de la Meuse prépare-t-il un nouveau plan de bataille pour la circonstance ou fera-t-il confiance à ses troupes habituelles? Dominique D'Onofrio a désormais quelques scalps à son palmarès. Y ajoutera-t-il celui du grand sachem carolo? "Un match de Coupe n'est jamais joué à l'avance", dit Régis Genaux. "En principe, il n'y a pas photo entre les deux équipes. Pourtant, Charleroi a des arguments malgré un premier tour plus que miteux en championnat. Pour les Carolos, c'est le moment ou jamais de terminer sur une note positive. En cas d'exploit au Standard, ils pourront passer de bonnes fêtes de fin d'année. Rien de tel avant de se lancer dans la deuxième moitié du championnat qui, pour eux, sera celle de la vie ou de la mort." "Charleroi est anémique"Régis sait que la donne sera très compliquée pour la lanterne rouge de la D1. Dante Brogno a beau retourner le problèmes dans tous les sens, Charleroi est carrément anémique. "Cette équipe n'est pas inférieure à une demi-douzaine de ses adversaire", souligne Régis Genaux. "Moralement, elle est dans la cave car tout se retourne sans cesse contre elle. Même Gaston Lagaffe ne commettrait pas autant de bourdes que ses joueurs. Il y a toujours quelque chose qui flanche quand le renouveau pointe à l'horizon. Contre La Louvière, Istvan Dudas a foiré alors que c'est un des meilleurs gardiens de l'élite. Or, si Charleroi avait pu préserver plus longtemps son avance, je suis persuadé qu'un gars comme Eduardo aurait pu placer un de ses contres. Les Zèbres me font mal au coeur. Si un tel club descendait en D2, ce serait d'autant plus une catastrophe que leur situation financière inquiète pas mal de monde". La défense des Zèbres passe des moments de doute après avoir été le secteur le plus solide de cette phalange. "Elle doute car la tension est permanente quand on ne marque pas assez", dit-il. "Chaque but encaissé est une catastrophe. L'équipe devine qu'elle ne marquera pas deux fois et le train déraille. Le jeune Stéphane Ghislain a fait son entrée au coeur de cette défense. Il faudra être patient avec lui. On ne devient pas un patron de défense à 18 ans. Mais c'est la preuve, une fois de plus, que Charleroi a une bonne école de jeunes. A chaque changement de direction, ce sont les jeunes qui passent à la trappe. Milan Mandaric était venu avec des gars de l'Est et on a vu débarquer pas mal d'Iraniens ces derniers temps. Les jeunes ont trinqué car d'autres avaient la priorité. On redécouvre les enfants de la région, c'est bien. Charleroi en a toujours formé beaucoup: Philippe Albert, Dante Brogno, Marco Casto, Daniel VanBuyten, Roch Gérard, Alexandre Teklak, Olivier Suray, etc. Ils symbolisaient le club et je ne comprends pas pourquoi tant de cercles ont snobé la formation des jeunes. En Hollande, Ajax montre la voie à suivre et en est revenu à ses jeunes, à des gamins qui jouent même en Coupe d'Europe à 18 ans. Ici, on mise un peu trop sur les vieux, le métier, l'expérience. Quand c'est bon, c'est bien même si c'est jeune. A 18 ans, on doit déjà voir si un joueur est taillé pour la D1 ou pas. Dante fait bien de lancer un gamin s'il est bon. La jeunesse,c'est l'or et le sang d'un club. N'est-il pas plus agréable d'être la rampe de lancement d'un Daniel Van Buyten que le premier club européen d'un joueur moyen? Ghislain doit être ménagé. Sans cela, on le grillera. Dante Brogno semble avoir exilé Frank Defays sur la droite. C'était sa place à Namur mais je le sens plus à l'aise dans l'axe. Charleroi n'a déjà pas de patron en défense et si Defays doit émigrer sur le flanc, ce problème est encore plus criard. Ibrahim Kargbo a du potentiel mais il ne pense pas encore assez au collectif. Il a besoin de Defays à côté de lui. Gauthier Remacle est tout indiquéau back droit. Physiquement, il est très fort. Le reste devrait suivre même s'il stagne depuis son arrivée à Charleroi. Gauthier a douté comme d'autres car tout le monde est dans ses petites chaussures au Mambourg. A mon avis, Remacle aurait été plus à l'aise dans un club comme Mons, Mouscron ou Gand où la pression est moins forte. Cela dit, c'est un bon back droit. Les problèmes sont plus visibles à gauche". Dante Brogno a du pain sur la plancheMais les problèmes les plus criards se situent au centre de la ligne médiane. "Elle ne trouvera son équilibre qu'avec des renforts",certifie Régis Genaux. "Il y a urgence. Personne n'est capable de gérer le jeu. Un patron donnerait une autre dimension à Kere ou Yazdani, qui sont dépassés par les événements. C'est une nécessité tellement évidente que Dante Brogno aligne parfois Grégory Dufer dans l'axe. Or, Greg est d'abord un ailier de débordement. Il est dommage de se priver de ce potentiel. Adrian Aliaj a assez de métier pour dépanner mais Charleroi ne s'en sortira pas sans un grand général, un leader qui en impose aux autres". L'attaque carolo est moins démunie: "Les Zèbres ont un des attaquants les plus intéressants de D1: Eduardo. Il est certes un peu trop individualiste mais il ne se décourage jamais, fonce, sprinte, tente sa chance, etc. Il marque, ce qui n'est pas facile quand on a la corde autour du cou. Sa production serait meilleure avec une ligne médiane ayant plus de poids. Je ne comprends pas la baisse de régime d' Alexandre Kolotilko. A la fin de la saison passée, il avait été cité un peu partout. Pas normal de disparaître à ce point-là. Dante Brogno a du pain sur la planche". Chapeau, Dominique D'OnofrioLoin de ces doutes, le Standard a trouvé son rythme de croisière. Dominique D'Onofrio s'est fait un prénom, a imposé petit à petit sa griffe, sa vision du football. La saison passée, Régis Genaux n'avait pas toujours apprécié la hargne dont Dominique D'Onofrio faisait preuve sur le banc en criant sans cesse sur les joueurs. "Chapeau à son évolution et à la façon dont il a redressé la barre au Standard", avance Régis Genaux. "Je ne m'attendais pas à un départ aussi rapide de Robert Waseige. Avec le recul, je prétends que cette précipitation était une erreur. Robert Waseige aurait fini par briser la spirale négative. Dominique s'est retrouvé avec un groupe ébranlé sur les bras. Cet homme vit à 100% pour le football. Il a communiqué sa rage de vaincre au groupe. Il met du coeur à l'ouvrage et a réussi à se faire respecter par le groupe. Dominique a gagné ses galons à la sueur de son front. Etre le frère de Luciano D'Onofrio n'était pas un avantage. Que di contraire, il s'agissait bel et bien d'un gros handicap. Il a tout géré calmement et est resté extrêmement modeste dans le succès. C'est la preuve que l'homme est très solide et a des convictions qui tiennent la route. A mon avis, le Standard ne doit pas chercher ce qu'il possède à portéede la main". Régis Genaux a été très impressionné par la performance de son ancienne équipe à Genk. Les Rouches ont-ils trouvé pour de bon leur équilibre lors de ce voyage? Ils devraient, pense-t-il, réaliser un bon deuxième tour, prolonger leur redressement mais la Coupe de Belgique sera leur véritable bouée de secours. Dès lors, ils n'ont pas intérêt à snober les Carolos. Régis Genaux n'est pas sous le charme de Fabian Carini même s'il estime que la défense est équilibrée. "Le nouveau portier du Standard ne dégage pas encore une impression de grande sécurité", avance Genaux. "Il a été recruté à prix fort à la Juventus mais n'est pas supérieur à Filip Susnjara et à KhalidFouhami malgré une fameuse réputation. Pour le moment, ce n'est pas le successeur des Michel Preud'homme, Gilbert Bodart ou Vedran Runje dans la galerie des grands gardiens du Standard. Le meilleur arrière du Standard depuis le début de la saison c'est Onder Turaci. Son avenir se situe dans l'axe car il est à l'aise dans les airs, monte au bon moment, est toujours prêt à retrousser ses manches. Il ira loin et je le vois un jour dans un grand club européen. Joseph Enakharire n'est qu'un dépanneur. Quand Onder est décalé vers le centre, il peut jouer à droite mais Joseph est un peu court pour le moment. Par contre, je ne partage pas les critiques sur Rabiu Afolabi. Je le trouve impressionnant dans les airs, rapide, bon dans son marquage sur l'homme mais il doit apprendre à préserver son calme. Le Standard doit le garder et surtout pas le vendre maintenant car il vaudra cher plus tard. Bien entendu, il a besoin d'être entouré, mieux compris, conseillé et guidé sur le terrain. Je ne fais pas une croix sur Eric Van Meir. C'est un vrai pro qui reviendra au deuxième tour. Ivica Dragutinovic dépanne dans l'axe pour le moment mais sa place est à gauche où Gonzague Van Dooren rend des services. Son avenir est bouché à l'attaque mais on le balade trop. Je ne connais pas sa place préférée, finalement. Toutefois, une chose est sûre: il est animé par l'esprit Standard, joue où on lui demande de le faire et ne s'épargne jamais. Van Dooren a la mentalité positive indiquée". "Cela va mieux grâce à Walem"Si la ligne médiane de Charleroi est pâle, celle du Standard respire le calme et la maturité. "Le milieu de terrain liégeois a enfin retrouvé son équilibre", analyse Régis Genaux. " Fredrik Söderström y est pour beaucoup. Il excelle dans son rôle de pare-chocs: c'est un bon transfert. Mais si la ligne médiane va mieux, c'est d'abord grâce à Johan Walem. A mon avis, il était un peu fatigué après la Coupe du Monde. On n'évacue pas ce stress du jour au lendemain. Et Johan a une fois de plus été ébranlé par le climat spécial qui règne souvent au Standard. C'est dur, plus qu'avant. Or, Johan n'aime pas les affaires, les déclarations, les coups de gueule, etc. Il a eu le courage de demander de pouvoir jouer en Réserve. Quelle lucidité. Peu de grands joueurs en auraient fait autant. En général, ils accusent les autres, refusent leurs responsabilités. Johan a remonté la pente et est redevenu le penseur de la ligne médiane. Quand il se met en tête de distribuer le jeu, c'est clair et net. Johan est plus fort qu' Harald Meyssen dans ce rôle. Il était difficile de les unir sans rompre l'équilibre de l'équipe. Il n'en demeure pas moins que Meyssen est un très bon joueur. A droite, il y a désormais Walasiak. C'est du solide, de l'attentif, de l'athlétique. Jonathan écoute les anciens et demeure modeste, travailleur, toujours très calme. Il frappe à distance. Sa blessure lui a peut-être fait du bien. Jonathan s'est soigné loin des problèmes du groupe. Il n'a pas été touché par les misères qui ont miné le vestiaire. C'est le cas de tous les jeunes qui ont déclenché un grand courant d'air frais. Moreira a retrouvé son niveau. Quand il joue de la sorte, il est un des meilleurs joueurs du championnat. Il crée le danger, surprend, marque de très beaux buts et sert bien Ali Lukunku et Ole-Martin Aarst." Lukunku, prêt pour l'Angleterre?Régis Genaux est admiratif devant le potentiel offensif des Rouches: "Le Norvégien est redevenu un renard des rectangles. Il a l'art de bien se placer afin d'exploiter le moindre ballon devant le gardien adverse. La vraie star de cette attaque, c'est Ali Lukunku. Il a des problèmes existentiels au Standard. Ali est grand et fort mais il a un petit coeur et cela ne va pas quand on ne dialogue pas avec lui. Une petite blessure devient dès lors un immense problème. En début de saison, la direction a dit qu'il pouvait partir, que le Standard ne voulait plus de lui. Quant on connaît le bonhomme, c'est la meilleure façon de le décourager, de se priver de son potentiel. S'il pouvait résoudre sa fragilité musculaire, Ali Lukunku serait un géant du football européen. Je ne connais pas beaucoup de joueurs aussi puissants que lui. Quand il fonce, barrez-vous. A Genk, il a eu son pied dans quatre buts. Ali a frappé deux fois mais il a également signé un assist et été à la base d'une autre action décisive. Si des clubs l'ont suivi, ils en auront pris plein la vue. C'est un attaquant moderne. A mon avis, Ali devrait faire merveille dans n'importe quel grand club anglais. Je le définis simplement: c'est une bête. D'autre part, je ne comprends pas pourquoi le Standard liquide Michaël Goossens. Plus Standardman, que lui, tu meurs. Il fallait une tête de Turc. C'est lui. On a dit qu'il y avait des vipères dans le groupe. Mika n'est pas du tout un mauvais bougre. Celui qui a parlé de vipères n'est pas très clean et il se reconnaîtra tout de suite. Ce n'est pas le plus important: le Standard a indiscutablement les meilleures cartes pour voyager plus loin en Coupe de Belgique". Pierre Bilic"Carini n'est pas meilleur que les autres"