En janvier 2006, notre classement de la rédaction était dominé par les dirigeants. Hélas, ils ont déçu. A l'Union Belge et à la Ligue Pro, cela n'a pas cessé de grenouiller. Dans les clubs, certains se sont distingués de façon ridicule et parfois dangereuse en critiquant sans cesse l'arbitrage ou en menaçant la presse. Michel Preud'homme, le leader de notre dernier Top100, était l'homme des idées et du changement à Bruxelles. On le retrouve coach du Standard...
...

En janvier 2006, notre classement de la rédaction était dominé par les dirigeants. Hélas, ils ont déçu. A l'Union Belge et à la Ligue Pro, cela n'a pas cessé de grenouiller. Dans les clubs, certains se sont distingués de façon ridicule et parfois dangereuse en critiquant sans cesse l'arbitrage ou en menaçant la presse. Michel Preud'homme, le leader de notre dernier Top100, était l'homme des idées et du changement à Bruxelles. On le retrouve coach du Standard... Globalement, il était logique que les dirigeants cèdent la place au terrain et plus particulièrement aux joueurs. C'est aussi la tendance enregistrée dans le Top des Lecteurs auquel vous avez participé via notre site Internet (www.sportmagazine.be) en donnant la liste des personnalités incontournables du foot belge. NB : à côté du classement 2007, celui de 2006. S'il s'agit d'une nouvelle entrée, pas de classement 2006 évidemment mais le texte est coloré en jaune.Joueur, Bayern de Munich En Allemagne, les amateurs de football ont entendu parler de Froidchapelle, ce petit village situé près de Couvin et de Chimay où a commencé la magnifique aventure sportive de Daniel Van Buyten. Mais il y a 28 ans, les plus optimistes auraient plus facilement photographié le Monstre du Loch Ness que trouvé un futur géant du football européen dans les eaux du Barrage de l'Eau d'Heure à quelques reprises de volée de la maison des Van Buyten. Frans, le paternel, a toujours lutté dans la vie. Cet ancien catcheur professionnel n'a cessé de combattre pour que ses fils Alain et Daniel, s'adonnent eux aussi à la pratique active. En 1986-1987, ils terminent leur première saison à la JS Froidchapelle. Puis, on les retrouve à l'Olympic Charleroi (1991-1993), à Auvelais (1993-1994) et à Somzée (1994-1997). Personne ne prête vraiment attention à eux sauf Michel Bertinchamps, le préparateur physique de Charleroi. Robert Waseige insiste afin que les Carolos engagent la paire en 1997 : c'est le début de la grande aventure. Daniel signe des débuts tranquilles en D1 avec, en point d'orgue, un match intéressant à Lokeren où il met le géant Jan Koller dans sa poche. Le Standard consulte Waseige à propos des potentialités de la tour de Froidchapelle : avis positif sur toute la ligne. Luciano D'Onofrio fait croire à Charleroi, à court d'argent, qu'il ne s'intéresse qu'à Laurent Wuillot. Les Zèbres sont exigeants mais, finalement, glissent Big Dan dans l'enveloppe. C'est bingo pour les Rouches et la belle plante ne va plus cesser de croître. Back droit puis arrière central, il prend de plus en plus de place au Standard, s'avance dans le camp adverse quand il faut émerger de la taille. Le 28 février 2001, il fête ses débuts en équipe nationale contre Saint-Marin (10-1) mais c'est en Ecosse, un mois plus tard, le 24 mars, que le jeune Diable met ses atouts en évidence. En fin de deuxième mi-temps, il égalise de la tête sur corner (2-2) et préserve ainsi les chances de qualification de la Belgique pour la Coupe du Monde 2002 au Japon. A la fin de la campagne 2000-2001, il passe à l'Olympique Marseille où ses montées offensives rapportent beaucoup de buts. En janvier 2004, Big Dan tente sa chance en Angleterre (Manchester City de janvier à juin 2004) mais il rêve de la Bundesliga et de l'Allemagne, le pays natal de sa maman. Il trouvera chaussure à son pied à Hambourg (2004-2006) dont il deviendra capitaine. Avec lui, le club hanséatique obtient le droit de jouer en Ligue des Champions. Daniel fait désormais partie de la galerie des meilleurs arrières de Bundesliga et le puissant Bayern Munich dépose 20 millions d'euros sur la table d'Hambourg pour acquérir ses services. Il a atteint le top européen, joue en Ligue des Champions. Seule ombre au tableau : il n'atteint pas toujours le même niveau en équipe nationale où il a certes marqué le seul but du match le 6 septembre en Arménie mais aussi été fautif sur le but polonais à Bruxelles, le 15 novembre dernier. Malgré cela, c'est le phare du football belge, une aide et un symbole celui qui entretient la lumière par mauvais temps. Joueur, PSV Eindhoven Champion, finaliste de la Coupe, il est toujours en lice en Ligue des Champions et est capitaine en l'absence de Philip Cocu. Qui ose dire qu'il n'est pas un leader ? Coach, Gand En 2006, les Buffalos ont pris 69 points (2 de moins qu'Anderlecht). Malgré les départs de Vrancken et de Boussoufa, Gand a terminé le premier tour en boulet de canon. Télévision 36 millions durant trois ans. Une injection appréciable pour les clubs. La chaîne a passé le cap des 100.000 clients. Il ne lui reste qu'à perfectionner sa technologie. Joueur, Anderlecht Il a offert le titre à Anderlecht, avec neuf buts en 14 matches, et ouvert la voie à d'autres Argentins. Fait non négligeable, c'est un communicateur-né. Coach, Genk 26 points au second tour : le bilan n'était pas terrible mais le coach a donné sa chance aux jeunes et s'est débarrassé des éléments difficiles. Il est champion d'automne. Coach, Standard Faute d'être directeur de l'UB, Michel Quichotte s'est rabattu sur le Standard. Le D.T. a embauché Johan Boskamp. Comme ce ne fut pas un succès, il est revenu sur le banc. Joueur, Anderlecht C'était le leader de Gand. Anderlecht ne joue pas en fonction du nouveau Soulier d'Or : 9 buts et 16 assists à Gand, 4 buts et autant d'assists au Sporting à la trêve...Président, Anderlecht Il a investi sans rencontrer de succès en Ligue des Champions après le titre. Il n'a pas réussi à devenir président de l'UB et il peine à faire construire un stade. Président, Club Bruges Il s'est tenu à l'écart des tempêtes de l'UB, quoi qu'en pense Vandereycken. Il a limogé Jan Ceulemans, un ami. Il veut ériger un nouveau stade. L'ambition ne meurt jamais. Coach, Zulte-Waregem Dès sa première saison en D1, il a mené son équipe à la 6e place et gagné la Coupe. Le premier tour de cette saison est moins brillant mais la Coupe UEFA met du baume sur les plaies. Président, Westerlo Septième, Westerlo reste un modèle de bonne gestion. Wijnants a une vision. Il a tenté de réformer les structures de l'UB. Autant faire la procession d'Echternach... Joueur, Club Bruges Il n'a inscrit que 4 buts au second tour et n'a pas joué au Mondial. Il s'est distingué dans un night club en septembre. Depuis, il a retrouvé le chemin des filets. Coach, Anderlecht Le champion en titre a pris 71 points sur 102 en 2006. Malgré tous les efforts de Vercauteren, la somme des talents anderlechtois ne produit pas une équipe soudée. Vice-président, Standard Echec ou réussite, la deuxième place du Standard en mai ? Luciano a remanié l'équipe. Il a affirmé que Sclessin n'était pas du tout concerné par les rumeurs de Marseille. Joueur, Anderlecht Auteur de 16 buts au Standard, il a rejoint Anderlecht, où il poursuit sur sa lancée : 12 buts, 8 assists à la trêve. Ce collectionneur de passeports rêve de devenir Diable Rouge. Joueur, Gand Trop léger pour Lille, il est trop fort pour moult défenseurs belges... opportuniste, rapide. En exil doré au Qatar, il a attiré l'attention de Gand pendant le Mondial. Joueur, Anderlecht El Principito a conquis les supporters. Lien entre l'attaque et la défense, il excelle sur tous les fronts. Nul ne remet en cause les trois millions qu'il a coûtés. Directeur sportif, Club Bruges C'est lui qui a embauché Emilio Ferrera. Ses transferts estivaux ne sont pas vraiment des réussites - on pense à Salou, Dreesen, Priske et Daerden. Télévision Le foot était en plein boum (reportages, débats, directs, etc.) mais la chaîne ne diffusera plus de match le dimanche (18 h), ce qui avait connu un beau succès. Président de la Ligue Pro Il défend avec succès les intérêts des clubs professionnels malgré la lourdeur d'une institution qu'il va devoir rénover puisqu'il sera bientôt le nouveau CEO de l'UB. Joueur, Club Bruges Il a saisi sa chance quand TomButina s'est blessé et n'a plus quitté le but malgré quelques approximations. En équipe nationale, il a doublé SilvioProto, blessé. Coach, Charleroi Il doit refaire l'équipe saison après saison sans joueurs de grande classe mais il réussit. Il aime à se profiler, parfois trop agressivement. Il mérite sa chance un cran au-dessus.Joueur, Anderlecht Le gardien d'Anderlecht a parfaitement remplacé Silvio Proto, blessé. Puis, en début de la présente saison, il a souvent tenu une baraque souvent très secouée en défense. Président, Gand Ambitieux, il prépare le nouveau stade, qui lui permettra d'augmenter de 50 % son budget. Gand ne convoite pas seulement le titre : il veut aussi attirer plus de monde. Sponsor Le groupe brassicole belgo-brésilien est numéro un mondial en volume. Inbev est un des fidèles sponsors des Diables et qui ne connaît la Jupiler League ? Manager général, Anderlecht Trois ans à Anderlecht, ça use ! Il impose lentement mais sûrement un changement de style, même si les 11 millions dépensés l'été dernier n'offrent pas la garantie d'un football champagne. Coach, Westerlo L'entraîneur a de nouveau mis son équipe sur les bons rails. Pendant six mois, l'attaque a manqué de rentabilité, le temps que Patrick Ogunsoto émerge de l'ombre. Sponsor Ex-sponsor de l'équipe nationale, puisque la banque a mis fin en novembre à une collaboration entamée en 1978 pour se concentrer sur le Club Bruges. Coach, Galatasaray Son amie étant revenue en Allemagne, le Lion aimerait retrouver un club de Bundesliga mais Galatasaray qu'il a conduit au titre lui maintient sa confiance. Joueur, Genk Le meilleur gardien du premier tour. Il anticipe, capte beaucoup de ballons et relance bien. Il y a longtemps qu'un portier belge n'avait plus été aussi dominant en dehors de sa cage. Sponsor, Anderlecht Un des piliers du champion. Il le sponsorise fidèlement depuis 1981. Fortis soutient également d'autres disciplines sportives dont le cyclisme, entre autres.Coach, Espoirs Il a qualifié son équipe pour l'EURO. 6 matches, 4 victoires, 2 nuls. Le noyau recèle des talents. Il jouit du soutien du COIB, qui souhaite envoyer une équipe aux JO 2008.Coach, Club Bruges Il y a peu de chances qu'il obtienne une prolongation de contrat en juin. Il admet lui-même que le bilan du premier tour est négatif. Le Club a manqué de panache.Directeur technique, Genk C'est lui qui a décelé le talent de Vrancken, enrôlé Bosnjak puis, après la blessure de celui-ci, Jaja Coelho. Il a aidé le coach à assainir le noyau, qui a retrouvé sa motivation. Joueur, Germinal Beerschot Neuf buts la saison passée à l'occasion de ses débuts en D1, l'avant en est à dix, alors qu'il a changé de club et vit la fameuse saison de confirmation.Sponsor Toujours présent dans les stades et auprès de l'Union Belge, même si les Diables Rouges sont de plus en plus light et de moins en moins pétillants sur la scène internationale.Sponsor L'équipementier allemand roule toujours sur trois bandes mais cédera quand même sa place à Puma en tant que fournisseur du Club Bruges en 2007-2008. Ce n'est pas rien.Coach, FC Brussels Le maintien assuré, il a obtenu un nouveau contrat. La suite a été décevante, la moitié de l'équipe a changé et l'entraîneur est face à un ultimatum : réussir les 2 premiers matches sinon...Joueur, Standard Ce médian limbourgeois pourrait travailler chez Arcelor car il est sans cesse au four et au moulin. En équipe nationale, la coulée est moins continue.Joueur, Gand L'Irlandais est le pivot offensif des Buffalos. Sa facilité dans le trafic aérien en fait un élément de base dans la stratégie tactique chère à son coach. Joueur, Genk Ce magnifique gaucher a trouvé ses marques depuis le début de la saison (5 buts et 8 assists au 1er tour) et il mériterait de jouer régulièrement en équipe nationale.Joueur, Genk Invisible avec les Diables Rouges, le fils d' Erwin, en progrès, piège toutes les défenses de l'élite en ayant l'art de surgir où il y a le feu pour marquer. Joueur, Ajax Titulaire en équipe nationale, il est aussi un pion majeur de l'Ajax. Polyvalent, intelligent, il peut évoluer dans l'axe comme sur les flancs, avec un égal succès.Directeur sportif, Standard Entraîneur, il a mené le Standard à la deuxième place. Déçu et meurtri par le manque de respect des supporters, DD a opté pour la fonction de directeur sportif. Joueur, Standard Sans club de février à juin, suite à son échec à Moscou, il s'est épanoui au Standard : 8 buts et 4 assists. En outre, il s'entend bien avec IgorDe Camargo. Joueur, Gand Gardien de l'équipe 2006, il n'a pourtant été que quatrième au référendum du Gardien de l'Année. Sa réserve excessive ne nuit-elle pas à son image ?Coach, Diables Rouges Il a osé relever le gant et diriger l'équipe nationale. Après des débuts prometteurs, il a raté trois rendez-vous importants, contre le Kazakhstan, la Serbie et la Pologne.Joueur, Charleroi Le Sporting a du flair pour dénicher des talents français mais celui-ci se distingue vraiment. Il n'était pas suffisant pour Marseille mais comble le Sporting.Joueur, Westerlo Westerlo a l'art de dénicher des attaquants. Le Nigérian s'est intégré sans un pli. En 17 joutes, il a déjà marqué 12 buts. Mais il est parfois impulsif...Joueur, Club Bruges Il rêve d'une sélection en équipe nationale, après une année régulière à un haut niveau. Plus calme à la relance, plus fort mentalement, il a été nommé capitaine plusieurs fois.Joueur, Genk Quatre sélections en équipe nationale, 45 minutes de jeu contre l'Arabie Saoudite plus un transfert du G. Beerschot à Genk : année réussie pour cet enseignant de formation !Joueur, Standard Le Standard aurait-il été champion si le Soulier d'Or n'avait pas pété les plombs le 21 mars ? Peut-être. Les Rouches ont retrouvé leur jeu à son retour de suspension.Joueur, Club Bruges Depuis qu' Emilio Ferrera a pris les commandes à Bruges, l'élégant médian est devenu le leader, le penseur et le principal pion de toute la stratégie tactique de son équipe. Joueur, Charleroi Cet habile technicien a ajouté une note d'engagement et de réalisme à son jeu depuis le début de la saison, ce qui donne encore plus d'importance à ce médian.Joueur, Standard La tour de la défense est revenue fatiguée de la Coupe de Monde. Il a été élu meilleur joueur américain. Sa dispute avec Johan Boskamp a ébranlé le coach hollandais. Président, Saint-Trond Le patron des Canaris ne parvient pas à relancer son club. Sa valse des coaches est d'abord un signe de nervosité et d'incertitude dans les choix sportifs.Président, Lokeren Il se dégonfle lentement comme les vieux pneus que les automobilistes remplacent dans tous ses garages. Il aura bientôt plus d'entraîneurs que d'air comprimé.Président, Union Belge C'est l'homme qui a le plus de pain sur la planche dans le foot belge. Il se veut optimiste mais est-ce que cela suffit pour renflouer le Titanic ? On ne dirait pas.Coach, Germinal Beerschot Cet ancien policier mène bien son enquête en D1 mais quand cela se complique un peu, il semble quand même un trop tendre mentalement face aux fortes émotions.Dirigeant, Union Belge Il a ouvert les cordons de la bourse afin de payer tous les désirs de René Vandereycken, dont un adjoint professionnel. La générosité du trésorier a été mal payée. Coach, Mouscron S'il y a un clubman, c'est lui. Cet homme courageux lutte contre ses pépins de santé et transmet sa force mentale au groupe inquiété par les soucis de la direction.Coach, Cercle Bruges Au Cercle, il fait confiance aux jeunes du cru et, grâce à lui, entre autres, les supporters ont festoyé en décembre après le succès face au grand Club Bruges.Coach, Roulers Il n'était pas facile de prendre la succession de Denis Van Wijk qui propulsa Roulers en D1 puis en Coupe d'Europe. Dirk Geeraerd l'a fait avec méthode et simplicité. Joueur, Standard Il a fait son entrée en équipe Première au Steaua Bucarest, à 17 ans. Depuis, ce médian défensif est indispensable avec sa taille, son engagement, son travail.Coach, Beveren Ce technicien expérimenté a une grande mission : permettre à son club de tourner petit à petit la page ivoirienne. Pas facile mais il avance dans la bonne direction.Joueur, Club Bruges A Zulte Waregem, il était à l'aise, terrorisait les défenses adverses. Bruges l'a acquis pour qu'il en fasse autant mais la machine tarde à se mettre en route.Télévision Le foot y prend de plus en plus de place et le renouveau populaire de la Coupe ne peut que satisfaire cette chaîne qui s'était installée tranquillement autour des terrains.Joueur, Genk Ce capitaine bcbg est le saint Michel de Genk : il a vaincu tous les dragons de la malchance (sa fracture de la jambe) et carbure à la super sur le flanc droit. Président, Germinal Beerschot Il se dit parfois un peu fatigué mais sans lui le visage du football anversois ne serait pas le même. Au Kiel, la fusion avec le Germinal a l'accent argentin et a bien pris racine.Joueur, Standard Son transfert de Genk au Standard a fait couler encre et salive. Ce médian a résisté au stress et aux menaces, cherche encore un peu sa place mais se prépare un bel avenir.Joueur, Club Bruges Sa patte gauche a ensorcelé Bruges qui l'a acquis pour 4 millions d'euros. Papa de jumeaux, le fils de Jos n'a pas encore répondu à l'attente dans son nouveau club. Coach, Mons Il n'était pas facile de faire remonter tout de suite Mons en D1. José Riga y parvenu Rester au paradis, c'est encore plus dur mais l'homme a du punch et des idées. Joueur, Germinal Beerschot Ce gardien de but prend parfois son rectangle pour une plage tant il est cool. Avec son sens de l'anticipation, il est devenu un des portiers en vue de la D1.Arbitre Il soigne son look et sa condition physique et a signé une excellente Coupe du Monde. Cet homme en noir paraît souvent bien plus à l'aise à l'étranger qu'en Belgique.Arbitre Le numéro 1 en Belgique. Soumis à tous les vents de la critique, les arbitres ont surtout besoin de calme et de compréhension dans le chef de tous les acteurs de notre foot.Joueur, Gand Quand on le voit, une question s'impose : pourquoi a-t-il échoué à Anderlecht ? A Gand, les attaquants se lèchent les babines en attendant ses caviars du gauche.Président, Brussels Lui, c'est très souvent border line. Il pousse le bouchon tellement loin qu'un jour, il va vraiment le regretter. Son passé sportif ne lui permet pas toutes les outrances.Joueur, Zulte Waregem Un petit attaquant bien de chez nous qui s'est offert une carte de visite européenne après la Coupe de Belgique 2006 mais cela roule un peu moins pour le moment.Arbitre Il a du peps aux dents et dirige ses matches avec un sourire qui ne cache cependant pas son charisme et une autorité tranquille mais ferme. Il obtient le respect.Dirigeant, Charleroi Son club est en hausse, lui en chute libre à cause de son attitude de molosse enragé qui mord sans raison les autres dirigeants, les médias et peut-être sa propre queue. Joueur, Saint-Trond Au Standard, ce fut Peter Pan avec un but à la dynamite de chez Nobel. Depuis cet exploit, l'attaquant trudonnaire a retrouvé le bonheur et la joie de jouer. Dirigeant, Mouscron On le croyait perdu dans une abbaye où on prépare des fromages et des bières de caractère. Non, sous casaque, il priait le Ciel de trouver des sous pour les Hurlus.Joueur, Genk Après le Mondial, cette flèche blonde croate a trouvé la cible à la tête de l'attaque limbourgeoise. Sa blessure a ennuyé Genk en fin de premier tour.Joueur, Nantes Il a rejoint Barbara qui chantait Il pleut sur Nantes. A Auxerre et en équipe nationale, il ne sortait guère de sa cage : en sera-t-il autrement chez les Canaris ? Joueur, Charleroi Il n'a jamais failli au cours de l'année écoulée. Il faudrait d'autres Capi partout mais ce n'est pas en France qu'on trouve des arrières taillés dans la glaise namuroise. Joueur, Mouscron Celui-là, il est tombé du ciel la saison passée. Roland Louf l'avait recruté et cet artificier n'a jamais déçu en 2006. C'est un des grands zatouts-des-Zurlus.Joueur, Westerlo Les régimes, il ne connaît pas. Le gardien de but des Campinois a les épaules de plus en plus larges. Il est vrai que la D1 le nourrit depuis tellement (trop ?) longtemps.Joueur, Beveren Il garde les clefs de la prison de Beveren comme il peut, mais comment en interdire l'entrée quand ses matons se font un plaisir d'offrir des cadeaux à leurs prisonniers.Joueur, Anderlecht Cool, cool ou coule, coule la carrière d' Anthony Vanden Borre ? Il a parfois l'air un peu perdu : il est temps de réagir. Le talent ne suffit jamais. Avocat Il n'y a qu'un Dupont avec " t " comme " toge " et quand il la revêt, chaque mot compte. A la FIFA, il resurgit après le cas Bosman comme avocat du G14 dans l'affaire Oulmers. Télévision Après avoir perdu les droits de la D1, cette chaîne à péage a misé avec talent sur le football européen. Fait-on le gros dos en espérant retrouver un jour le foot belge ?Sponsor Le Brésil n'a pas été sacré champion du Monde, la... Belgique non plus. Deux équipes soutenues pas l'équipementier américain qui a les boules près de l'Atomium.Joueur, Al Rayyan T'es tout seul Emile. Si tu ne veux pas pleurer pour une demi-carrière, une fausse joie, des regrets à décroisser la lune, c'est le moment de mettre toute la gomme. Joueur, Lokeren Il était fort de café quand Lokeren le transféra. A-t-il mal torréfie ses ambitions en D1 ? Ce n'est plus du bon grain brésilien mais un décaféiné qui fume encore, heureusement.Avocat Un prénom qui vient de lux, lumière en latin. A l'UB, on aimerait que le défenseur de Gilbert Bodart et d'autres dans l'affaire Ye tourne l'interrupteur : c'est mal le connaître. Joueur, Glasgow Rangers Tous les saint Thomas du football ne demandent désormais qu'à voir pour croire que le feu follet a toujours du corps et de la garde au pays du whisky pur malt.Créateur de mode Il habille le football international à la mode de chez nous. C'est bien, c'est beau mais on préférerait une équipe belge qui défile en finale de la Ligue des Champions.Joueur, Feyenoord On lui avait dit que la Hollande était l'autre pays du fromage mais il n'a pas eu le temps d'affiner sa maquée (fromage blanc en liégeois) chez les Kaaskoppen de Feyenoord. Sénateur Il avait un rêve : organiser le Mondial 2018 en Belgique et aux Pays-Bas. Petite fédération, petites mentalités : il a raté le poste de CEO de l'UB. Et pour les organisations ?