Le vent du dopage n'a pas soufflé que sur le Giro cette année. Outre les spectaculaires perquisitions des carabinieri dans les chambres d'hôtels des coureurs durant le Tour d'Italie et les suspensions de sportifs et de courses ensuite décidées -les péripéties vécues jaids dans le Tour de France n'ont apparemment pas suffi-, le football est également la cible des brigades anti-dopage des fédérations italiennes:
...

Le vent du dopage n'a pas soufflé que sur le Giro cette année. Outre les spectaculaires perquisitions des carabinieri dans les chambres d'hôtels des coureurs durant le Tour d'Italie et les suspensions de sportifs et de courses ensuite décidées -les péripéties vécues jaids dans le Tour de France n'ont apparemment pas suffi-, le football est également la cible des brigades anti-dopage des fédérations italiennes: - Christian Bucci et Salvatore Monaco (Pérouse), et Andrea Da Rold (Pescara, Série B) ont été suspendus pour une durée de seize mois en février dernier, - Nicola Caccia et Stefano Sacchetti (Plaisance, Série B), le gardien belge Jean-François Gillet (Bari) et Fernando Couto (Lazio) ont eu une contre-expertise positive et sont toujours en attente de la sanction disciplinaire,- Edgar Davids (Juve) attend toujours les résultats de la contre-expertise. Et le 15 mars dernier, Frank de Boer fut contrôlé positif après un Celta Vigo-Barcelone en Coupe de l'UEFA et suspendu pour un an le 14 juin dernier! Tous ces joueurs présentaient un taux anormalement haut de nandrolone (hormone permettant au sportif de s'entraîner plus et mieux, de développer plus ses muscles, de mieux récupérer). Pour de Boer, le taux était de 8,6 nanogrammes de nandrolone par millilitre d'urine et donc supérieur au taux admis de 2 nanogrammes. Pour les sportives, on accepte des taux de 5 nanogrammes car elles peuvent produire naturellement des taux importants de nandrolone dans les mois suivant une grossesse. Ces taux de 2 et de 5 nanogrammes ont été édictés par le Comité International Olympique qui demande à toutes les fédérations internationales et nationales affiliées de les respecter. Donc, si on parle beaucoup de dopage en Italie actuellement, il faut féliciter les fédérations italiennes de cyclisme et de football de bien faire leur travail en la matière! L'UEFA, elle, n'a alpagué qu'un seul joueur. "Et Anderlecht n'a pas été contrôlé une seule fois durant toute la Ligue des Champions", nous a dit un des médecins de l'équipe bruxelloise. On ne trouve des dopés que si on les cherche. C'est clair comme de l'eau minérale.Mais en ce qui concerne la nandrolone, il y a un problème. Les scientifiques ont mis en avant qu'il ne fallait pas nécessairement se doper pour produire plus de nandrolone que le corps humain en produit généralement. Il y a quelques années, le cycliste hollanais Gert-Jan Theunisse dépassait facilement zéro nanogramme et put prouver son innocence. C'est pour cela que l'on est arrivé à ces valeurs de 2 et 5. On a aussi mis en évidence que l'ingestion de certaines nourritures ou aliments pouvaient faire monter en flèche le taux de nandrolone. On est quasi certain -par exemple- que l'ingestion d'abats de porcs non castrés fait souffler un vent de folie sur les nanogrammes. Et on doit est très prudent avec des viandes bovines piquées aux hormones... Mais ce sont deux hypothèses rarement rencontrées. Par contre, on remarque aujourd'hui une recrudescence de cas dans le football dus vraisemblablement à la consommation de supplémenets alimentaires que les joueurs ingèrent en toute bonne foi et qui provoquent des états de dopage positif. Avant, les suppléments incriminés étaient toujours vendus et achetés dans des salles de fitness et musculation où ce commerce s'était installé de façon parallèle aux magasins contrôlés et aux pharmacies. Maintenant, il y a Internet.Si vous achetez et consommez des aliments sportifs en vente libre dans des grandes surfaces ou pharmacies, vous ne serez jamais positif. Mais gare à ce qui est vendu sans contrôle des organismes de santé publique. Les scientifiques qui traquent les dopeurs sont certains que des agents dopants entrent volontairement dans la composition de certains produits. Prenez régulièrement de ce produit et vous verrez la différence: vous serez un rien plus fort... mais involontairement dopé! Et vous payerez cash votre imprudence en cas de contrôle positif. Ce serait stupide d'être pris pour quelques malheureux nanogrammes de trop. Car les dopés volontaires à la nandrolone comme Linford Christie présentent des valeurs facilement comprises entre 100 et 200 nanogrammes! John Baete