"Nous ne sommes peut-être plus un grand club ", a soupiré David Steegen, le directeur de la communication d'Anderlecht, en remarquant la maigre assistance dans les tribunes du Lierse, à l'occasion du match contre Anderlecht. L'attaché de presse du Lierse, Terry Verbiest, reconnaît qu'il y avait en effet peu de monde contre le Sporting, " alors que dans un passé récent, le stade était comble. La visite de Malines nous fournit notre meilleure assistance. Notre équipe a été complètement remaniée et nous glanons les poi...

"Nous ne sommes peut-être plus un grand club ", a soupiré David Steegen, le directeur de la communication d'Anderlecht, en remarquant la maigre assistance dans les tribunes du Lierse, à l'occasion du match contre Anderlecht. L'attaché de presse du Lierse, Terry Verbiest, reconnaît qu'il y avait en effet peu de monde contre le Sporting, " alors que dans un passé récent, le stade était comble. La visite de Malines nous fournit notre meilleure assistance. Notre équipe a été complètement remaniée et nous glanons les points avec beaucoup de mal. Les résultats sont déterminants même si, à l'heure actuelle, on peut suivre tous les matches en direct à la télévision, en déboursant moins d'argent. " Le Lierse n'est pas le seul à déplorer une baisse de l'assistance, par rapport à la même période de la saison dernière. Dix clubs ont accueilli moins de monde qu'il y a un an au même moment, quatre ont connu une légère augmentation et pour deux clubs, les comparaisons sont impossibles puisqu'ils viennent de monter en D1. Par ailleurs, il y avait déjà eu des affiches, alors qu'on les attend encore, mais il ne faut pas avancer comme excuse que le mois d'août est un mois de vacances car c'était aussi le cas les autres années. Les grands clubs accusent la plus grosse chute : le Standard conteste les chiffres de la sasion passée qui étaient d'après-eux beaucoup moins élevés que dans nos statistiques. Suite à la rénovation de son stade, Anderlecht est privé de 3.000 tickets par match et son chiffre ne peut donc que baisser. La diminution du nombre des abonnements n'est pas compensée par la vente de billets match par match. Ce phénomène est en cours depuis des années à Anderlecht et Genk constate aussi " qu'il se passe quelque chose. " Courtrai note la hausse la plus conséquente. Le mauvais résultat de Mons, lanterne rouge en assistance, est d'autant plus étonnant qu'il a déjà joué des affiches, contre le Club et Charleroi. Gilles Barbera, l'attaché de presse, pense que c'est lié à la crise économique, forte dans la région : " Ce ne sont pas les supporters qui renoncent à venir mais les entreprises qui commandaient cinq, dix ou quinze abonnements. " Les deux promus espéraient plus de monde aussi. Waasland-Beveren est légèrement en-dessous de la moyenne escomptée. A Charleroi, les supporters sont revenus contre Genk, puisque Abbas Bayat s'en est allé, mais la moyenne reste décevante parce que le club a déjà joué la majorité de ses grands matches (contre le Standard, le Club, Gand et Genk), en prévision de la démolition de sa tribune. Le match contre le Standard, qui attire normalement de 15.000 à 20.000 personnes, a fait venir moins de monde que le match au sommet contre Eupen la saison passée en D2 (14.000 fans). GEERT FOUTRÉ. CHIFFRES : CLAUDE HENROT