Le noyau des San Antonio Spurs, champions en titre, comprend pas moins de sept joueurs étrangers : l'Argentin ManuGinobili, le Brésilien AlexGarcia, le Portoricain EliasAyuso, le Slovène RashoNesterovic, le Serbe IgorRakocevic, le Turc HedoTurkoglu et, bien sûr, le Français Tony Parker (né à Bruges d'un père américain et d'une mère néerlandaise) devenu une véritable star dans l'Hexagone depuis qu'il a enfilé la bague de champion à 21 ans.
...

Le noyau des San Antonio Spurs, champions en titre, comprend pas moins de sept joueurs étrangers : l'Argentin ManuGinobili, le Brésilien AlexGarcia, le Portoricain EliasAyuso, le Slovène RashoNesterovic, le Serbe IgorRakocevic, le Turc HedoTurkoglu et, bien sûr, le Français Tony Parker (né à Bruges d'un père américain et d'une mère néerlandaise) devenu une véritable star dans l'Hexagone depuis qu'il a enfilé la bague de champion à 21 ans. " Ce titre m'a donné une dimension supplémentaire ", reconnaît-il. " J'étais considéré comme un bon joueur, sans plus, lorsque je suis parti aux Etats-Unis, mais aujourd'hui je m'aperçois de tout l'impact que peut produire la NBA ". Tony Parker reste pourtant sur une cruelle désillusion. En septembre, au Championnat d'Europe disputé en Suède, la France n'a terminé que quatrième et ne participera donc pas aux Jeux Olympiques en 2004. " J'en conserve forcément une certaine frustration ", avoue-t-il. " Mais je dois penser à autre chose, désormais. Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour méditer sur cet échec. Je me suis directement replongé dans les camps d'entraînement des San Antonio Spurs. Et là, je me suis retrouvé dans une autre dynamique, une dynamique de victoires. Un autre défi m'attend. Je vais essayer de réaliser le doublé avec l'équipe, mais ce ne sera pas évident. Dans la Conférence Ouest, la concurrence est rude. Les L.A. Lakers, les Sacramento Kings et les Dallas Mavericks sont autant de concurrents sérieux. Pour cette saison, je pointe aussi les Minnesota Timberwolves, qui ont bien remodelé leur noyau. Cela se jouera à peu de choses, comme toujours ". " Nous serons accueillis partout avec les honneurs dus à notre rang ", renchérit l'ailier BruceBowen. " Tout le monde voudra nous battre, comme on voulait battre les L.A. Lakers la saison dernière. Il faudra être fort mentalement. Pour l'instant, je ne songe pas encore au doublé. Je préfère prendre match par match. Mais il est clair qu'au fil du temps, le repeat deviendra notre principal objectif ". Tony Parker recommence cette nouvelle saison en qualité de distributeur titulaire des San Antonio Spurs. Pourtant, pendant l'été, il avait été question d'une arrivée possible de JasonKidd, le meneur de jeu des New Jersey Nets. " Cela fait partie des péripéties d'une période de transferts ", rétorque-t-il. " Je ne m'en offusque guère. Jason Kidd n'est finalement pas venu. Désormais, c'est à moi de prouver que les Spurs ont eu raison de me réitérer leur confiance. Je peux encore progresser, c'est clair. Dans tous les domaines. Mais je dois surtout essayer de devenir plus régulier. Je dois aussi davantage m'exprimer verbalement. J'étais déjà l'un des leaders la saison dernière, mais avec le départ de DavidRobinson, je dois encore prendre plus d'ampleur ". Y aura-t-il des problèmes d'amalgame au sein d'une équipe fortement renouvelée ? " Bien sûr. Surtout au début. Il faudra un peu de temps pour que la sauce prenne, d'autant que nous avons beaucoup de systèmes de jeu à notre arc. Chacun devra les assimiler. De ce point de vue, les Spurs ne sont pas une équipe comme les autres. Nous ne défendons pas comme les autres équipes de NBA et notre jeu est fortement axé sur un joueur intérieur dominant, qui est TimDuncan. Mais comme nous travaillons énormément à l'entraînement et que le coach est toujours derrière nous pour nous pousser, je suis persuadé que nous parviendrons à nos fins. Les joueurs sont motivés. On le serait à moins, lorsqu'on débarque dans l'antre des champions ". Pour remplacer l'Amiral, comme on surnommait David Robinson, les Spurs ont fait appel au Slovène Rasho Nesterovic, qui évolua aux Minnesota Timberwolves précédemment et qui a été engagé en juillet par les Spurs en qualité de freeagent. " Je suis très satisfait de ce qu'il a déjà montré dans les matches de préparation ", affirme le coach Greg Popovich. " Il est intelligent, réceptif, s'est bien intégré dans le système de jeu et n'est pas maladroit à distance. Il devrait nous valoir de belles satisfactions ". " Cela me fait drôle de ne plus voir David Robinson sauter lors des entre-deux ", avoue Tony Parker. " Mais j'ai confiance dans les nouveaux venus ". " Les centres sont très importants en NBA ", confesse Bruce Bowen. " Les équipes qui dominent le jeu intérieur ont le plus de chances d'aller loin. A San Antonio, nous étions parés ces dernières saisons, avec nos deux tours. Mais leur présence m'a aussi été bénéfique, car l'attention des adversaires se focalisait souvent sur elles. J'ai par conséquent bénéficié d'un peu plus de liberté ". Celui qui risque de se sentir orphelin, c'est Tim Duncan, l'ancien compère de David Robinson sous l'anneau. " Je vais devoir m'adapter ", admet-il. " Mais j'ai l'habitude. Chaque année, on accueille de nouveaux joueurs dans l'équipe. Ce sera simplement différent parce qu'il existait une réelle complicité entre David et moi ". En juin, Tim Duncan avait été élu MVP des Finals. " Suis-je devenu un meilleur joueur ?", s'interroge-t-il. " Je joue peut-être différemment. L'attention des défenseurs est souvent focalisée sur moi. Par conséquent, je dois essayer de faire ressortir le ballon et de faire jouer davantage mes partenaires. Pour compenser le départ de David, je devrai, tout comme Tony Parker, m'ériger davantage en leader ". " Je vais essayer de réaliser le doublé " (Tony Parker) " Il existait une réelle complicité entre David Robinson et moi " (Tim Duncan)