Un sondage organisé la semaine dernière par le site Voetbalbelgiëa éveillé l'attention. Les visiteurs du site pouvaient indiquer quelle formule de championnat ils préféraient. 70 % des visiteurs se sont prononcés en faveur d'une compétition à 18 équipes sans playoffs, soit l'ancien modèle. Suit, à distance, un championnat à 16 sans playoffs (18 %). La formule actuelle ne recueille que... 6 % des suffrages !
...

Un sondage organisé la semaine dernière par le site Voetbalbelgiëa éveillé l'attention. Les visiteurs du site pouvaient indiquer quelle formule de championnat ils préféraient. 70 % des visiteurs se sont prononcés en faveur d'une compétition à 18 équipes sans playoffs, soit l'ancien modèle. Suit, à distance, un championnat à 16 sans playoffs (18 %). La formule actuelle ne recueille que... 6 % des suffrages ! Ces chiffres sont clairs mais il faut être prudent à leur lecture : un peu plus de mille visiteurs ont donné leur avis mais les experts savent que dans ces sondages, les mécontents sont plus nombreux à réagir, la majorité restant silencieuse. Cela survient à un moment où un groupe de travail de la Ligue pro, dirigé par Joseph Allijns, président de Courtrai, se réunit pour la première fois afin d'évaluer la réforme du championnat. Les détracteurs affirment que les supporters sont contre mais il n'existe pas encore de chiffres fiables. Cela dit, lors des dix premières journées de championnat, on a enregistré une baisse de l'assistance d'environ 2 %, comparée à l'ensemble de la saison passée. Les chiffres proviennent du site spécialisé www.european-football-statistics.co.uk mais ce n'est pas tout : ce recul existe dans tous les championnats européens et le belge est un des moins touchés. En Espagne, la baisse est de 5 %, les Pays-Bas enregistrent un recul de 5,8 %, l'Italie de 5,9 % essentiellement due à l'instauration de la très contestée carte d'identité des supporters et le Danemark de 19,7 %. L'Allemagne n'y échappe pas non plus (-1,7 %). La Premier League anglaise enregistre une légère augmentation mais elle est due à Newcastle United et à West Bromwich Albion. La réforme de notre championnat n'a rien à voir avec le recul de l'assistance : il s'agit d'une tendance internationale, induite par la crise. Le fait que la première partie du championnat est moins intéressante à cause des playoffs n'est donc qu'un postulat. Par contre, au tiers de la première phase, on n'a encore assisté qu'à cinq des 20 affiches du calendrier. Il s'agit des confrontations directes entre Anderlecht, le Standard, le Club Bruges et le RC Genk et des déplacements des quatre grands à Gand et Malines. Les statistiques de l'économiste du sport Trudo Dejonghe illustrent le poids de ces affiches. Ses chiffres se distinguent des britanniques et indiquent des pertes encore plus conséquentes (car il inclut Eupen), y compris pour des clubs comme Anderlecht (-2,2 %) et le Club Bruges (-5,5 %). Le Germinal Beerschot est le plus grand perdant (-15 %). Malgré cette tendance négative, Dejonghe constate une augmentation dans deux clubs : Westerlo et le Saint-Trond de Roland Duchâtelet, pourtant adversaire notoire d'une petite Jupiler Pro League avec des playoffs. Ceci dit, les deux clubs ont déjà reçu plusieurs ténors. par jan hauspieDeux clubs échappent à cette tendance négative : Westerlo et Saint-Trond !