L es sondages auprès de mes footeux proches me poussent à croire que ce n'était pas facile, vous jouissez donc de toute ma considération si vous n'avez commis qu'une quinzaine d'erreurs, ce qui vous hisse à un joli 85 % !
...

L es sondages auprès de mes footeux proches me poussent à croire que ce n'était pas facile, vous jouissez donc de toute ma considération si vous n'avez commis qu'une quinzaine d'erreurs, ce qui vous hisse à un joli 85 % ! Si l'une ou l'autre de vos réponses vous semble plausible alors qu'elle n'est pas ma solution, je vous rappelle comme chaque année que j'étais malheureusement l'arbitre, que ce n'était qu'un jeu pour du beurre et qu'il ne vous reste donc qu'à écraser avec le fair-play qui vous caractérise en toute circonstance footeuse. Voici donc le corrigé :Marcel avait terminé la saison DéFUNTE en BOULET de CANON : opportuniste en DIABLE, d'un calme OLYMPIEN lors des FACE-à-FACE avec le KEEPER, doté d'un joli coup de PATTE, il avait inscrit des buts à la PELLE, ça RENTRAIT comme dans du BEURRE : il avait même réussi un DOUBLE hat-trick lors d'un MéMORABLE 8-0 face à un CONCURRENT direct,... quelle AVALANCHE de buts ! Et voilà qu'aujourd'hui, le PUBLIC, excité par le NOYAU dur des SUPPORTERS, le prenait en GRIPPE : ces COCHONS de payants pouvaient tout se permettre ! Hier, on l'acclamait pour la BEAUTé du geste, ou quand il DRIBBLAIT dans un MOUCHOIR de POCHE ; aujourd'hui on lui hurlait " Ne joue pas PERSO, LÂCHE ta BALLE ! " Certes, il était encore LOIN de son meilleur NIVEAU, mais possédait des circonstances ATTéNUANTES : victime en juillet d'une faute qui frisait la CORRECTIONNELLE, et à la suite de cela d'une CONTRACTURE au mollet, il avait d'abord cru au simple accident de PARCOURS. Mis au REPOS par le TOUBIB, il avait curieusement été soupçonné de blessure DIPLOMATIQUE par le PRéSIDENT du club, qui lui reprochait d'avoir NOUé des contacts ailleurs durant l'INTERSAISON. C'était vrai, Marcel avait pensé CHANGER d'AIR, nombreux étaient d'ailleurs les clubs souhaitant RECOURIR à ses SERVICES. Et Marcel savait qu'avec d'une part le départ de Firmin, le SOUTIEN d'ATTAQUE, un VRAI n°10, et d'autre part celui de Joseph, un VéRITABLE ailier de DéBORDEMENT, il ne serait plus correctement ALIMENTé : il devrait aller au CASSE-PIPE en DéSESPOIR de cause,... et les ARBITRES ne protégeaient guère les ARTISTES ! Il était finalement resté dans le club de son CîUR, mais en sachant qu'il lui faudrait revoir ses AMBITIONS à la BAISSE. Il n'avait pourtant pas BROYé du noir, il n'avait pas BAISSé les BRAS. Et même, par peur qu'on l'accuse de SABOTER l'équipe, il avait accepté de jouer BLESSé : MAL lui en avait PRIS, il ne parvenait plus à sortir du LOT ! Il n'arrivait plus à jouer LIBéRé, craignant à chaque CONTACT un ACTE d'antijeu CARACTéRISé. Par ailleurs, le club n'avait guère eu le nez FIN en s'ADJOIGNANT les services de Constant qui DOUBLONNAIT avec Marcel, tous deux évoluant dans le même REGISTRE. Si bien que l'attaque restait MUETTE, que les médians en perdaient leur FOOTBALL, que les défenseurs se présentaient parfois en victimes CONSENTANTES. Tous en étaient réduits aux comptes d'APOTHICAIRE pour continuer d'espérer le MAINTIEN. " Chaude ALERTE, chers AUDITEURS, s'exclama alors Jean DURIAU au MICRO de la RTBF ! Il s'en est FALLU d'un CHEVEU pour que Marcel inscrive un but d'ANTHOLOGIE ! Mais au moment de conclure en frappant en FORCE, il a glissé sur son pied d'APPUI, faute d'avoir vissé des CRAMPONS en ALU : son tir a manqué de PUISSANCE et le gardien d'en FACE, qui a eu le temps de fermer l'ANGLE, est intervenu avec AUTORITé ! Et voilà que tout le stade SIFFLE maintenant Marcel, lequel n'est décidément plus en ODEUR de SAINTETé dans ce club dont il était hier encore l'enfant CHéRI ! Le TORCHON brûle entre Marcel et le KOP : et vous savez qu'en football, on BRULE vite ce qu'on a ADORé ! "par Bernard JeunejeanVous jouissez donc de toute ma considération si vous n'avez commis qu'une quinzaine d'erreurs