Le bureau suisse CIES vient d'analyser 27 compétitions nationales plus la Ligue des Champions et l'Europa League. L'enquête, clôturée fin mars, indique une augmentation du nombre de matches " à sens unique ", des matches gagnés par trois buts d'écart au moins. La différence entre l'élite et le reste est particulièrement forte en LC : une équipe s'est imposée avec trois buts d'écart ou plus dans 29,5 % des cas, contre s...

Le bureau suisse CIES vient d'analyser 27 compétitions nationales plus la Ligue des Champions et l'Europa League. L'enquête, clôturée fin mars, indique une augmentation du nombre de matches " à sens unique ", des matches gagnés par trois buts d'écart au moins. La différence entre l'élite et le reste est particulièrement forte en LC : une équipe s'est imposée avec trois buts d'écart ou plus dans 29,5 % des cas, contre seulement 21 % la saison précédente. Parmi les grands championnats domestiques, c'est la Premier League qui présente la plus grande différence de qualité, avec 21,9 % de matches à sens unique, une augmentation de 4 % en un an. Elle est suivie par l'Italie (19,8%), l'Espagne (17,9%), les Pays-Bas (17,9%), la France (17,6%) et l'Europa League (16,1%). Les scores nets sont plus rares en Belgique : ils ne représentent que 13,3 % des rencontres cette saison (-3,4 % par rapport à 2016-2017). Seuls la Grèce (13,1%), Israël (11,6%), l'Allemagne (11,1%) et la Russie (10,5%) obtiennent encore moins de scores-fleuves. La Belgique est également en bas du classement basé sur la différence de buts, avec 1,24. Les matches n'ont été encore plus serrés qu'en Allemagne (1,23), en Pologne (1,20), en Russie (1,18) et en Grèce (1,18). L'équilibre de la Jupiler Pro League se remarque également au classement final du championnat régulier. Les six équipes des PO1 n'ont obtenu que 311 points sur 540, soit 57,59 %, le taux le plus bas depuis l'introduction des play-offs. Pour la première fois depuis 2009-2010, les cinquième et sixième classés n'ont même pas obtenu 50 % des points en jeu (44 sur 90 pour le RC Genk et le Standard). Cet équilibre ressort aussi du fait que seuls le Club Bruges (6x), Waasland-Beveren et Gand (4x) ont gagné au moins quatre matches par trois buts d'écart minimum. Anderlecht n'y est parvenu qu'une seule fois et a obtenu treize de ses seize succès par un but d'écart. À souligner : dans les neuf matches de PO1 disputés jusqu'à présent, le vainqueur n'a marqué deux buts de plus que son adversaire qu'à une seule reprise : c'était le cas de Gand à Anderlecht (0-2).