A 34 ans et demi (il est né le 16 août 1975), AlexTeklak a déjà fait quasiment le tour du Hainaut : Charleroi, La Louvière, Mouscron... Peut-être ajoutera-t-il bientôt un nouveau club hennuyer sur sa carte de visite, suite à la disparition de l'Excelsior qu'il regrette d'autant plus amèrement que son fils Youri joue toujours dans les équipes de jeunes du Futurosport.
...

A 34 ans et demi (il est né le 16 août 1975), AlexTeklak a déjà fait quasiment le tour du Hainaut : Charleroi, La Louvière, Mouscron... Peut-être ajoutera-t-il bientôt un nouveau club hennuyer sur sa carte de visite, suite à la disparition de l'Excelsior qu'il regrette d'autant plus amèrement que son fils Youri joue toujours dans les équipes de jeunes du Futurosport. C'était l'époque où, au Sporting de Charleroi, on trouvait encore une majorité de joueurs de la région, qui aimaient se retrouver ensemble, sur et surtout en dehors du terrain. Teklak, qui a passé sa jeunesse footballistique au Mambourg, en a conservé des souvenirs indélébiles. Il formait une bande de copains avec, principalement, MarcoCasto, LaurentWuillot, RudyMoury et RochGérard. Le temps n'a pas brisé les liens : ils se voient encore régulièrement, et lorsque ce n'est pas possible, se téléphonent. C'est aussi de cette époque que date son amitié avec OlivierRenard. Les parents du gardien de Malines habitaient à Gouy-lez-Piéton, et les siens à Courcelles. Renard est un ami d'enfance et les deux hommes sont toujours restés en contact, même lorsqu' Oli est parti en Italie. Il est aussi toujours aussi en contact avec JulienBegasse, qu'il a connu comme jeune gardien à Charleroi mais qui a privilégié les études et est parti à Hong Kong. De son bref passage à La Louvière, où il s'est retrouvé embarqué dans une drôle de galère, il a aussi gardé quelques amis. En particulier OlivierGuilmot. NordinJbari, MichaëlCordier et également. Rogerio, le gaucher brésilien, figure aussi parmi ses potes, mais il a un peu perdu le contact. Heureusement, lorsque la distance sépare les gens, il y a internet ou Facebook.. Teklak a aussi gardé de bons contacts avec EmilioFerrera. Les communications continuent à fonctionner entre la Grèce et la Belgique (avec le frère, ManuFerrera, aussi). Convivial et sociable, Teklak garde aussi des liens avec les supporters des clubs où il est passé. Il refuse rarement de se rendre à une réunion de supporters, ou de faire un geste lorsqu'on le lui demande. Mais, comme il ne peut pas être partout, là aussi internet ou Facebook lui viennent en aide. Cette saison, à Mouscron, ses potes les plus proches étaient ChemcedineElAraichi et JonathanWalasiakLorsque le basketteur DanielGoethals organisa son jubilé pour sa fin de carrière, en juin 2009 à Watermael-Boitsfort, il avait convié à la fête une majorité de basketteurs de son époque et deux footballeurs : FrédéricHerpoel et... Alex Teklak ! Le premier s'était déplacé sans participer au match, le second avait promis de venir à condition qu'il n'ait pas d'obligations avec Mouscron, déjà dans l'incertitude au sujet de sa licence à l'époque. L'Excelsior l'ayant finalement obtenue sur le fil, Teklak n'a pas pu honorer l'invitation, mais reste l'un des amis de BigDan. Ils se sont encore téléphonés récemment, notamment lorsque Goethals est devenu coach du champion de Belgique féminin, le Dexia Namur. Cette amitié est née il y a cinq ou six ans, à l'époque de La Louvière. C'est Jbari qui lui avait présenté le basketteur, lors d'une réception. Les deux hommes ont rapidement sympathisé, parce qu'ils partagent les mêmes valeurs humaines, le même sens du contact, la même fidélité en amitié. Dans le milieu du basket, il connaît aussi DavidDesy, aujourd'hui entraîneur adjoint au Spirou Charleroi. Bon vivant, il aime partager un bon verre ou un bon repas avec des copains, mais il est aussi un épicurien. Et même un gourmet. Les bons vins, les bons petits plats, la cuisine française ou italienne, les bons fromages : il adore. Au restaurant ou à la maison. Il apprécie particulièrement les plats que lui prépare son épouse Cathy, véritable cordon bleu. Il ne refuse pas un bon resto non plus. Où que ce soit. Il aime varier les plaisirs. Mais, s'il fallait n'en citer qu'un, il suggérerait La Bottega, situé sur la Place de Binche. Musicien dans l'âme, Teklak aime se rendre à des concerts. Il lui est arrivé de s'y retrouver avec FrédéricWaseige, mais c'est plutôt le hasard qui les avait réunis. Ils se sont retrouvés nez à nez, à leur grande surprise, et se sont découvert des affinités communes. Parfois, l'occasion lui est donnée de rencontrer les artistes après le concert, mais davantage grâce aux relations de ses propres amis musiciens que grâce à sa réputation. Il est aussi très ami avec OlivierToffolo, qui travaille pour l'organisation de FrancoDragone où il s'occupe du casting et qui était jadis l'un des membres du groupe musical Mirrorball dont deux de ses cousins, Lio et Brice (aussi deux amis à Teklak), sont aujourd'hui membre de Girls in Hawaii. Ses goûts musicaux de Teklak l'ont aussi amené à fréquenter MarcYsaye, batteur de Machiavel, et qui présente des émissions de rock sur Classic 21 dont il est le directeur. Il a longtemps fait partie d'un petit groupe, qu'il avait créé avec des amis. Lui-même était batteur. Il fut une époque où ils se réunissaient régulièrement, simplement pour le plaisir de se retrouver, de jouer quelques morceaux et de se défouler. Aujourd'hui, le groupe ne se réunit presque plus. Teklak a désormais une famille qui recueille toute son attention et sa carrière footballistique a pris le pas mais certains des musiciens de sa jeunesse ont réussi à gagner de l'argent grâce à leur hobby. Ils ne sont pas devenus célèbres, mais ont parfois pu enregistrer en studio pour des artistes renommés. L'un d'eux, Jacques Pili, a été le bassiste de Maurane sur un CD sans que les liens ne se prolongent au-delà de cette expérience. par daniel devos - photos: reporters