Alex Ponnet (70 ans) a été arbitre de 1961 à 1989 : 17 saisons en D1 belge, Coupe du Monde 1982 et aux Championnats d'Europe 1984 et 1988. Il fut aussi l'arbitre de cinq finales européennes (une Coupe des Champions, deux Coupes de l'UEFA, deux Supercoupes). A récemment été élu 18e meilleur arbitre de tous les temps et numéro 1 belge. Il est toujours examinateur pour l'UEFA.
...

Alex Ponnet (70 ans) a été arbitre de 1961 à 1989 : 17 saisons en D1 belge, Coupe du Monde 1982 et aux Championnats d'Europe 1984 et 1988. Il fut aussi l'arbitre de cinq finales européennes (une Coupe des Champions, deux Coupes de l'UEFA, deux Supercoupes). A récemment été élu 18e meilleur arbitre de tous les temps et numéro 1 belge. Il est toujours examinateur pour l'UEFA. Alex Ponnet a été invité à la Chapelle Sixtine ! Le pape Jean-Paul II, amateur de foot, avait décidé de recevoir tous les arbitres de la Coupe du Monde 1990. Le Bruxellois y était instructeur FIFA et participa à la fête au Vatican. Dans la même veine : il a côtoyé plus d'une fois Silvio Berlusconi ! Notamment dans son palais privé pendant le même Mondiale et bien plus dans le temps, dans un restaurant après un match européen de l'AC Milan qu'il venait d'arbitrer... Toujours instructeur à la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis, il a assisté à plusieurs matches avec Henry Kissinger (ex-secrétaire d'Etat US) sur le siège voisin. " C'était un fou de foot, nous avons beaucoup parlé et il m'a confié qu'il profitait de chaque voyage en Angleterre pour aller voir ses deux équipes fétiches : Chelsea et Arsenal. " Autre connexion de prestige : le ténor espagnol Placido Domingo, que la FIFA avait l'habitude d'inviter avec Luciano Pavarotti et José Carreras pour animer ses soirées privées. En Espagne toujours : avant sa prestation dans le quart de finale Espagne-Angleterre au Mondial 1982, on lui a proposé de rencontrer le roi Juan Carlos. Des anciens joueurs qu'il a sifflés, il garde un souvenir particulier de Diego Maradona : " J'avais arbitré Leipzig-Naples. Nous nous sommes retrouvés le lendemain à l'aéroport. Les avions avaient du retard et nous avons discuté pendant deux heures. Je l'ai trouvé très agréable, pas hautain du tout. " Il s'est aussi entretenu avec Pelé à l'occasion d'un colloque de la FIFA. Et avec le Tchèque Josef Masopust, ex-Ballon d'Or, il a plusieurs fois discuté des exploits de ce joueur avec le Crossing. Parmi les coaches et les joueurs dont des matches ont été arbitrés par Ponnet, il y en a qui sont restés en rapport plus ou moins régulier avec lui : Robert Waseige (" Nous avons tous les deux notre franc-parler et il y a parfois eu de grosses engueulades, mais toujours en se respectant "), Marc Wilmots, Michel Preud'homme, Jan Ceulemans, René Vandereycken, Paul Van Himst (et donc Eddy Merckx puisque c'est à Anderlecht qu'ils ont généralement l'occasion de se rencontrer). Dans les stades, il discute parfois avec l'un ou l'autre politicien mais ne recherche pas le contact... Il cite Jean-Luc Dehaene (à Bruges), Stefaan De Clerck (à La Gantoise), Jos Chabert et Guy Vanhengel (Anderlecht). La mère Vanhengel a habité dans la maison voisine de celle de Ponnet, à Schaerbeek. Toujours dans le même quartier, il y a la famille de Nabil Dirar. Et les frères Ferrera ont grandi quelques rues plus loin. L'ex-arbitre revoit régulièrement Emilio et Manu. Ponnet est membre de la Commission centrale des arbitres (CCA) mais n'a pas de rapports privilégiés avec l'un ou l'autre des referees en activité : c'est volontaire car il tient à rester tout à fait impartial. Il continue par contre à fréquenter des anciens sifflets. Marcel Van Langenhove vient en tête de liste, ils se voient souvent aux matches d'Anderlecht. Il est proche aussi de Guy Goethals, Jean-Claude Jourquin, Robert Jeurissen, Vital Loraux et Willy Goovaerts. A l'étranger, il est resté en rapport avec l'Espagnol Emilio Alandren, l'Italien Paolo Casarin (il n'est pas rare qu'ils prennent ensemble un café sur l'une ou l'autre place de Milan !), le Russe Alexey Spirin (idem pour le café, mais à Moscou !), le Suédois Erik Fredriksson (le café dans le grand nord...) ou encore le hongrois Karoly Palotai, qui avait remporté une médaille olympique en foot avant de devenir un des meilleurs arbitres du monde (il a notamment sifflé à trois Coupes du Monde). Ponnet est fier de compter parmi ses amis deux hommes qui ont, selon lui, joué un rôle déterminant dans l'évolution de l'UEFA : l'Allemand Gerd Aigner et le Suisse Hans Bangerter ; ex-secrétaire-généraux. Il cite aussi un homme qui est toujours resté dans l'ombre mais qu'il considérait comme la vraie cheville ouvrière de la fédé européenne : le Suisse René Eberlé. Ainsi que l'ancien referee français Michel Vautrot, aujourd'hui responsable des arbitres à l'UEFA. Quand il passe en Belgique, le meilleur arbitre de l'histoire, l'Italien Pierluigi Collina (lui aussi en poste à l'UEFA), l'appelle et ils vont manger ensemble. Deux ou trois fois par an, il voit l'ancien président, le Suédois Lennart Johansson : " Je lui rends visite dès que je passe en Suède. Il a eu des pépins de santé, a fait récemment une petite thrombose et se déplace difficilement. " A la FIFA, Ponnet avait fait la connaissance du futur président suisse Sepp Blatter : " C'était avant la Coupe du Monde 1986. J'avais fait un exposé qui parlait très peu de football et beaucoup du Mexique. Il avait beaucoup apprécié et nous nous sommes liés à ce moment-là. " La relation fut moins chaleureuse avec son prédécesseur, le Brésilien Joao Havelange : " Il voulait toujours s'immiscer dans les responsabilités des arbitres et nous avons eu quelques clashes. " Autres contacts privilégiés au plus haut niveau du foot mondial : Angel Villar, président de la Fédération espagnole et patron de la commission des arbitres de la FIFA ; Michael van Praag, ex-président de l'Ajax et actuel président de la Fédération néerlandaise ; le Suisse Walter Gagg, ex-patron de la commission des stades et de la sécurité de la FIFA. Entre Ponnet et Michel Platini, une vraie amitié s'est développée : " Je l'ai dirigé avec Nancy, le bataillon de Joinville, l'équipe de France et avec la Juventus. " Ils se voient à chaque congrès UEFA. Ponnet a autrefois reçu deux maillots de Platoche du temps de la Juve, via le délégué de l'équipe. Platini aimerait les récupérer et les réclame au Belge à chaque fois ! Pas question, ils restent chez l'ex-arbitre aux côtés des tuniques de Hristo Stoichkov (Bulgarie), Renat Dassaev (URSS), Paolo Maldini (AC Milan), Luis Arconada (Espagne) et Karl-Heinz Rummenigge (Bayern), qu'il continue à voir lorsqu'il est envoyé par l'UEFA aux matches des Munichois. par pierre danvoye