La semaine dernière, Herman Wijnants avait souligné qu'il faudrait exploiter commercialement la finale de la Coupe du samedi 21 mai contre le Standard et veiller à augmenter l'assistance la saison prochaine. C'est la tâche de Jan Caers, l'actuel manager commercial, qui a partagé un kot, pendant ses études, avec... " ma femme ", précise David Paas son prédécesseur. Il y a dix ans, quand Westerlo s'est attribué sa première Coupe, Paas était attaquant au Racing Genk....

La semaine dernière, Herman Wijnants avait souligné qu'il faudrait exploiter commercialement la finale de la Coupe du samedi 21 mai contre le Standard et veiller à augmenter l'assistance la saison prochaine. C'est la tâche de Jan Caers, l'actuel manager commercial, qui a partagé un kot, pendant ses études, avec... " ma femme ", précise David Paas son prédécesseur. Il y a dix ans, quand Westerlo s'est attribué sa première Coupe, Paas était attaquant au Racing Genk. Plus tard, il est devenu manager commercial de Westerlo. Quel regard porte-il sur cette période ? David Paas : " Des clubs du même calibre, comme le Germinal Beerschot, Lierse et Saint-Trond, dégagent plus de passion et ont davantage de vécu mais Westerlo est constant dans ses prestations, ce qui lui apporte une certaine sérénité. Chaque médaille a son revers. Westerlo se distingue des autres formations par son profil familial, convivial et pittoresque, c'est clair. Les sponsors du club sont stables et recherchent cette vertu. Par exemple, Veralu est sponsor de Westerlo depuis quinze ou vingt ans. Ce genre d'entreprise opte pour un type bien précis de management qui prend soin des gens qui font bien leur travail. Westerlo possède ce genre de personnes. Il travaille efficacement malgré des moyens modestes. Une finale de Coupe peut insuffler un élan nouveau au club car les résultats sportifs déterminent tout le reste mais on ne peut jamais s'appuyer longtemps sur un seul succès. Il faut des résultats réguliers. Ce serait formidable que Westerlo puisse grandir et accroître son rayon d'action mais quand vous êtes épargné par la lutte pour le maintien sans vous classer fréquemment dans le premier peloton, vous devenez insipide. La situation géographique de Westerlo ne lui est pas favorable : il est à la frontière du Brabant et du Limbourg, soit une région qui ne fait partie du fief d'aucun journal. Het Belang van Limburg accorde beaucoup d'attention au Racing Genk et à Saint-Trond tandis que la Gazet van Antwerpen s'intéresse davantage au Germinal Beerschot et au Lierse. Et en nombre de minutes à la télévision, Westerlo est actuellement une équipe de province. Mais s'il lutte année après année pour un trophée, le nombre de spectateurs ne peut qu'augmenter, de même que l'intérêt des chaînes télévisées. Prenez le Cercle Bruges : grâce à ses prestations des dernières années, il a émergé de son anonymat, il commence à compter et il enregistre une hausse de son assistance. C'est de cela dont Westerlo a besoin. " RAOUL DE GROOTE " En nombre de minutes TV, Westerlo est actuellement une équipe de province. (David Paas)