1. MATIAS SUAREZ C'EST DU BELGE

Il ne connaîtra jamais Moscou et le café Pouchkine de la Nathalie de Gilbert Bécaud. Anderlecht est son Kremlin, le QG de sa carrière. Il était bien parti pour former un duo exceptionnel et super complémentaire avec le solide Aleksandar Mitrovic quand la malchance l'envoya chez le chirurgien. Ecarté pour de longs mois, Matias Suarez est devenu belge : excellent transfert.
...

Il ne connaîtra jamais Moscou et le café Pouchkine de la Nathalie de Gilbert Bécaud. Anderlecht est son Kremlin, le QG de sa carrière. Il était bien parti pour former un duo exceptionnel et super complémentaire avec le solide Aleksandar Mitrovic quand la malchance l'envoya chez le chirurgien. Ecarté pour de longs mois, Matias Suarez est devenu belge : excellent transfert.L'ancienne tour de Sclessin s'est élevée en Angleterre à la force du poignet. David Moyes l'a apprécié à Everton et l'a attiré à Manchester United qui a déboursé 32,5 millions d'euros. Blessé, il n'a pas pu justifier cet investissement et a fait naître des doutes dans le regard des supporters d'Old Trafford. Même la malchance ne décoiffera pas son moral et sa patience. Cela ne rigole plus beaucoup pour le divin chauve de l'arbitrage belge. Elu à quatre reprises meilleur arbitre de D1, il a assisté en tant que 4e referee à l'agression de Bjorn Ruytinx sur Mehdi Carcela mais n'a pas bronché : carte rouge pour Jérôme... Sans cesse blessé depuis son arrivée à Anderlecht en 2011, Ronald Vargas (27 ans) n'a jamais pu étaler sa classe sous le regard des supporters du RSCA. Et la direction anderlechtoise semble avoir perdu patience. Quand il fut question de l'arrivée de Thorgan Hazard, Vargas fut vainement proposé à Zulte Waregen dans le cadre d'un deal un peu tarabiscoté. Le 7 août 2013, Genk a offert 4,7 millions d'euros à Gand pour s'offrir les services de Pelé Mboyo. Son ascension est phénoménale après une jeunesse difficile. En août, sa copine a été fauchée par une voiture et grièvement blessée. Si la chance lui sourit et si les blessures ne l'accablent plus, il formera un duo intéressant avec Jelle Vossen à Genk. Zorro est-il enfin arrivé avec ses bottes et son grand chapeau ? Personne ne détient la détente verticale de ce blessé au long cours. Après ses galères, le rythme lui pose encore des problèmes, son entente avec AleksandarMitrovic est intéressante et prouve qu'il a tout pour redevenir un joueur... " standard " d'Anderlecht. A moins que l'arrivée de David Pollet ne bouche son horizon.Opéré au tendon d'Achille, Monsieur Jo n'a pas de chance et doit remonter la pente, comme d'habitude. Le Club Bruges a besoin comme de pain blanc de ce baroudeur qui parle au coeur des supporters de son team. Généreux, il met la main à la pâte et sa générosité, crainte par ses adversaires, lui coûtera peut-être une grande carrière. Après avoir vécu de hauts à Louvain et de bas tant à Gand qu'à Beveren,le Verviétois s'est refait un bas de laine à Lokeren. On y a revu le Jordan Remacle présent, gagnant, entreprenant avant qu'Onur Kaya ne lui fasse involontairement un sabot de Zèbre en octobre. Opéré à la cheville, il aura " souri " en apprenant que Lokeren avait transféré Kaya.Son nom de famille a des airs de rivière, la Leie (Lys en français) qui ne passe pas loin de Waregem. Tirailleur sénégalais, Mbaye Leye sait que cette voie d'eau a été le théâtre de grandes batailles. Touché aux ligaments du genou droit, il mène lui aussi un long combat. Fauché en plein vol, Leye a été sur les genoux mais ne vivra jamais à genoux. Depuis le 12 janvier 2013, Poco évolue à Hanovre. Après de bons débuts, une rumeur, vite démentie, évoqua un possible départ. Content à Hanovre, il a marqué des points en équipe nationale. Hélas pour lui, Jan Vertonghen s'est solidement installé à l'arrière gauche. Mais il mérite une place dans le groupe au Brésil.PAR PIERRE BILIC - PHOTOS : IMAGEGLOBE