Yvan Fassotte va mieux. Dimanche, il a assisté en spectateur à la victoire de Liège face à Wevelgem qui assure au TEC une place en playoffs. "J'ai toujours été très sujet aux ulcères", explique l'ancien coach principautaire. "J'en avais déjà été victime à l'époque où j'entraînais Prayon. Lorsque j'avais déclaré, au terme du match contre Charleroi le 25 février, qu'il fallait attendre jusqu'au mercredi pour savoir s'il y aurait de nouveaux changements dans l'équipe, je songeais en particulier à moi. Je sentais que mon état de santé se dégradait, et effectivement, un ulcère n'a pas tardé à...

Yvan Fassotte va mieux. Dimanche, il a assisté en spectateur à la victoire de Liège face à Wevelgem qui assure au TEC une place en playoffs. "J'ai toujours été très sujet aux ulcères", explique l'ancien coach principautaire. "J'en avais déjà été victime à l'époque où j'entraînais Prayon. Lorsque j'avais déclaré, au terme du match contre Charleroi le 25 février, qu'il fallait attendre jusqu'au mercredi pour savoir s'il y aurait de nouveaux changements dans l'équipe, je songeais en particulier à moi. Je sentais que mon état de santé se dégradait, et effectivement, un ulcère n'a pas tardé à se déclarer. J'ai perdu beaucoup de sang et me suis fortement affaibli. Le médecin m'a quasiment dit: -Soit tu arrêtes de coacher, soit tu mets ta vie en péril! Je n'avais pas le choix. Aujourd'hui, j'ignore toujours si je reprendrai un jour du service. Le principal est de récupérer complètement". L'an passé, Yvan Fassotte avait été le premier lauréat des playoffs instaurés en D2 pour la montée. Fléron avait surpris tout le monde en partant de la 4e position et en coiffant tous ses adversaires sur le fil. Cette année, on retrouve pratiquement les mêmes équipes dans le tour final. Damme a remplacé Fléron parmi le quatuor, mais les trois autres retentent leur chance pour l'accession à la D1. "Pour moi, Estaimpuis (1er de la saison régulière) est le grand favori", affirme Yvan Fassotte. "Il n'y a pas photo avec les autres équipes. Les frontaliers allient le talent, la routine et l'expérience. Un joueur comme Melvin McCants n'a pas d'égal chez les rivaux". "Damme (2e) est une équipe que j'apprécie. J'ai toujours eu un faible pour ces guerriers un peu fêlés. Certains reprochent aux Flandriens un jeu trop dur, mais on a le droit de se battre en défense". "Huy (3e) est mon favori de coeur. J'adore le coach Jeannot Dethier avec qui je m'entends à merveille. Mais la raison m'incite à ne pas miser sur lui. L'an passé, le ciel était sans nuage au-dessus de Huy au niveau de l'ambiance. Cette saison, il est plutôt orageux. Le renvoi de Tony Marion est un signe qui ne trompe pas. Le comité n'a-t-il pas déforcé l'équipe en prenant cette décision? J'avais été confronté à la même situation lorsque j'ai renvoyé Tyson Patterson. J'ai pris mes responsabilités et j'ai assumé. Je suppose qu'à Huy, on l'a fait aussi". "Gand (4e) possède un bon groupe, mais il lui manque de la créativité et de l'explosivité". Mais Gand a terminé 4e... la place qui avait valu le titre à Fléron l'an passé. "Les circonstances étaient différentes", estime Yvan Fassotte. "Nous avions eu beaucoup de blessés pendant la saison et les avions récupérés juste à temps pour les playoffs. Mes joueurs étaient les plus frais... et les plus jeunes". Précisément: Estaimpuis est l'équipe la plus âgée de D2. Cela ne risque-t-il pas de lui jouer des tours lorsqu'on joue tous les deux jours? "Je ne le pense pas. Ils ont, au niveau du potentiel, une marge suffisante par rapport aux autres équipes. Je mise sur une finale Estaimpuis-Damme".