ArnarGretarsson (ex-joueur de Lokeren et de l'AEK Athènes) est le manager sportif du Club Bruges depuis un peu plus d'un mois. Faute de recul, il n'a pas pris de décisions dans les transferts effectués en janvier. " Vincent Mannaert et la cellule de scouting s'en sont chargés. Heureusement, j'avais vu Laurens De Bock à deux reprises et mes contacts à Lokeren m'ont permis de récolter des informations complémentaires. Malgré son jeune âge, il évolue en D1 depuis trois ans. C'était un candidat idéal. Et il a l'avantage d'être belge. D'ailleurs, nous voulons disposer à l'avenir de 60 à 70 % de joueurs belges. Le transfert de Junior Malanda a échoué. Il paraît que le joueur était d'accord. J'ignore ce qui n'a pas marché. C'est dommage car il nous convenait. Je lui conseille en tout cas de mûrir en...

ArnarGretarsson (ex-joueur de Lokeren et de l'AEK Athènes) est le manager sportif du Club Bruges depuis un peu plus d'un mois. Faute de recul, il n'a pas pris de décisions dans les transferts effectués en janvier. " Vincent Mannaert et la cellule de scouting s'en sont chargés. Heureusement, j'avais vu Laurens De Bock à deux reprises et mes contacts à Lokeren m'ont permis de récolter des informations complémentaires. Malgré son jeune âge, il évolue en D1 depuis trois ans. C'était un candidat idéal. Et il a l'avantage d'être belge. D'ailleurs, nous voulons disposer à l'avenir de 60 à 70 % de joueurs belges. Le transfert de Junior Malanda a échoué. Il paraît que le joueur était d'accord. J'ignore ce qui n'a pas marché. C'est dommage car il nous convenait. Je lui conseille en tout cas de mûrir encore en Belgique, où il a l'occasion de jouer. " Concernant le transfert d'Eidur Gudjohnsen, Islandais et... âgé, Gretarsson se veut nuancé. " Quand il m'a contacté, j'ai renvoyé la balle au management et à l'entraîneur, tout en donnant mon avis : c'est un bon joueur. Il peut apporter un plus à l'équipe. Il ne va pas travailler ni tacler. Il est l'homme de la dernière passe, des buts. Je préfère cependant les jeunes : ils sont moins chers, ils ont faim de succès et leur transfert ultérieur peut rapporter, même s'il ne faut pas se focaliser sur cet aspect. " Gretarsson demande du calme et de la stabilité, des normes devenues rares dans le football contemporain... " Il est impossible de conserver une équipe quatre ou cinq ans. À chaque match, il y a 40 scouts dans la tribune, représentant de grands championnats. Un club n'est pas un magasin qui achète et vend des footballeurs : il faut former une équipe gagnante. Idéalement, on ne vend un joueur que tous les deux ou trois ans. " Pour assurer cette stabilité, le nouveau directeur sportif souhaite que l'entraîneur prolonge rapidement son contrat, qui vient à terme en mai. " Les joueurs apprécient ses méthodes, sa clarté. Juan CarlosGarrido est très correct. Quand il n'est pas content, il le dit. Il traite chacun de la même manière. Nous ne sommes pas contents du mois de janvier mais ça peut arriver. Une défaite ne doit pas être synonyme d'enterrement, pas plus qu'une victoire n'est un mariage. " Comme l'illustre l'échec du transfert de Malanda, tous les joueurs ne sont pas pressés de signer à Bruges. " Nous devons rechercher des joueurs qui ont envie de se produire chez nous, pas des éléments qui nous considèrent comme une étape car ceux-là ne pensent qu'à leur transfert et ils ne sont pas performants. " L'embauche à ce poste d'un Islandais a fait couler de l'encre. " J'ai travaillé en Grèce, en Ecosse, en Islande. J'ai accumulé des expériences variées. Quand on ne connaît qu'un championnat, on a parfois des oeillères, on pense que sa voie est la seule valable. " Gretarsson requiert une approche offensive. Il y a quelques années, Marc Degryse s'est brûlé en voulant modifier le style de jeu du Club. Son homologue islandais ne redoute pas de subir le même sort. " Beaucoup de gens veulent voir des duels, du caractère, de l'engagement et ils me l'ont dit. Ils ont raison, c'est une évidence : il faut tout donner sur le terrain. Le meilleur des footballeurs ne réussira pas s'il ne se bat pas mais il faut aussi du talent. Ballon au pied, dans la dernière passe, à la finition. Jouer au bon rythme, en un temps. Les meilleurs doivent entraîner les autres dans leur sillage et non penser à leur petite personne. On ne voit pas constamment les meilleurs : ils reçoivent le ballon, le passent et hop, c'est fini. Un dribble a l'air fantastique mais ceux qui conservent longtemps le ballon ne réussissent pas au plus haut niveau car ils laissent à l'adversaire le temps de se réorganiser. Les bons joueurs sont ceux qui procèdent en un ou deux temps et font progresser les autres. Encore faut-il former une équipe car c'est elle qui vous mue en grand joueur. "? PETER T'KINTGretarsson veut dès à présent prolonger le contrat de Garrido.