1. PHILIPPE COLLIN - PHIL CONDUCTEUR

Philippe Collin (66 ans) se montre peu, parle rarement et sourit volontiers. Mais il décide de tout ou presque. À Anderlecht où c'est lui, par exemple, qui a eu la peau du projet visant à faire entrer Lucien D'Onofrio. Et à la Fédération où ce n'est pas un président comme François De Keersmaecker ou un directeur technique (MichelSablon, Francky Dury ou Benoît Thans) qui a un mot à dire au moment de nommer un nouveau coach fédéral. Tout ce pouvoir va chez Collin, le président de la commission technique.
...

Philippe Collin (66 ans) se montre peu, parle rarement et sourit volontiers. Mais il décide de tout ou presque. À Anderlecht où c'est lui, par exemple, qui a eu la peau du projet visant à faire entrer Lucien D'Onofrio. Et à la Fédération où ce n'est pas un président comme François De Keersmaecker ou un directeur technique (MichelSablon, Francky Dury ou Benoît Thans) qui a un mot à dire au moment de nommer un nouveau coach fédéral. Tout ce pouvoir va chez Collin, le président de la commission technique.Bart Verhaeghe (47 ans), c'est " le pharaon flamand ", ou " l'autre Bart qui secoue le nord du pays ". Il est devenu une des premières fortunes belges en réussissant notamment dans l'immobilier. Alors, il se lâche depuis qu'il est propriétaire du Club Bruges, avec des entraîneurs hors de prix (Christoph Daum, Georges Leekens, Juan Carlos Garrido) et un charter de nouveaux joueurs en été puis en janvier. Fédération (Leekens), Cercle (Eidur Gudjohnsen), l'homme aime aussi la débauche. À son passif : son projet de nouveau stade continue à patiner.Le Standard est plus que jamais le club d'un seul homme : Roland Duchâtelet (66 ans). Pierre François l'a compris, Jean-François de Sart le comprend. Le capitaine d'industrie va-t-il dans le mur ? Le peuple rouche en est sûr mais ça ne le tracasse pas. Mircea Rednic a lui aussi vite saisi qu'il devrait se plier aux décisions parfois radicales de Duchâtelet ou déguerpir.Le baril de poudre à Mons, c'est terminé. Les grosses erreurs de casting, on n'en parle plus. Les clashes dans le vestiaire, c'était hier. Les contrats hollywoodiens, terminé. Ce club vit une saison tranquille avec un coach apaisant et un président qu'on voit encore à peine dans les médias. Domenico Leone (58 ans) ne connaît plus les parasitages. Il continue simplement à financer la machine. Quand il était manager général auto-proclamé de Charleroi, Mogi Bayat (37 ans) affirma qu'il travaillait bénévolement. Il s'est bien rattrapé entre-temps. Dans le monde des agents, plusieurs managers bien installés ont compris qu'ils devaient collaborer avec lui, sous peine de voir filer leurs joueurs. C'est ainsi qu'il s'est introduit dans deux tiers de nos clubs. Et suite à la reprise par son frère, il a fait son retour au Sporting. Prends ça Tonton !Les problèmes, les coups, les acrobaties (financières), Lucien D'Onofrio (57 ans) connaît. Fortune faite, il pourrait faire le rentier en attendant les verdicts de la justice. Au lieu de cela, il continue à intervenir dans plein de gros dossiers. Les tentatives de reprise d'Eupen, de Charleroi, de Tubize, du White Star, c'est lui. Placer Frankie Vercauteren à Lisbonne, c'est encore lui. Essayer de rapatrier Steven Defour à Anderlecht (pour provoquer un peu plus le Standard ?), c'est toujours lui.A la CCA, Robert Jeurissen (64 ans) n'a pas que des partisans. Quand il pousse pour que Serge Gumienny devienne notre nouvel arbitre numéro 1, il fait fausse route. Mais au moins, il assume. Quand il se retirera, on retiendra aussi les réussites de sa présidence, comme le fait d'avoir régné à l'ère Frank De Bleeckere, récemment désigné 4e meilleur arbitre du monde pour la période 2001-2012. Le fait d'avoir autorisé deux arbitres supplémentaires pour les prochains PO et la Coupe est aussi une plume au chapeau du shérif.Roger Vanden Stock (70 ans) est à un âge où il pourrait se retirer tranquillement et passer son temps sur les parcours de golf. Mais la passion est toujours là. Anderlecht reste son bébé et il pète de santé : encore un titre l'été dernier, une nouvelle participation à la Ligue des Champions, un autre titre promis en mai et une qualification automatique pour le grand bal européen. Il a dit qu'il raccrocherait avant 2020 : en laissant au Sporting un stade enfin rénové ? C'est l'un de ses derniers grands défis.Il fallait remonter à l'ère Robert Louis-Dreyfus au Standard pour voir un dirigeant de club belge se pointer à une conférence de presse avec une casquette. Mehdi Bayat (33 ans ; prénom français : Robert ; prénom iranien complet : Mehdigholi) a refait le coup quand il a annoncé qu'il virait Mohammed Aoulad. Après tout, il veut rendre une vraie touche carolo à son Sporting. Oui, " son " Sporting car il en détient 5 % des parts et a allongé 300.000 euros pour en être le propriétaire avec Fabien Debecq. Il y a un an, Georges Leekens (63 ans) était encore le boss des Diables. Il y a quelques semaines, il avait le noyau de Bruges sous sa coupe. Et aujourd'hui ? Plus rien. On raconte qu'il est encore (et uniquement) le patron de son couple. A vérifier.PAR PIERRE DANVOYE- PHOTOS: IMAGEGLOBE