1 BART VERHAEGHE

RETOUR VERS LE FUTUR
...

RETOUR VERS LE FUTUR Vainqueur du bras de fer politique dans la crise du stade national, homme fort d'un Club qui survole le championnat et véritable patron sur les dossiers les plus chauds de la Fédé, le roi des Flandres est omniprésent sur la scène footballistique nationale. En laissant, toujours, cette impression d'avoir plusieurs coups d'avance sur la concurrence. Si Bruges semble déjà dans le futur, c'est aussi parce que son président a appris à voyager dans le temps. KING B Avec son phrasé de présentateur télé, ses punchlines aussi soigneusement préparées que son sourire et son sens inné du compromis à la belge, Mehdi B est devenu un personnage incontournable du football national. En plus de gravir les échelons quatre à quatre à la Maison de Verre, il permet à son Charleroi de côtoyer les hautes sphères du classement. À 39 ans seulement, il a déjà compris toutes les ficelles du métier. L'homme fort de demain, mais déjà un de ceux d'aujourd'hui. PORT DE PLAISANCE Débarqué au Bosuil pour s'installer au chevet du Great Old, l'ancien homme fort de Sclessin a fait jouer ses réseaux pour réveiller le géant endormi. Avec les coudées franches pour la gestion sportive de l'Antwerp, Don Luciano a installé son vieil acolyte Laszlo Bölöni à la barre, et voit son paquebot anversois naviguer tranquillement vers des play-offs 1 complètement inespérés. Normalement, il n'y a qu'à Jérusalem qu'on voit ce genre de résurrection. TOUR DE MOGI Le mois de janvier a encore été le sien. Comme toujours. Mogi à Neerpede, Mogi à Watford, Mogi à Charleroi, et même Mogi à Bruges. Les aventures du boulimique des transferts ne semblent pas près de s'arrêter. Mis à l'écart des Mauves par l'arrivée de Marc Coucke et le probable départ de Van Holsbeeck ? C'est sans compter sur l'obstination du dealmaker, qui a déjà gratté son selfie avec le futur président du Sporting pendant les stages en Espagne. Le marché belge reste le sien. GANT DE VELOURS On dit parfois que le vestiaire des Diables manque de patrons, mais le géant de Stamford Bridge n'est jamais bien loin quand il faut taper du poing sur la table. Capable de remettre publiquement en cause les choix de son coach, de pointer du doigt les erreurs tactiques en interview d'après-match ou de faire chauffer les oreilles de ses défenseurs quand la ligne arrière prend l'eau, Courtois a l'étoffe du patron dont les Belges ont besoin pour éviter les obstacles de l'été russe. SÉBASTIEN PARMI LES HOMMES Au sein d'une fédération arbitrale qui récolte chaque week-end une averse de critiques, le sifflet de Soignies semble toujours slalomer entre les gouttes. Une nouvelle fois élu " Sifflet d'or ", Sébastien dialogue avec les joueurs, évite la plupart des polémiques, et parvient même à utiliser le VAR (presque toujours) à bon escient. Suffisant pour mériter une place dans le top 100, même si on dit souvent que les bons arbitres sont ceux dont on ne parle jamais. POLO XXL Revenu à Sclessin en héros, il a claqué quelques buts importants au milieu de matches passés à chercher sa condition physique. Il a parfois l'air cramé, mais n'est jamais remplacé. Logique, pour celui que certains présentent comme le véritable patron sportif du Standard. Boss du vestiaire et homme du président, le Congolais fait la pluie et le beau temps en bord de Meuse. Pas trop de souci à se faire pour son après-carrière. FILS DE Écarté par Herman Van Holsbeeck, qui l'avait envoyé dans le placard de l'ECA (association des clubs européens), le rejeton de Michel s'apprête à revenir à Neerpede par la grande porte. Chaînon capital dans l'arrivée en coup de tonnerre de Marc Coucke au RSCA, il devrait hériter d'un poste en vue dans l'organigramme du Sporting de demain. Et peut-être même du bureau d'Herman, par la même occasion. BORDEAUX ET GREENS Il est certainement le chômeur le mieux payé du Royaume. Et aussi celui dont on parle le plus souvent. Cité à Bordeaux, attendu comme le Messie chez les Diables, Michel Preud'homme se contente pour l'instant de fouler les greens. Mais le retour aux affaires ne devrait pas tarder pour celui qui avait conduit Bruges à son quatrième podium en quatre ans avant de se mettre en congé sabbatique. Reste à savoir où il déposera ses prochains trophées. LE MARIONNETTISTE Dans l'ombre, il est considéré comme l'un des hommes-clés du plus grand transfert de l'Histoire du jeu. Il se dit souvent que l'arrivée de Neymar à Paris n'aurait pas pu se faire sans lui. Parrain occulte du milieu, il continue à tirer les ficelles au sein d'un club de Mouscron où tous les dirigeants ressemblent à d'impuissantes marionnettes. Promis, s'il amène Cristiano Ronaldo au Canonnier, on le met numéro 1 du top 100 la saison prochaine.