1 Fabien Camus (Charleroi)

21 ans, 16 matches, 4 buts, 2 assists
...

21 ans, 16 matches, 4 buts, 2 assists " Ce technicien possède un magnifique touché de balle des deux pieds. Fabien Camus peut éliminer un homme sur un mètre carré mais, et c'est peut-être le plus important dans le football moderne : il excelle dans la technique en mouvement. Cela lui permet de clouer son garde-chiourme sur place. Sa frappe n'est pas nécessairement puissante mais surprenante, inattendue et précise. Cette saison, il confirme dans un contexte différent, face à des adversaires qui savent bien que l'attaque de Charleroi est assez pâle et que le danger vient de la ligne médiane. Son match contre Genk fut somptueux. Jeu court, lecture en profondeur, position sur les ailes ou dans l'axe, adaptation à tous les systèmes : sa formation à la française est complète. Il a bien fait de refuser l'offre du Steaua Bucarest. A son âge, il a le temps. Camus pourrait sans problème à Anderlecht, Bruges, Genk ou au Standard. Techniquement, il me fait penser à Sergio Conceiçao ". 24 ans, 17 matches. " Venu du Germinal Beerschot après avoir mûri à Beveren et Beveren, ce médian défensif progresse petit à petit au fil des saisons. Il avait plus de 130 matches de D1 à son compteur personnel et c'est un récupérateur de métier que Genk a engagé en été dernier. C'est un brise-lames, un essuie-glace, une machine à laver qui récupère un grand nombre de ballons et les rend bien propres aux techniciens de l'équipe. Il sait ce qui lui convient et se sacrifie totalement au collectif limbourgeois. Cette courroie de transmission a un bon placement et c'est nécessaire derrière Wouter Vrancken qui plonge dans l'axe ou Thomas Chatelle et Tom Soetaers qui s'évadent souvent sur les ailes. Ce roc est un des piliers de Genk. Le duo qu'il forme avec Vrancken devant la défense de Genk équilibre parfaitement la formation d' Hugo Broos. Sa constance lui permettra de confirmer lors du deuxième tour. Il mériterait d'être retenu en équipe nationale ".30 ans, 17 matches, 3 buts, 1 assist. " Il me fait parfois penser à un Solex : avec son petit moteur, il ose prendre le départ d'un GP de vitesse pure 500cc. Qui lui donnerait une chance de se frayer un chemin entre tous les gros cubes. Personne. Pourtant, Jefke franchit toujours la ligne d'arrivée. Je crois que ses adversaires directs et même les coaches de D1 le sous-estiment un peu, ne voulant pas prendre des précautions particulières et consacrer un homme à sa garde. Delen en a profité pour s'installer à gauche, travaille sans cesse ses automatismes, perfectionne son rendement collectif, prend de plus en plus de place. C'est un ouvrier qualifié qu a désormais beaucoup de métier. C'est en tout cas un véritable clubman, une race en voie de disparition. Avec des joueurs comme lui, et des gars ayant voyagé, à l'exemple de Ronny Gaspercic ou Nico Van Kerckhoven, Westerlo a créé un esprit club, un climat agréable et très positif qui explique pas mal de choses ". 20 ans, 16 matches, 1 assist. " Champion du monde avec les -20 ans d'Argentine, il brille par sa technique, ses déviations, ses passes. En Amérique latine, le jeu est plus lié. Ici, les joueurs sont moins doués, compensent par un gros engagement : on n'a pas le temps de calligraphier sa copie. Lucas Biglia est plus à l'aise lors des affiches (Ligue des Champions) car le niveau technique est plus élevé. A Beveren, il a perdu un ballon, ce qui entraîna une douloureuse égalisation. Quand il y a moins d'équipiers engagés à côté de lui, cela l'ennuie. On le dit trop gros : j'en doute. J'ai connu beaucoup d'Argentins en Italie. Ce sont de gros mangeurs de viande. Ils sont costauds mais leur apport est solide aussi. Son rôle est différent de celui de Pär Zetterberg qui jouait plus haut. A 35 ans, Pär avait assez de métier pour faire la différence sur un dribble, une passe, un coup franc. Biglia n'a pas encore ce vécu. Ca viendra et son rôle sera plus vaste que celui de Pär ".33 ans, 15 matches, 3 buts, 4 assists. " Il apporte enfin ce qu'on attendait de lui. Après avoir passé quatre ans à Schalke, il est revenu à Bruges la saison passée. En 2005-2006, ce ne fut pas évident au c£ur d'une équipe qui a cherché sa voie. Sven est désormais capitaine, c'est un signe de confiance, et joue plus bas, en contrôleur devant la défense. La saison passée, il évoluait plus près des attaquants. Il préfère avoir le jeu devant lui et peut alors analyser plus aisément le jeu, en être l'architecte tout en arrivant, quand il le veut, de loin pour frapper ou pousser l'effort jusqu'au bout. C'est un médian qui se place bien, récupère, délivre des passes décisives et est capable de marquer. Avec l'âge, il a appris à se gérer. Avant, il voulait être tout de suite le meilleur, le plus beau et s'étouffait trop vite. Maintenant, il démarre à l'aise, garde du jus afin de pouvoir faire la différence, si nécessaire, à la fin du temps ce jeu : c'est ce qu'on appelle le métier ".26 ans, 17 matches, 2 buts, 1 assist. " Jacky Mathijssen est un tacticien et un organisateur de première force. Il a l'envergure pour le top belge. Il savait que Tim Smolders pouvait lui apporter beaucoup dans la ligne médiane. L'ancien Brugeois est revenu de Hollande, où il a passé deux saisons à RBC, et on a retrouve ce joueur appliqué, sérieux, solide, grand, attentif aux missions tactiques qu'on lui attribue. Il joue simple et juste. Ce faux lent donne parfois l'impression d'être un poil en retard à la réception du ballon mais il est quand même là et en fait un bon usage ou marque. Cet apport bien belge, cette rigueur à la flamande, fait du bien aux excellents Sébastien Chabaud, Abdelmajid Oulmers, Camus. C'est avant tout un homme de réseaux tactiques, si je puis dire, qui exprime toute son importance à Charleroi en ne pensant pas à soi mais en tissant la toile collective. Sans cet esprit ce groupe, les Zèbres ne seraient pas autant à la fête ".25 ans, 15 matches, 3 buts, 2 assists. " C'est la surprise du chef et je ne m'attendais pas, de sa part, à un premier tour de championnat de cette qualité. On l'avait parfois vu à son avantage la saison passée mais, cette fois, il devait faire oublier Vrancken parti à Genk. Georges Leekens a l'art de dénicher des inconnus, de cerner leur potentiel et de les couler dans un bon moule. Ce médian défensif a les atouts qui conviennent à la façon dont son coach voit le foot : taille, présence dans le trafic aérien défensif et... offensif. Il a déjà gagné quelques points en reprenant des centres du caillou. Autrement dit, c'est un joueur utile et, d'après ce que je sais, un gars modeste qui avance sagement dans sa carrière. Les observateurs ont relevé le fait qu'il permet finalement aux autres de mieux jouer car il tire le filet défensif. Son sérieux a attiré le regard de clubs étrangers et on le compare à Timmy Simons. C'est justifié mais il doit confirmer ".22 ans, 14 matches. " Il a repris du poil de la bête cette saison et joue régulièrement, ce qui lui fait du bien. C'est un joueur agressif depuis toujours et qui n'a pas attendu son passage à Tottenham pour rentrer dans le lard. Un jour, cet excès d'engagement fera une grosse omelette comme ce fut presque le cas contre le Standard : il a blessé Steven Defour. Cela valait du rouge et son équipe aurait été handicapée en cas d'exclusion. Jonathan est impulsif et est capable de tackler trois fois en quelques secondes : si c'est raté, il se relève et se relance gaiement. Non : une intervention défensive doit être claire et nette. On veut le ballon, on le prend en une fois au bon moment. Jonathan est plus un médian défensif qu'un arpenteur des flancs. Emilio Ferrera a eu le nez fin en l'associant à Vermant qui lui apporte son calme et son métier. C'est un apport en or pour Jonathan. De son côté, Vermant ne doit pas trop tacler : Blondel le fait pour lui ". 25 ans, 17 matches, 6 buts, 2 assists. " Si on retient sa situation, et le fait qu'il soit en fin de contrat, je me dis que son premier tour fut bon. Par expérience, je sais que ce n'est pas facile à vivre dans un club comme le Standard car il y a beaucoup de pression. Karel Gerarets s'en moque, est sûr de lui tout en restant indispensable. Il a son style à lui, s'infiltre, a du feeling à la finition et l'équipe en tient compte. En équipe nationale, par contre, ses armes ne lui ont jamais été utiles. Il n'y pas encore répété ses prestations liégeoises. Je n'aimais pas du tout affronter ce type de joueurs sur un terrain. Geraerts, c'est une santé, un gars qui fonce comme un tank tout droit vers le gardien. Marc Wilmots jouait un peu comme cela et il est préférable de l'avoir dans son camp qu'en face de soi. Marouane Fellaini remplacera Karel dans ce rôle avec plus d'envergure physique et moins de feeling. A ses côtés, on peut placer Siramana Dembele et, bien sûr, Steven Defour ". 27 ans, 17 matches, 3 assists. " Je m'étonne un peu de ne pas retrouver des joueurs comme Ahmed Hassan, Sergio Conceiçao ou Milan Rapaic dans ce classement et cela s'explique par leur irrégularité, leurs blessures, des suspensions. Ils demeurent au-dessus du lot et cela n'enlève rien du tout aux indiscutables mérites de Laurent Macquet qui, avec Camus et Biglia, fait partie du trio le plus technique de ce top 10. Le Français apporte beaucoup à Beveren et ce meneur de jeu est pratiquement aussi fort balle au pied que les Ivoiriens (ce qui n'est pas rien) avec le réalisme européen à la clef. Il canalise les envolées africaines du groupe. Son adaptation n'a pas posé de problèmes car, de par son passé à Charleroi, il connaissait le football belge. De plus, il n'a pas de soucis de dialogue avec les Ivoiriens qui parlent français. Walter Meeuws a bien fait d'aller le rechercher en Grèce. C'est aussi un battant qui transmet bien son envie de gagner autour de lui ".PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC