Chaque continent prépare le Mondial à sa façon. Le premier tour est achevé en Afrique, mais la seconde phase ne débutera qu'en mai 2021. L'Asie aurait normalement dû reprendre les qualifications la semaine prochaine, mais la résurgence du virus l'a contrainte à postposer la reprise au mois de mars. Ces reports commencent à donner des maux de tête à Gianni Infantino, le président de la FIFA, car le chemin menant au Qatar est encore long. Les qualifications d'Europe et d'Amérique du Nord débutent également au printemps. L'Amérique du Sud les entame cette nuit, en pleine crise sanitaire. Elle aurait dû s'y atteler dès le mois de mars dernier, mais elle a dû tout décaler. Il est impossible de reculer une fois de plus l...

Chaque continent prépare le Mondial à sa façon. Le premier tour est achevé en Afrique, mais la seconde phase ne débutera qu'en mai 2021. L'Asie aurait normalement dû reprendre les qualifications la semaine prochaine, mais la résurgence du virus l'a contrainte à postposer la reprise au mois de mars. Ces reports commencent à donner des maux de tête à Gianni Infantino, le président de la FIFA, car le chemin menant au Qatar est encore long. Les qualifications d'Europe et d'Amérique du Nord débutent également au printemps. L'Amérique du Sud les entame cette nuit, en pleine crise sanitaire. Elle aurait dû s'y atteler dès le mois de mars dernier, mais elle a dû tout décaler. Il est impossible de reculer une fois de plus les matches, compte tenu du calendrier : les nations sud-américaines s'affrontent par aller-retour, ce qui représente 18 matches par équipe. Elles sont en lice jusque mars 2022, pour autant qu'il n'y ait pas de nouvelle interruption. Le tournoi débute quelques mois plus tard, fin novembre. Après les premiers matches de cette nuit, la deuxième journée se déroule le mardi 13 octobre. Les internationaux qui évoluent en Europe reprendront ensuite l'avion, en espérant ne pas être contaminés quelque part en chemin. Ils pourront jouer le week-end, si les règles locales de quarantaine le permettent. On est dans l'improvisation pure. Les voyages sont strictement limités dans de nombreux pays, même si le roi football bénéficie souvent de passe-droits. Ainsi, la fédération argentine de football a envoyé deux jets privés en Europe pour ses internationaux. La plupart des pays restent sur une année sans match. Le dernier duel de l'Argentine date du 18 novembre 2019. Le Brésil et les autres sont dans le même cas. Aucune équipe n'a donc d'automatismes. Un autre élément à épingler : quatre des dix pays ont un sélectionneur argentin. En plus de l'Argentine elle-même ( Lionel Scaloni), c'est le cas de l'Équateur, du Paraguay et du Pérou. Les joueurs de l'Équateur vont devoir faire preuve de souplesse : leur équipe a pris congé de Jordi Cruijff le 23 juillet et Gustavo Alfaro dispose de peu de temps pour placer son empreinte. Idem au Venezuela, où le Portugais José Peseiro (soixante ans) est en poste depuis le 4 février, mais vient d'effectuer sa première sélection. Il a repris un nouveau : Eric Ramirez, un attaquant de 21 ans qui travaille sous les ordres de Bernd Storck au Dunajska Streda, le leader du championnat slovaque. Il y a des absents. L'Argentine peut compter sur Lionel Messi, sans doute en soutien de Lautaro Martinez, mais est privée de Sergio Aguëro. Gonzalo Higuain, la star de l'Inter Miami et joueur le plus cher de MLS, n'est plus disponible. Le Paraguay a surpris en invitant Gaston Gimenez. Il s'est récemment distingué et en novembre 2018, il portait encore le maillot de... l'Argentine contre le Mexique. La FIFA l'a autorisé à changer de nation. Gabriel Jésus est le grand absent du Brésil. Matheus Cunha (Hertha) le remplace. Le coronavirus aura joué des tours à la Colombie jusqu'à la dernière minute. Queiroz a attendu très longtemps avant d'opérer une sélection définitive, qu'il a ensuite rassemblée en Europe, d'où un charter a conduit directement les Colombiens à Barranquilla, pour limiter les risques au maximum. Le pays attend énormément de James Rodriguez, brillant à Everton. Il n'a plus joué de match international depuis juin 2019 et l'élimination de la Colombie par le Chili en Copa América.