La BFFA (Belgian Federation of Football Agents) est déçue des propositions faites par la commission d'experts qui s'est penchée sur les indemnités des managers et les contrats des joueurs. Le 6 mai, la Pro League se penchera sur ces projets de réformes. Par exemple, les managers seront payés par les joueurs, plus par les clubs. Une Clearing House, formée par des experts indépenda...

La BFFA (Belgian Federation of Football Agents) est déçue des propositions faites par la commission d'experts qui s'est penchée sur les indemnités des managers et les contrats des joueurs. Le 6 mai, la Pro League se penchera sur ces projets de réformes. Par exemple, les managers seront payés par les joueurs, plus par les clubs. Une Clearing House, formée par des experts indépendants nommés par la Pro League, étudiera tous les transferts et les prolongations de contrat. Les clubs paieront 5.000 euros par an, les agents le double. La BFFA a été fondée en décembre à la suite du Footbelgate. Elle veut réguler sa profession et être reconnue. Elle compte actuellement trente membres, parmi lesquels les managers les plus influents de Belgique, hormis Stijn Francis et Jacques Lichtenstein. Mogi Bayat et Dejan Veljkovic, inculpés, n'en sont pas membres non plus. La BFFA reproche à la Pro League ne n'avoir pas consulté les autres parties (les autorités, l'UB, le syndicat des joueurs Sporta) et affirme que presque toutes les propositions sont juridiquement contestables. L'association veut une réglementation qui permet à chacun de savoir à quoi s'en tenir à l'avance et refuse que les managers soient mis hors-jeu. " On nous place dos au mur ", déclare le président de la BFFA, Jesse De Preter. " Si c'est ça le niveau de la Pro League, je n'ose imaginer ce qu'elle fait avec le reste. Avec ce projet, la maladie du football belge va devenir une situation standard. La profession de manager disparaît. Les joueurs ne travailleront plus qu'avec un agent toléré par le club, qui conclura le contrat ou le transfert avant de disparaître. Les clubs reprennent leur ancien monopole et les énormes primes à la signature vont devenir la nouvelle norme. " Le projet, qui semble inspiré par la croisière de Marc Coucke en la matière, doit constituer un modèle pour les autres pays européens, selon la Pro League.