1. JOHN VAN DEN BROM PARLEZ-VOUS FRANÇAIS ?

Plan B, plan C, plan Z : si JVDB avait réussi à planter le décor de la transition, il n'aurait pas été question d'alternatives. Porté pâle sur la scène européenne, Anderlecht éprouve de la peine à suivre le rythme imprimé par le Standard. Son image auprès du public, d'insiders et de décideurs du club, a piqué du nez. Il mélange sans cesse ses cartes et serait totalement perdu sans l'apport de Besnik Hasi. Comme Luzon au Standard, il ne parle pas français. ...

Plan B, plan C, plan Z : si JVDB avait réussi à planter le décor de la transition, il n'aurait pas été question d'alternatives. Porté pâle sur la scène européenne, Anderlecht éprouve de la peine à suivre le rythme imprimé par le Standard. Son image auprès du public, d'insiders et de décideurs du club, a piqué du nez. Il mélange sans cesse ses cartes et serait totalement perdu sans l'apport de Besnik Hasi. Comme Luzon au Standard, il ne parle pas français. Cela limite ses échanges avec le sud du pays. Spijtig, dommage. Si un club du Calcio les engage demain, ils apprendront l'italien en trois mois Londres, le pudding et Chelsea ne convenaient pas au rouquin. José Mourinho ne s'était pas entiché de lui. Il est retourné en Allemagne, à Wolfsbourg (prix du transfert 22 millions d'euros) où on aime les gros cubes. Volkswagen, das auto. Kevin De Bruyne pilotera-t-il cette voiture ? We Chel-sea... Le directeur technique du Standard, catalogué à vie Sang et Marine par une frange des supporters, a souvent été la tête de Turc. Roland Duchâtelet ne lui a guère facilité la tâche en la jouant solo. Son pré carré, c'est l'Académie. Mais on ne rendra jamais au père de Julien ce qui appartient au père de Julien, mal-aimé trop gentil pour ce milieu. Anderlecht doit beaucoup au Louviérois dans la conquête de son dernier titre national. Pourtant, le meilleur gardien de but de la Jupiler League n'est même pas le 3e gardien de l'équipe nationale. Il l'a boudée sur un coup de blues. Pas apprécié à sa juste valeur et très courtois, cet homme mériterait de compléter la bande des gardiens belges au Brésil. Le milieu de terrain brugeois est un des meilleurs techniciens de l'élite. Souvent blessé, il avait été cité à Manchester United en été. Un tel joueur semble perdre son temps à Bruges, pris en sandwich entre ses ambitions et ses souvenirs de gloire. S'il était estimé à sa juste valeur, il pourrait rêver du Brésil. A l'image de nombreux arbitres belges, il ne tient pas la grande forme. Le Limbourgeois n'a plus guère la cote en D1. Cette saison, Mons songea à le récuser après des décisions étonnantes prises à Gand. Comme dans " Le train sifflera trois fois " il dégaine parfois plus vite que son ombre. Dommage car il n'est pas le Gary Cooper de l'arbitrage.PAR PIERRE BILIC - PHOTOS : IMAGEGLOBE