1 ABBAS BAYAT CHARLEROI-BRUSSELS SOUTH

Tonton Bayat continue à flinguer de plus belle à 64 ans. Sur les entraîneurs, notamment, mais aussi sur les arbitres, les joueurs. Bref, sur tout ce qui bouge dans le landerneau du foot. Le président du Sporting zébré ne reste d'ailleurs pas en place non plus. Au propre comme au figuré puisqu'il dirige à présent le RCSC depuis sa société à Bruxelles. Mais pour combien de temps encore ? Car c'est un secret de polichinelle que l'homme d'affaires cherche un repreneur.
...

Tonton Bayat continue à flinguer de plus belle à 64 ans. Sur les entraîneurs, notamment, mais aussi sur les arbitres, les joueurs. Bref, sur tout ce qui bouge dans le landerneau du foot. Le président du Sporting zébré ne reste d'ailleurs pas en place non plus. Au propre comme au figuré puisqu'il dirige à présent le RCSC depuis sa société à Bruxelles. Mais pour combien de temps encore ? Car c'est un secret de polichinelle que l'homme d'affaires cherche un repreneur. Il a tout perdu ces derniers mois : son brassard de capitaine au profit de Lucas Biglia, sa place de back gauche occupée par Behrang Safari et, surtout, pas mal de considération. Conscient des difficultés à retrouver son statut d'antan après une opération à la cheville en 2010, Olivier Deschacht (31 ans demain) a joué son petit Calimero dans la presse. Ce qui n'a pas arrangé son cas. " La classe " avait dit à son propos, jadis, l'arbitre Eric Romain, devenu superviseur des referees. Douze ans plus tard, on est loin du compte. Serge Gumienny (39 ans) a pris le relais de Frank De Bleeckere comme n°1 en Belgique mais en fin d'année passée, la FIFA l'a rétrogradé après deux prestations insuffisantes. Du coup, le beau Serge ne représentera pas notre pays à l'EURO 2012. Vous avez dit classe ou casse ? Dans le cas d' Anthony Vanden Borre (24 ans), cet homme est Frankie Vercauteren, son entraîneur à Genk la saison passée. Sans celui qui l'avait déjà eu sous ses ordres à Anderlecht, le solide défenseur a perdu ses points de repère. Au point d'avoir été versé temporairement dans le noyau B par le nouveau coach, Mario Been. Le DG d'Anderlecht bénéficie de l'estime des supporters suite aux résultats flatteurs des Mauves. Mais ils réclamaient encore sa tête il y a quelques mois, lorsque l'équipe a perdu complètement pied lors des play-offs. Pris à partie par les fans du Sporting au Standard, Herman Van Holsbeeck (57 ans) fut à la fois couvert de bière et d'insultes. Sa riposte, il l'administra de la plus belle manière en offrant au club le duo Milan Jovanovic- Dieumerci Mbokani... qui avait fourni le titre aux Rouches en 2008 et 2009. L'ex-gardien des Diables Rouges est logé aujourd'hui, au Beerschot, à la même enseigne qu'au Club Bruges autrefois. Ce coup-ci, son tourmenteur ne s'appelle plus Colin Coosemans mais Tome Pachovski. Stijn Stijnen (31 ans) a toutefois fait contre mauvaise fortune bon c£ur en sauvant son club formateur, le SK Hasselt, de la faillite. Il y a même été bombardé chairman entre-temps. Après le banc, le fauteuil présidentiel. Il y a progrès. L'arrière central n'a pas fait une mauvaise année 2011 avec le Bayern Munich. Mais dès l'instant où il endosse le maillot des Diables, Daniel Van Buyten (33 ans) est pris en grippe par une partie de la presse qui ne lui pardonne rien. Une chasse aux sorcières étonnante pour un joueur qui, s'il a commis l'une ou l'autre erreur défensive, est aussi le meilleur buteur actuel de notre équipe nationale avec 10 buts. Pas mal pour un arrière ! Diriger Anderlecht depuis quatre ans, ça vous pompe son homme. Mais de là à verser dans un mélange d'ironie, de cynisme et de sarcasme à la moindre question de journaliste qui dérange, cela fait beaucoup, beaucoup, beaucoup... Montré du doigt suite au fléchissement des Mauves la saison passée, Ariel Jacobs (58 ans) est logiquement moins chahuté aujourd'hui. Normal, il est en tête et les résultats dépassent les espérances en EL. Chez nous, les échos sont plutôt favorables pour Jan Vertonghen (24 ans). Mais aux Pays-Bas, c'est plus mitigé. La paire qu'il forme avec Toby Alderweireld en prend souvent pour son grade. Surtout depuis le début de saison, avec une équipe de l'Ajax écartée du podium par le PSV, Twente et l'AZ. Les Ajacides ont encaissé une moyenne d'1,5 but par match. Le nouveau président du Club et ses acolytes ne font pas dans les bonnes manières. Dans le passé, ils avaient déjà essayé d'attirer les scouts gantois Gilbert De Groote et Gunther Schepens. Sans succès. L'été passé, ils en ont remis une couche en flirtant ouvertement avec Francky Dury avant de le laisser tomber. Et puis, alors que la saison 2011-2012 battait son plein, ils ont jeté leur dévolu sur le docteur Kristof Sas, chef de l'antenne médicale d'Anderlecht. Au Sporting, on n'a toujours pas digéré. Toujours pas en odeur de sainteté auprès d'un Ariel Jacobs qui lui marchande son temps de jeu. Une poignée de minutes par-ci par-là, c'est peu pour un gars qui a sauvé Anderlecht de la noyade au Gaverbeek à l'automne passé. Le Brugeois aurait aimé partir sous d'autres cieux lors du mercato d'hiver. Mais le Sporting a dit non à une offre d'Al Shabab. Du coup, Tom De Sutter (26) peut continuer à ronger son frein sur le banc. Le Camerounais Aloys Nong (28 ans) poursuit son tour des clubs. Après le Brussels, Visé, Courtrai, Malines et le Standard, le voilà qui rebondit à Mons. Mais sans y être toujours titulaire pour autant. Paradoxalement, Laurent Ciman (26 ans) aura été titulaire chez les Diables, en 2011, alors qu'il cirait le banc au Standard. Il n'est pas vraiment monté en grade depuis. Au back droit, c'est Réginal Goreux qui s'impose, tandis que dans l'axe il doit attendre une blessure ou une suspension du tandem Kanu-Felipe pour jouer. Le Standard aurait dû être la consécration pour Franck Berrier (28 ans). Mais diminué par les séquelles d'une grave blessure au genou, le médian français n'a jamais trouvé sa voie à Sclessin. Echaudé par cette expérience, il est de retour à Zulte Waregem, où tout avait commencé pour lui. Et sous les ordres de Francky Dury, revenu lui aussi à ses premières amours au Gaverbeek, la magie opère à nouveau. PAR BRUNO GOVERS