Des centaines de millions de personnes se sont encore passionnées pour le cirque de la Ligue des Champions, ces dernières semaines. Les stars occupent les rôles principaux. Au numéro dix, le médian Luka Modric est un pion incontournable du Real Madrid. Il a posté sur son compte Instagram une photo de la fête qui s'est déroulée après l'élimination du Bayern en demi-finale. Le lendemain, 465.069 de ses dix millions de suiveurs avaient déjà réagi.
...

Des centaines de millions de personnes se sont encore passionnées pour le cirque de la Ligue des Champions, ces dernières semaines. Les stars occupent les rôles principaux. Au numéro dix, le médian Luka Modric est un pion incontournable du Real Madrid. Il a posté sur son compte Instagram une photo de la fête qui s'est déroulée après l'élimination du Bayern en demi-finale. Le lendemain, 465.069 de ses dix millions de suiveurs avaient déjà réagi. Parcourir les photos des dernières années équivaut à un vaste spectacle de bonnes nouvelles. Des câlins à sa fille, des disques avec sa femme et une longue liste de bons moments. Il n'utilise plus son compte Twitter depuis début 2017 mais il y a laissé son credo : The best things never come easy. Le lendemain, son compatriote Dejan Lovren se qualifie également, avec Liverpool, pour la plus belle finale de clubs de la planète. Lovren s'empresse de poster une photo du vestiaire. On y voit Georgino Wijnaldum et Virgil van Dijk rayonner de joie. Lovren a ajouté un commentaire : For all the haters. Il est sans doute motivé par ce qui a incité Modric à ne plus utiliser Twitter. Les deux footballeurs ont joué un rôle crucial dans une des plus grandes affaires de corruption de Croatie et doivent rendre des comptes à la justice. Au coeur de l'affaire, l'homme qui a tenu d'une main de fer le Dinamo Zagreb et la fédération de football, pendant des années : Zdravko Mamic. Le Dinamo Zagreb éveille des souvenirs aux Pays-Bas. C'est qu'en 2010, l'Ajax a failli passer l'hiver en Ligue des Champions. Les Amstellodamois pouvaient même se permettre d'être défaits par le Real car Lyon n'allait jamais combler les sept buts de différence. Même pas grâce à un petit service de Lovren, qui venait de quitter Zagreb pour Lyon. Alors que le score était de 1-0 pour le Dinamo, des Néerlandais sont allés promener tranquillement leur chien. A leur retour, le score était de 1-7. Quatre buts sont tombés entre la 45' et la 52', alors que les Français n'avaient pas trouvé le chemin des filets lors des trois matches précédents. En plus, un Croate a même adressé un clin d'oeil à son adversaire en allant repêcher le ballon dans les filets, pour la énième fois. L'Olympique Lyon s'est donc qualifié à la place de l'Ajax. Nos voisins n'ont pas décoléré, d'autant qu'on a publié la photo d'un joueur de Zagreb dans une agence de paris. Étrangement, l'UEFA n'a pas ouvert d'enquête. Par la suite, le Dinamo a empilé les titres en Croatie et a donc continué à se produire en Ligue des Champions. Quand on feuillette les statistiques établies depuis cette fameuse soirée de décembre, une chose saute aux yeux : le Dinamo Zagreb a beau être le meilleur de Croatie, il n'attire guère de public : 1.647 personnes en moyenne. C'est bizarre car si le club était réputé pour quelque chose, c'était bien pour le fanatisme de ses supporters. Mais voilà, les Bad Blue Boys n'ont pas envie d'applaudir le distributeur de billets du propriétaire. Zagreb n'est plus un club de football mais un commerce depuis qu'il a été repris par un manager qui dégage une solide odeur de match-fixing. Le Dinamo a transféré des joueurs pour plus de 200 millions d'euros depuis l'arrivée de Mamic. Le 26 mai, deux d'entre eux s'affrontent à Kiev. Ils ont grandi pendant la guerre et maintenant, ils rayonnent de bonheur dans les plus grands stades. Ce qu'on sait moins, c'est que les deux joueurs risquent une peine de prison pour parjure et qu'ils ont dû céder, à eux deux, près de vingt millions à leur manager. Zinédine Zidane a déjà dû donner congé à quelques reprises à Modric, convoqué par le tribunal d'Osijek ou par la police, pour interrogatoire. De même qu'à Liverpool, Jürgen Klopp n'a pas toujours pu disposer de Lovren à l'entraînement. Là-dessus, bien sûr, on ne trouve pas de post ni de photo. On n'aime pas parler des côtés sombres du football. Qui ne voudrait être à la place de Modric maintenant ? Mais il y a vingt ans, peu de gens auraient voulu échanger leur place avec lui. La Croatie est devenue une destination populaire, sur la côte adriatique, mais il y a deux décennies, pas un touriste n'aurait envisagé de se rendre dans cette région. Seuls les reporters de guerre y allaient. La guerre civile a fait des ravages dans les restes écartelés de la Yougoslavie communiste. Modric avait tout juste six ans quand son existence paisible à Zadar a pris fin, suite à une révolte brutale contre les habitants serbes de la charmante petit ville. Son grand-père a été fusillé par des rebelles serbes dans les collines proches de sa ferme, pendant les représailles. Son père s'est battu dans les rangs croates. Luke, comme on appelle Luka là-bas, a rangé son ballon et ses cahiers. Il a dit adieu à sa famille et à ses amis pour fuir, avec sa mère, comme des centaines de milliers d'autres personnes. Pendant que son père combattait avec les rebelles croates, le petit dribbleur a passé sept ans dans un petit hôtel appelé Iz Zadar, qui abritait des réfugiés. Il ne lui restait que le ballon. Sur le parking de l'hôtel et des terrains miteux. Modric était petit mais très vif. A treize ans, il effectue une rencontre qui va changer sa vie mais qui lui vaut aussi, en 2018, une accusation qui peut lui valoir cinq ans de prison. Zdravko Mamic a entendu parler du talent et il débarque sur la côte. Il a bien tiré profit de la guerre et a flairé ce que les talentueux footballeurs pouvaient lui rapporter. Un jour plus tard, Lucky Luke rayonne de joie quand il rejoint ses camarades, revêtus d'une vraie tenue de footballeur. Modric peut rejoindre le Dinamo Zagreb. Le club de Mamic, un club de transit pour les talents. Monsieur Mamic lui trouve un appartement, qu'il paie jusqu'à ce que le joueur ait 17 ans, et il aide sa famille. Celle-ci entrevoit la fin du tunnel. Elle est fière de son petit bonhomme, qui est prêté deux fois à des clubs de moindre envergure pour y acquérir de l'expérience. Monsieur Mamic lui offre même une voiture d'occasion pour ses 18 ans. Mamic est comme un deuxième père. " J'ai signé tout ce qu'il ma dit de parapher ", explique Modric. Dès qu'il est majeur, il intègre officiellement l'agence de Mamic. Il devient multimillionnaire une fois son contrat au Real Madrid signé. La famille Modric fait la navette entre ses maisons à Zagreb, à Madrid et à Zadar. Las, Mamic est un cow-boy dénué de pitié. Propriétaire du Dinamo, il commence par déchirer tous les contrats. Pour jouer chez lui, il faut signer de nouveaux contrats et le laisser gérer les affaires. Son frère est nommé entraîneur. Ce n'est qu'une vaste entourloupe. Toute la Croatie suit passionnément "L'opération Cash". Modric doit expliquer pourquoi il a donné près de dix millions d'euros en liquide à l'homme. Tous les regards sont tournés vers lui. Il peut faire tomber l'homme le plus haï du football croate. Il raconte son histoire au tribunal. Il est contractuellement lié à son protecteur. Le club n'a rien à voir avec ça. " J'ai la conscience en paix. Je n'ai rien à cacher. Je voulais simplement régler mes dettes. " Modric est un des principaux témoins du procès contre Mamic, l'ancien président du Dinamo Zagreb, pour lequel Modric a joué jusqu'en 2008, avant de rejoindre Tottenham. Mamic et son frère -l'entraîneur de Zagreb- sont accusés de fraude et de détournement fiscal ainsi que de détention illégale d'une grande partie des indemnités de transfert. Modric n'est qu'un des nombreux jeunes talents à avoir signé un document. D'après ce papier, quand le Dinamo -lisez Mamic- l'a vendu pour 21 millions aux Anglais, la moitié de la somme a dû être versée à Mamic, par tranches. Il n'y a rien de mal à ça d'après Modric, puisqu'il s'agissait d'un deal personnel. Ce qui était illégal, c'est que l'argent aurait dû revenir au club, selon le procureur. Le paiement n'a pris fin qu'après le versement de 10,5 millions d'euros. Le Dinamo n'a pas perçu un centime. Modric lui-même a pu garder un million et demi. Ce n'est pas un hasard si les Croates surnomment Modric " la machine à sous de Mamic ". Le procès a été déplacé à Osijek, à cause de l'influence politique de Mamic à Zagreb. Là, Modric a subitement changé de version. En se trémoussant sur sa chaise, tête baissée, devant les caméras. Le meilleur footballeur du pays peut donc faire tomber le manager le plus détesté du pays. Le procureur rappelle les déclarations précédentes de Modric, qui ne sait plus où il en est. " Je n'ai pas dit ça comme ça. J'étais perturbé. "Savez-vous encore quand vous avez débuté en équipe nationale ? " Euh, quand était-ce ? " Même les journalistes commencent à s'énerver. Qu'arrive-t-il à Modric ? Ces renseignements sont importants. Mamic est arrivé avec des documents qui l'acquittent. Ils ont été signés après le transfert. Si les joueurs confirment ces papiers, il échappera encore à la justice. Le jour-même, des graffitis apparaissent sur les murs, dans tout le pays. Contre Modric. Sur la façade de l'hôtel où il a grandi, on a écrit : Luka, tu n'oublieras jamais ce jour. A Split, les partisans d'Hajduk Split descendent en rue et crient leur indignation contre le capitaine de l'équipe nationale. Modric n'est plus un héros, il a chuté de son piédestal. La colère des supporters est compréhensible car Mamic tient d'une main de fer le football croate, à commencer par la fédération et le Dinamo Zagreb, depuis plus d'une décennie. Le Dinamo a été sacré champion à douze reprises en treize ans. Le club perçoit saison après saison le jackpot des transferts et de la Ligue des Champions. Sans que personne n'intervienne. Il a également placé ses pions à la fédération et en équipe nationale. Nul ne doute qu'on profite, là aussi, des millions de Mamic. Dejan Lovren relaie Modric au tribunal d'Osijek. La légende de Liverpool semble avoir signé exactement le même contrat et a officiellement encaissé la moitié de l'indemnité de transfert de huit millions versée par l'Olympique Lyon. Ensuite, l'argent est allé à la famille Mamic, par tranches. Nul ne connaît la suite car Mamic éclate devant le tribunal, après avoir viré son avocat sur le champ : il va assurer lui-même sa défense. Il a en tout cas quitté la prison. Il n'est plus propriétaire mais conseiller du Dinamo Zagreb mais il continue à trouver la situation scandaleuse : " C'est à croire que je suis devant Daesh. " De témoin, Modric est devenu suspect. Le procureur requiert cinq ans de prison pour parjure : " Le témoin a effectué une fausse déclaration en prétendant que, le 10 juillet 2004, en signant son premier contrat professionnel, il avait également paraphé une pièce annexée qui lui offrait une part de 50-50 sur les frais de transaction. " L'avocat a également affirmé que Modric avait menti en affirmant avoir signé ce document chaque fois qu'il prolongeait son contrat. Soyez certains qu'aucun juge croate ne veut être responsable de l'absence de Dejan Lovren et de Luka Modric au Mondial. Donc, le 26 mai, les deux hommes s'affronteront, l'un sous le maillot de Liverpool, l'autre sous celui du Real Madrid. Ensemble, ils ont permis à un manager croate d'empocher plus de quinze millions d'euros.