FRANÇOIS DE KEERSMAECKER VACHES MAIGRES

Né en 1958, François De Keersmaecker préside la fédération belge de football depuis 2006. Et, pauvre homme, il a déjà sept ans de vaches maigres derrière lui. Les Diables Rouges vivent une traversée du désert depuis 2002. Il y a aussi cette scission qui devait être le cheval de bataille d'un président mené en bateau par les politiciens de tous bords. Michel D'Hooghe et Jan Peeters n'ont-ils pas un peu de temps libre pour l'aider à retrouver le temps des vaches grasses ?
...

Né en 1958, François De Keersmaecker préside la fédération belge de football depuis 2006. Et, pauvre homme, il a déjà sept ans de vaches maigres derrière lui. Les Diables Rouges vivent une traversée du désert depuis 2002. Il y a aussi cette scission qui devait être le cheval de bataille d'un président mené en bateau par les politiciens de tous bords. Michel D'Hooghe et Jan Peeters n'ont-ils pas un peu de temps libre pour l'aider à retrouver le temps des vaches grasses ? S'il était Américain, Georges Leekens (62 ans) s'arrangerait pour devenir le conseiller de Barack Obama avant de diriger lui-même la Maison-Blanche. Et comme l'Union belge est plus facile à conquérir que le bureau ovale, Leekens est devenu Présidentfaisant fonctiondu football belge. Il ne parle plus que de Rio... Tout le monde a oublié qu'il a raté la campagne de qualification pour l'Euro 2012. Mieux : il a signé une solide prolongation de contrat en guise de récompense. Long Couteau met son nez partout alors qu'on ne lui demande qu'une chose : gérer les Diables Rouges. Nous n'avons jamais eu autant de talents : c'est peut-être cela le problème de Leekens. Ce gardien de but a l'art de se plonger dans des situations délicates. Pétri de talent, Logan Bailly (26 ans), formé à Genk, avait bien débuté à Mönchengladbach avant d'être dépassé par des problèmes personnels. Et que ce soit en Allemagne ou en équipe nationale, le Liégeois s'est retrouvé sur la pente savonneuse. Il a cru se relancer au pays de Guillaume Tell. Certains s'enrichissent au pays des banques : Bailly y a perdu des illusions et quelques mois de salaire. En janvier, il a pris la bonne décision qui devrait lui permettre de repartir du bon pied à Genk. On ne reconnaît plus le golden boy des entraîneurs belges : Glen De Boeck (40 ans) s'était-il pris pour José Mourinho ? Coach du Cercle Bruges (2007-2010), il y avait connu le succès et du coup, cela lui est monté à la tête avant qu'il ne se crashe lamentablement au Beerschot et à Venlo, aux Pays-Bas. Il ne suffit pas d'avoir des costumes italiens coupés sur mesure pour être digne de l'habit de lumière des grands coaches. Ancien président du Salon de l'Auto et importateur de la marque Kia, Benoît Morenne (54 ans) espérait présenter un nouveau modèle de football et de direction à Saint-Trond. Président appointé à temps plein, il n'a pas résisté au crash-test et à la plongée en enfer des Canaris. Morenne a porté le coach Guido Brepoels aux cieux avant de le larguer brutalement au profit de Franky Vander Elst. C'est Roland Duchâtelet qui a écarté Morenne après l'avoir bombardé président : il s'en défend mais le nouveau proprio du Standard a investi gros dans la construction du Stayenveld. Le successeur de Morenne s'appelle André Donvil... un proche de Duchâtelet. Le gardien du Club Bruges (19 ans) a cru qu'il jouait à colin-maillard : je te touche, je te reconnais et je gagne. Talentueux, il a pris la place de Stijn Stijnen remballé la saison passée pour son activité anonyme sur les réseaux sociaux puis ses gaffes ont handicapé son club qui a recruté Bojan Jorgacevic. Colin Coosemans a affirmé que ce n'était pas nécessaire car Bruges était paré avec lui et Vladan Kujovic. Son père s'est demandé si Jorgacevic ne bénéficiait pas de plus de crédit que Colin. Ils vont pouvoir se montrer : le Serbe ne joue pas en EL ! Ancien arrière de l'Antwerp, champion en 1957, Eddy Wauters (78 ans) était président de l'Antwerp depuis le déluge. Une pluie de critiques a finalement éloigné celui qui régna autrefois sur le football belge avec Roger Petit et Constant Vanden Stock. Isolé à Deurne, il commandait " Anvers et contre tous " : cette époque est révolue tandis que l'Antwerp végète en D2. Devait-il aller en Azerbaïdjan pour oublier Jade Foret ? Il a été champion avec le FC Neftchi Bakou mais est en stand-by actuellement... A 33 ans, Emile Mpenza méritait mieux comme fin de carrière. Il fut question d'une arrivée à Westerlo durant le mercato d'hiver mais Emile était trop cher. Certes, il y a de l'eau dans le gaz chez Jan Ceulemans mais Emile aurait mieux fait de raffiner son jeu à Westerlo qu'être le roi (déchu) du pétrole à Bakou. Le Vénézuélien Ronald Vargas (25 ans) arrive du FC Caracas au Club Bruges en 2008, y brille puis se blesse au genou en février 2011. Anderlecht a dépensé 2,5 millions d'euros pour l'engager au terme de tractations qui firent du bruit. Vargas s'est vite retrouvé sur le flanc chez les Mauves (genou à nouveau en compote) ; il pourrait retrouver la compétition à l'heure des play-offs. C'est tout le mal que son club lui souhaite. Adrie Koster (57 ans) est un gentleman qui prône un jeu chatoyant et offensif. Le public du Club Bruges était sous le charme du coach néerlandais, même si sa défense ressemblait souvent à du fromage à trous. Ce fut le cas le 30 octobre 2011 quand les Blauw en Zwart furent battus 4-5 par Genk. Cette nouvelle fondue incita la direction à se séparer de lui. A 27 ans, Christophe Lepoint devait aborder les plus belles années de sa carrière. Un accident de la route, survenu après une sortie nocturne, a failli briser sa vie et sa carrière. Il voit enfin le bout du tunnel et on espère retrouver le joueur qui a tant apporté à Tubize et à Gand avant d'être retenu en équipe nationale. A lui de ne plus quitter la bonne route. Le grand Jan Ceulemans (54 ans) incarne Westerlo et est triste de constater que ce club est devenu une morne plaine. A force de tirer le diable par la queue, sa direction ne lui a pas donné d'armes pour livrer bataille. Jan y a bien travaillé de 1999 à 2005 et y est revenu en 2007. Sympathique, il fera tout pour éviter un Waterloo. Le manager du club, Herman Wijnants, n'a heureusement pas songé à défenestrer cette légende du football belge. PAR PIERRE BILIC