Il ne pédale plus mais fait quand même le tour de certaines équipes de D1 : Dave Bruylandts. En 2004, il avait subi un contrôle antidopage positif pour usage d'EPO. Inutile de dire que cela avait fait pas mal de bruit. L'ancien coureur cycliste a changé de pharmacologie et s'est spécialisé dans la vente de compléments vitaminés. Et voilà que des clubs comme le Germinal Beerschot, Roulers ou le Lierse (D2) lui achètent depuis quelques semaines des capsules de Concap. Ces équipes crachent le feu depuis lors et cela a soulevé des questi...

Il ne pédale plus mais fait quand même le tour de certaines équipes de D1 : Dave Bruylandts. En 2004, il avait subi un contrôle antidopage positif pour usage d'EPO. Inutile de dire que cela avait fait pas mal de bruit. L'ancien coureur cycliste a changé de pharmacologie et s'est spécialisé dans la vente de compléments vitaminés. Et voilà que des clubs comme le Germinal Beerschot, Roulers ou le Lierse (D2) lui achètent depuis quelques semaines des capsules de Concap. Ces équipes crachent le feu depuis lors et cela a soulevé des questions dans la presse qui a parlé de produit miracle. De là à parler de dopage (vu les résultats et la présence de Bruylandts), il y a un pas que la rumeur a presque franchi. Des zones d'ombre existent-elles ? Les pilules contiennent apparemment un peu de caféine mais aussi d'autres éléments. Le docteur Chris Goossens (officiant au G. Beerschot et connu pour sa lutte contre le dopage), qui a analysé le Concap avant de le proposer aux joueurs, a précisé à la presse : " C'est tout simplement un bon produit. Beaucoup de footballeurs mangent mal. Ils oublient les légumes ou les fruits et cela peut entraîner des carences qu'on peut combler avec un complément alimentaire comme celui-ci. " Hans Cooman, médecin de la Communauté flamande, explique, lui, que ce produit n'a qu'un effet purement psychologique. A ses yeux, il n'y a aucun danger et seuls ceux qui ne boivent jamais un café mesurent l'apport du Concap... Goossens est formel quand il refuse de parler d'effet placebo. Si c'était le cas, selon lui, les pharmaciens jetteraient ce bazar à la poubelle. Goossens estime que la polémique s'explique uniquement par la présence de Bruylandts : " N'a-t-il pas droit à une deuxième chance dans la vie ? L'image du club n'est pas du tout écornée par le fait que nous lui achetons des produits. " Mais on note que tous les clubs de D1 ne s'intéressent pas aux compléments vitaminés, boissons énergétiques ou de récupération. Pourquoi ? Lucien Cartel représente la société W Cup en Belgique : " Nous avons une large gamme de produits fabriqués en Belgique. Nous luttons face à des géants mondiaux mais cela ne nous a pas empêché de nous introduire dans quelques clubs et en équipe nationale. Je ne connais pas le Concap mais je peux vous confirmer que les footballeurs s'alimentent mal. De plus, et c'est encore plus inquiétant : ils n'accordent pas assez d'attention à la récupération. En s'hydratant bien, le sportif élimine plus facilement l'acide lactique. W Cup est spécialisé dans ce domaine. Or, certains clubs de D1 ne s'intéressent pas à ce problème ou n'ont tout simplement pas les moyens de se payer une gamme de boissons énergétiques ou de récupération. A mon avis, rester ou pas en D1 peut se jouer sur de tels détails... " PIERRE BILIC