Une crise crée toujours des opportunités. Anderlecht a adopté ce credo pour la saison de la réconciliation. Il semble que l'arrivée du charismatique Kompany ait aidé les supporters à oublier la débâcle de l'exercice précédent. Le retour de Vince the Prince s'assortit de remaniements profonds en coulisses. Désormais, on replace l'accent sur l'aspect sportif.

Il y aura peu de changements dans le but. Suite au retour de Roef et à celui, au premier plan, de Boeckx, il n'y a plus un mais deux gardiens qui convoitent la place de Didillon. La bourde du Français lors du match amical contre l'AZ n'aura probablement pas d'impact sur la hiérarchie existante.

Une tactique révolutionnaire

Kompany n'a pas tout joué pendant la préparation mais il va devenir le patron incontesté de la défense, qui va changer de concept. Dès les premiers matches, il a demandé aux backs de converger davantage vers l'axe pour former une solide défense. Il a testé une tactique révolutionnaire selon les normes belges contre l'AZ, notamment : l'arrière droit devait avancer dans l'entrejeu pour y engendrer une supériorité numérique. De cette manière, le triangle devenait un rectangle avec deux médians défensifs. L'occupation des places n'est pas évidente. A droite, suite au forfait de Najar, Saelemaekers a l'avantage. Au centre, Bornauw et Sandler, loué par Manchester City, vont se disputer la place vacante aux côtés de Kompany. Dans ce cas, Sanneh et Milic sont ravalés au rang de doublures. Pour autant qu'ils restent. A gauche, Lutonda a marqué des points en l'absence de Cobbaut.

Dans l'entrejeu, on peut s'attendre à une longue lutte entre une dizaine de footballeurs. Makarenko (blessé) et Trebel (renvoyé dans le noyau B) sont déjà out et on se demande qui sera le suivant. Kayembe ne doit pas se faire de souci : il est le meilleur récupérateur de l'équipe et ne doit redouter qu'un concurrent : le polyvalent Sandler. Vlap et Nasri sont chargés des élans créatifs. Kums, Nkaka, Sambi Lokonga, Zulj et le jeune Dewaele, qui était pourtant sur le départ, doivent se battre pour une place. Kums en particulier a de quoi se tracasser.

Deux visages

Doku a été une des révélations de la préparation et il est en bonne voie pour suivre les traces de Verschaeren. Mais qui va jouer en pointe ? Dimata ne sera prêt qu'en automne et ces dernières semaines, ni Dauda, ni Thelin ni Santini n'ont été en mesure de réclamer une place de titulaire. Le manque de vrai numéro neuf a été flagrant contre l'Ajax : Gerkens a été aligné en faux avant.

Anderlecht a montré deux visages en juillet et Kompany va surtout devoir renforcer la stabilité défensive. Il serait surprenant que le RSCA troque d'un coup sa sixième place de mai contre un 35e titre. Mais si un homme est capable de convaincre les Mauves du contraire, c'est bien Kompany.

In/out

IN

Kompany (Manchester City, Eng), Nasri (libre), Sam (libre), Sandler (Manchester City, Eng), Vlap (SC Heerenveen, Ned).

OUT

Appiah (FC Nantes, Fra), De Jong (Stellenbosch FC, RSA), Delcroix (RKC, Ned), Ganvoula (VfL Bochum, Ger), Moutha-Sebtaoui (F91 Dudelange, Lux, via SC Charleroi), Nkaka (UD Almería, Esp), Obradovic (Legia Varsovie, Pol), Vranjes (AEK Athènes, Gre).

Une crise crée toujours des opportunités. Anderlecht a adopté ce credo pour la saison de la réconciliation. Il semble que l'arrivée du charismatique Kompany ait aidé les supporters à oublier la débâcle de l'exercice précédent. Le retour de Vince the Prince s'assortit de remaniements profonds en coulisses. Désormais, on replace l'accent sur l'aspect sportif. Il y aura peu de changements dans le but. Suite au retour de Roef et à celui, au premier plan, de Boeckx, il n'y a plus un mais deux gardiens qui convoitent la place de Didillon. La bourde du Français lors du match amical contre l'AZ n'aura probablement pas d'impact sur la hiérarchie existante. Kompany n'a pas tout joué pendant la préparation mais il va devenir le patron incontesté de la défense, qui va changer de concept. Dès les premiers matches, il a demandé aux backs de converger davantage vers l'axe pour former une solide défense. Il a testé une tactique révolutionnaire selon les normes belges contre l'AZ, notamment : l'arrière droit devait avancer dans l'entrejeu pour y engendrer une supériorité numérique. De cette manière, le triangle devenait un rectangle avec deux médians défensifs. L'occupation des places n'est pas évidente. A droite, suite au forfait de Najar, Saelemaekers a l'avantage. Au centre, Bornauw et Sandler, loué par Manchester City, vont se disputer la place vacante aux côtés de Kompany. Dans ce cas, Sanneh et Milic sont ravalés au rang de doublures. Pour autant qu'ils restent. A gauche, Lutonda a marqué des points en l'absence de Cobbaut. Dans l'entrejeu, on peut s'attendre à une longue lutte entre une dizaine de footballeurs. Makarenko (blessé) et Trebel (renvoyé dans le noyau B) sont déjà out et on se demande qui sera le suivant. Kayembe ne doit pas se faire de souci : il est le meilleur récupérateur de l'équipe et ne doit redouter qu'un concurrent : le polyvalent Sandler. Vlap et Nasri sont chargés des élans créatifs. Kums, Nkaka, Sambi Lokonga, Zulj et le jeune Dewaele, qui était pourtant sur le départ, doivent se battre pour une place. Kums en particulier a de quoi se tracasser. Doku a été une des révélations de la préparation et il est en bonne voie pour suivre les traces de Verschaeren. Mais qui va jouer en pointe ? Dimata ne sera prêt qu'en automne et ces dernières semaines, ni Dauda, ni Thelin ni Santini n'ont été en mesure de réclamer une place de titulaire. Le manque de vrai numéro neuf a été flagrant contre l'Ajax : Gerkens a été aligné en faux avant. Anderlecht a montré deux visages en juillet et Kompany va surtout devoir renforcer la stabilité défensive. Il serait surprenant que le RSCA troque d'un coup sa sixième place de mai contre un 35e titre. Mais si un homme est capable de convaincre les Mauves du contraire, c'est bien Kompany.