Il y a un an, Lyon entamait sa campagne de Ligue des Champions par un 2-2 face à Manchester United après avoir mené 2-0. Le quadruple champion français a retenu la leçon et a nettement mieux géré sa mise à feu sur la même scène européenne. Certains se posaient des questions sur les potentialités du chef de file de la L1 après le départ de Michaël Essien vers Chelsea mais les Gones ont bien mené leur barque sur les vagues de ce dossier en faisant monter la cote financière de leur ancien médian défensif. Ce trésor leur a permis...

Il y a un an, Lyon entamait sa campagne de Ligue des Champions par un 2-2 face à Manchester United après avoir mené 2-0. Le quadruple champion français a retenu la leçon et a nettement mieux géré sa mise à feu sur la même scène européenne. Certains se posaient des questions sur les potentialités du chef de file de la L1 après le départ de Michaël Essien vers Chelsea mais les Gones ont bien mené leur barque sur les vagues de ce dossier en faisant monter la cote financière de leur ancien médian défensif. Ce trésor leur a permis de se renforcer et d'accentuer les couleurs brésiliennes de leur tableau. De plus, l'apport de leur nouveau coach, Gérard Houllier, leur offre une surface tactique plus diverse. En 2004, Lyon avait joué à du 300 km/h afin de prendre Manchester United à la gorge mais paya cette débauche d'efforts en cédant finalement face aux Anglais. " Si Lyon doit encore progresser, c'est dans le contrôle du jeu ", disait Houllier avant de recevoir le Real Madrid. " Nous pouvons y parvenir ". Lyon a tenu en laissant la possession de la balle à son prestigieux visiteur (54 %). Est-ce à dire que Lyon est désormais proche de Porto et de Liverpool, les deux derniers vainqueurs de la Ligue des Champions, qui acceptaient aussi de vivre sous le joug de leurs adversaires avant de frapper et de s'imposer ? Pas sûr mais Lyon ne sera plus une équipe naïve en Ligue des Champions. Les Français, vifs, décidés, attentifs, ont exploité chaque possibilité afin de tuer le taureau madrilène. La chance n'a pas boudé Lyon, c'est certain, tout comme il ne faut pas oublier que le Real, privé de Zinédine Zidane et de Ronaldo à Lyon, n'entame pas souvent la Ligue des Champions le pied au plancher. N'empêche, la puissance de Lyon, évidente en L1, saute désormais aux yeux en Ligue des Champions. GEORGE WEAH, l'ancien attaquant du PSG, se présentera aux élections présidentielles du Libéria le 11 octobre. JEAN-PIERRE PAPIN est un amateur de tauromachie : cela ne doit pas plaire à Francis Cabrel auteur d'une superbe chanson : La Corrida. PAUL LE GUEN, l'ancien coach de Lyon, figure sur les tablettes du Dynamo Kiev. DIDIER DESCHAMPS ne serait pas menacé à Monaco malgré un mauvais début de saison. FREDERIC HANTZ fait de plus en plus parler de lui : il est vrai que son équipe, Le Mans, roule vite sur les circuits de L1. MONACO : le Conseil national de l'éthique a suspendu le vice-président, Gérard Brianti, de toutes fonctions officielles jusqu'au 3 octobre prochain pour avoir déclaré après le match contre Auxerre " que l'arbitre change de métier et retourne arbitrer des matches de quartiers ". BUTEURS : 1. Carew (Lyon), De Melo (Le Mans), Pauleta (PSG), Piquionne (Saint-Etienne) 4 buts; 2. Cousin (Lens) 3 buts. (P. Bilic)