1. MICHEL PREUD'HOMME PÉTAGES DE PLOMBS

Le Liégeois a réécrit Bruges-la-Morte, le roman de Georges Rodenbach. Sa direction misait sur son énergie pour réparer les pannes de courant de Juan Carlos Garrido. Elle a été servie et Electrabel devrait engager MPH qui n'a besoin de rien pour produire plus d'électricité que toutes les éoliennes de la mer du Nord. Ses envolées le défrisent, lui coûtent pas mal de volts, font sauter les plombs mais n'ont pas encore permis à son équipe de bien électrifier son jeu.
...

Le Liégeois a réécrit Bruges-la-Morte, le roman de Georges Rodenbach. Sa direction misait sur son énergie pour réparer les pannes de courant de Juan Carlos Garrido. Elle a été servie et Electrabel devrait engager MPH qui n'a besoin de rien pour produire plus d'électricité que toutes les éoliennes de la mer du Nord. Ses envolées le défrisent, lui coûtent pas mal de volts, font sauter les plombs mais n'ont pas encore permis à son équipe de bien électrifier son jeu.En arrivant à Liège, Guy Luzon a dû penser que le Mur des Lamentations se trouvait désormais à Sclessin. On a d'abord estimé que sa recette ne serait pas meilleure que celle du goubi-boulga, un gâteau immangeable. La camisole de force semblait mieux lui convenir que le costume sur le banc. Ridicule tortillard dans les gares européennes, l'Orient Express du successeur de Mircea Rednic est désormais le TGV de la D1.Au paradis des artistes, James Ensor doit avoir un regret. Fred Vanderbiest aurait inspiré le peintre ostendais dans la réalisation d'un de ses célèbres masques. Fred-le-Marin a un grain : c'est nécessaire quand une crevette grise veut survivre face aux requins. Bien aidé par Marc Coucke, le patron d'Omega Pharma, il a vitaminé ses ambitions, toisé Anderlecht et le Standard. A Ostende, il y a un homme qui fait plus de bruit que la marée.Apprécié par la presse, Hein Vanhaezebrouck a la parole facile et le 4-3-3 qui dégaine. Ce moulin à paroles compétent et sympathique en a mis plein la vue à pas mal de coaches. Il a l'art de dénicher la perle rare, comme cette saison Ivan Santini qui marque comme il respire. Si Johan Boskamp a plongé dans une marmite de dames blanches, l'Obélix de Courtrai est tombé dans un tonneau de potion magique. Cela lui permet de ne pas mesurer ses propos et ambitions.Son humour roumain avait fait merveille au Standard. Les gens du nord sont plus sensibles aux remarques et autres petites piques dont on raffole au pays de Dracula. Le T1 des Buffafos devra mettre les gants pour réussir en Flandre. En cas d'échec dans sa chasse au ticket européen, il devra trouver un nouveau stade. Si c'est nécessaire, Michel Louwagie lui refilera bien quelques vieilles briques qui traînent à Gand. Il a fêté ses 21 ans contre le PSG d'Ibra qui lui a offert un 5-0 en guise de cadeau. Thomas Kaminski se voyait déjà en haut de l'affiche, à la place de Silvio Proto, blessé. Et pour de bon svp ! Sa méchante polka verbale n'est pas passée inaperçue. Proto ne s'est pas fâché mais a expliqué au blanc bec qu'il faut être ambitieux, certes, mais surtout patient comme lui-même le fut du temps de Daniel Zitka. Les hauts fourneaux s'éteignent les uns après les autres dans le bassin sidérurgique liégeois. Louis Smal adorait l'usine et la famille des Rouches. Les temps ont changé et son club a basculé dans une autre époque, il le sait. Les manifestations anti-Roland Duchâtelet de l'été 2013 lui ont été fatales et ce Rouche ardent, haut en couleurs, a cédé le témoin à des regards plus modernes.Un marchand de sable l'a refilé à Al Ain, un club des Emirats arabes unis. Pas sûr qu'on félicitera de sitôt le vendeur d'esclaves dorés. Yassine El Ghanassy n'a plus rien d'un renard du désert. Il s'est embourgeoisé et ensablé à Gand où sa prétention lui a donné, dit-on, un caractère de chameau. Seul Lawrence d'Arabie aurait pu le sauver. Or, PeterO'Toole est décédé récemment. Peter Pan à Lokeren : il y poursuit ses aventures après sa belle période malinoise. Maes y a trouvé des pneus qui tiennent la route. Son patron, Roger Lambrecht, ne jure que par lui et mettra toute la gomme pour le garder dans le garage de Daknam. Ce ne sera pas une mince affaire car les oiseaux de proie tournent au-dessus de la tête de ce Maes qui sait secouer ses gaillards. PAR PIERRE BILIC - PHOTOS : IMAGEGLOBE