Après le titre de champion d'Espagne, Valence a remporté la Coupe de l'UEFA. La saison est pleinement réussie pour le club ché, alors que dans le même temps, le Real Madrid se retrouve sans aucun trophée. Au sein de l'effectif, RubenBaraja remplit un rôle clef. Son travail entre les lignes suscite l'admiration de tous. Il forme probablement avec DavidAlbelda la meilleure paire de demis centraux de la Liga. Il possède un bagage technique appréciable, mais ne rechigne pas à effectuer le sale boulot sur le plan défensi...

Après le titre de champion d'Espagne, Valence a remporté la Coupe de l'UEFA. La saison est pleinement réussie pour le club ché, alors que dans le même temps, le Real Madrid se retrouve sans aucun trophée. Au sein de l'effectif, RubenBaraja remplit un rôle clef. Son travail entre les lignes suscite l'admiration de tous. Il forme probablement avec DavidAlbelda la meilleure paire de demis centraux de la Liga. Il possède un bagage technique appréciable, mais ne rechigne pas à effectuer le sale boulot sur le plan défensif. Et, à l'occasion, il marque des buts par des envois puissants envoyés à distance. Il n'apprécie pas que son équipe soit parfois sous- estimée, ou dévalorisée, alors que les stars madrilènes sont encensées à tout bout de champ. " Si l'on prend chaque joueur, un par un, il est clair que le Real Madrid dispose d'un potentiel plus élevé. Mais, sur base du collectif et du mode de fonctionnement, je qualifierais également Valence d'équipe galactique ". La force de Valence ? " Avoir su trouver un équilibre entre l'attaque et la défense. On inscrit des buts, et dans le même temps, on en encaisse très peu ". Au contraire de CarlosQueiroz, qui a aligné ses stars chaque fois qu'il en avait l'occasion, RafaelBenitez a multiplié les rotations. Il est un adepte de la tournante. " Au bout du compte, celui qui gagne a toujours raison ", relativise Ruben Baraja. " Laisser souffler les joueurs, au moment où les rencontres s'enchaînent à un rythme soutenu, c'est une arme à double tranchant. Si les résultats ne s'en ressentent pas, c'est bien. En cas contraire, on reprochera à l'entraîneur de s'être privé de ses meilleurs joueurs. Dans ce cas-ci, c'est donc Rafael Benitez qui a eu raison ". En cours de saison, une polémique était née à la suite d'erreurs d'arbitrage dont Valence aurait été victime, notamment lors des confrontations face au Real Madrid. " Mais, au bout du compte, ces erreurs n'ont pas eu une influence déterminante ", constate Ruben Baraja. Qui s'avoue pleinement heureux. " Je vis une période de grâce, j'ai atteint ma pleine maturité footballistique, j'ai acquis de l'expérience et je savoure pleinement les instants présents ". Cela ne signifie pas qu'il passera toute sa carrière à Valence. " Depuis toujours, j'ai eu en tête l'idée d'évoluer un jour à l'étranger. Et, lorsque ce jour arrivera, mes préférences iront à l'Angleterre "I. MISTA a à peine eu le temps de savourer le triomphe de Valence en Coupe de l'UEFA qu'il apprenait une mauvaise nouvelle : InakiSaez a décidé de ne pas le sélectionner pour l'EURO 2004. Reyes, transféré de Séville à Arsenal, restera aussi à la maison. Le duo de pointe sera composé de Raúl et Morientes. WALTER SAMUEL, le défenseur central argentin de l'AS Rome, a signé pour cinq ans en faveur du Real Madrid. DAVID BECKHAM a déclaré qu'il resterait. BUTEURS : 1. Ronaldo (Real) 24 buts ; 2. Baptista (Séville) 20 ; 3. Tamudo (Espanyol), Torres (Atlético), Mista (Valence) 19. (D. Devos)