1. HEIN VANHAEZEBROUCK: L'AN HEIN

Coach de l'Année en décembre, Entraîneur de l'Année en janvier, la routine pour Hein Vanhaezebrouck. Il a entre-temps signé un contrat revalorisé à Gand. Explication de la direction : " On avait appris via son agent que le marché commençait à bouger. " Ben tiens.
...

Coach de l'Année en décembre, Entraîneur de l'Année en janvier, la routine pour Hein Vanhaezebrouck. Il a entre-temps signé un contrat revalorisé à Gand. Explication de la direction : " On avait appris via son agent que le marché commençait à bouger. " Ben tiens. Info ou intox, le top gantois a fait un effort pour avoir une meilleure chance de le conserver plus longtemps. Le premier titre dans l'histoire du club, la qualif pour les huitièmes de la Ligue des Champions avec le plus petit budget des 16 équipes concernées, c'est lui. Et quand il reçoit ses prix individuels, HVH peut être surprenant face au micro. Juste désigné Entraîneur de l'Année au gala du Soulier d'Or, il a eu un bon mot pour Eric Gerets qui lui remettait le trophée, mais il a aussi évoqué David Bowie, toujours chaud. " Comme il dit dans une de ses chansons, we can be heroes, but just for one day. Dès demain, c'est un autre défi qui nous attend. " Reste à cerner son défi à lui pour demain. Le jour où il a signé son nouveau contrat, il a dit : " Je préfère continuer ici qu'aller dans une équipe du subtop à l'étranger. " Allô Marc Degryse ? Lisez bien son avis sur la question : " Après son passage à Genk, j'ai eu des gros doutes sur son potentiel. J'avais l'impression qu'il voulait trop montrer qu'il avait toujours raison et que les autres n'y connaissaient rien. Aujourd'hui, c'est un entraîneur mature qui sait s'adapter à toutes les circonstances. Chelsea ne pourrait pas trouver un meilleur entraîneur que lui... " Les récompenses, les flatteries, les prévisions, Coach Hein sait remettre tout ça en perspective. " J'ai un frère qui a dû faire trois mois de rééducation après un accident. Les gens qui se sont occupés de lui, eux ce sont des vrais coaches. Mon père est mort de démence. Les gens qui l'ont soigné, eux ce sont des vrais coaches. "Tout le monde a quand même un peu tiqué quand Manchester City a lâché 80 millions pour l'arracher à la Bundesliga. Même le Special One avait décrété qu'il était trop court pour l'Angleterre. Le Mou est au chômage entre-temps et le roux éclabousse le top de la Premier League. La big star belge en bleu dans le nord de l'Angleterre, c'est lui. Ça fait pas trop mal, Vincent ?Bon, s'il avait toujours le niveau de la saison dernière, les mêmes stats, le même impact, on l'aurait mis plus haut que cette troisième place. Il est parfois un peu à la ramasse avec un Chelsea qui ne fait que ça depuis l'été. Mais il peut toujours avoir l'un ou l'autre moment de grâce, et même chez les Diables, ça commence à venir. Même si ça reste encore trop épisodique. Prochain objectif : venger sur les terrains de sa France son inconstance brésilienne.Entendre Marc Wilmots dire qu'il est le premier joueur qu'il met au tableau, ça doit avoir été un des plus beaux jours de son année 2015. Franchement, quand il ramait pour gagner sa place à l'Atlético Madrid, on n'imaginait pas qu'il allait rapidement faire un tabac pareil à Tottenham. La paire Vertonghen / Alderweireld, c'est du très costaud et ça a encore même une chance de jouer le titre. Anglais. Et européen ? OK, ça fait longtemps que le Soulier d'Or ne va plus au meilleur footballeur belge mais simplement au meilleur joueur de Pro League - nuance. Mais son beau soulier, il ne l'a pas volé. Le chemin qu'il a pris pour arriver au sommet était le plus long et le plus tortueux possible. Courtrai, Heerenveen et Zulte Waregem après le renvoi d'Anderlecht : dans la tête, fallait être costaud pour supporter.Les Français lui avaient mis une grosse pression, l'été dernier. Finie, la saison d'adaptation, place à un défi XXL : faire oublier André-Pierre Gignac à la pointe de l'attaque marseillaise. Ça c'est fait. Michy est en pleine bourre pour gagner son combat à distance face à Divock Origi. Le combat pour être le troisième attaquant dans le groupe que Marc Wilmots pèse et soupèse en vue de l'Euro.Son passing, c'est souvent du caviar. Ses coups francs, du grand art. Il a un physique pour jouer au Barça, en attendant c'est à Gand qu'il explose. Notamment dans les matches de Ligue des Champions. Lu en début de semaine dernière : Si le Soulier d'Or ne va pas à Sven Kums, il ne peut aller qu'à Danijel Milicevic. Il n'y a finalement que Laurent Depoitre qui s'est glissé entre eux sur le podium. L'homme que Mini Mili alimente avec tellement d'élégance.Finalement, on a assez vite oublié la tempête qui a suivi son départ inattendu de Courtrai pour Ostende, quelques jours après sa prolongation au Kavé. L'entraînement perturbé par des supporters furax, les oeufs sur sa façade (800 euros pour nettoyer), sa plainte. La large victoire contre le Standard, fin décembre, lui a fait dire ceci : " Maintenant, les play-offs ne peuvent plus nous échapper. " Et l'ambition finale ? " Je signerais dès aujourd'hui pour finir à la quatrième place. " Jouable.Et peut-être que, bientôt, Thibaut Courtois ne sera plus notre dernier champion de Liga en date. Si on croit Yannick Carrasco, ça va être chaud : l'Atlético ne va pas laisser les clés du championnat au Real et au Barça. On pensait qu'il aurait besoin de plus de temps pour digérer son passage de Monaco à Madrid. Et on s'attend à ce qu'il composte son billet pour l'Euro.Un empereur romain dans toute sa splendeur avec le look, la hargne, la personnalité et même les qualités de footballeur. Pendant des années, il s'est plaint que nos sélectionneurs soient incapables de situer l'Italie sur la carte. Aujourd'hui, on a comme l'impression que Wilmots se demande ce qu'il ferait sans lui. Sa prestation extraordinaire au Stade de France promet pour cet été.