Il est bien fini le temps où un défenseur suivait, à la culotte, son opposant direct sur toute la largeur du terrain ! On accorde aujourd'hui la priorité à fermer l'espace de jeu entre le ballon et le but à défendre. C'est donc tout naturellement que la formation des jeunes s'est focalisée sur les principes collectifs du jeu en zone. Mais un match de football est aussi constitué d'une multitude de situations de un contre un. A voir les difficultés qu'éprouvent certains de nos jeunes joueurs actuels devant certains attaquants, on est en droit de se demander si on n'oublie pas l'essentiel, à savoir apprendre, répéter et perfectionner les fondamentaux. Notre réflexion s'adresse donc surtout à tous les formateurs. Il est urgent et donc capital d'enseigner au niveau jeu défensif prioritairement le fonctionnement collectif de l'équipe en perte de balle ?

Défendre, c'est presser

Empêcher et rendre compliqué pour l'adversaire tout contrôle, tout pivotement, toute conduite de balle, tout dribble, toute passe, tout centre, tout tir, etc., c'est défendre. Cette mise sous pression est devenue une obligation pour quasiment chaque joueur de l'équipe dès que l'adversaire prend l'initiative. Chaque joueur doit participer à la réduction rapide et maximale de l'espace et du temps disponibles pour les joueurs adverses. Plus on est près du but, plus intense doit être cette pression.

Cinq attitudes

En perte de balle, chaque coéquipier a l'obligation d'adopter une ou plusieurs des cinq attitudes suivantes : se replier ou occuper le plus vite possible l'espace entre le cuir et le but à défendre, disputer le ballon, marquer un adversaire, rassurer un coéquipier en le couvrant, et enfin, traquer les rivaux qui plongent.

1. Le repli : empêcher toute verticalisation du jeu en dressant un barrage le plus dense possible derrière la balle est le but de la reconversion collective défensive. Au niveau individuel et fondamental, il y a trois fautes majeures à éviter : ne pas se replier ou alors le faire trop tard, voire trop lentement, se replier trop fort, et enfin relâcher son attention une fois repositionné.

Les trajectoires de repli les plus rapides sont celles qui correspondent aux distances les plus courtes. Reculer en se dirigeant vers le point de penalty pour les joueurs axiaux, et vers le premier piquet pour les latéraux, sont des consignes simples et compréhensibles pour tous. Une bonne référence de distance pour le joueur le plus rapproché du porteur du ballon adverse est entre un et deux mètres. Il faut éviter que le cuir puisse être joué vers l'avant et donc plutôt induire la passe latérale, voire celle en retrait. Il ne faut pas non plus trop se replier : mettre la pression sur le possesseur du ballon quand on se trouve à cinq mètres ou plus de lui est impossible !

Enfin, aucun relâchement dans l'attention ou la concentration ne peut avoir lieu car c'est souvent à ce moment que les matches se décident.

2. Disputer le ballon : au niveau reconquête de la balle, l'interception a évidemment la priorité sur le tacle. Couper la trajectoire du ballon, s'en emparer et se reconvertir offensivement en une seule action présentent incontestablement une surprise pour l'adversaire et donc un avantage. Pour ce qui est de l'attitude à adopter face au joueur de flanc en possession du ballon, on peut soit l'induire à tenter un débordement, soit l'attirer vers l'axe du jeu. La position et l'orientation du corps de celui qui défend décident pour une grande part de l'un ou de l'autre. Aspirer l'adversaire vers le centre du jeu peut être une option intéressante face à une équipe particulièrement efficace sur les centres et lorsqu'on pratique la défense de zone. Adopter une position, jambes fléchies, afin de pouvoir réagir vite, et focaliser sans relâche le regard sur le ballon, pour ne pas être influencé par divers jeux de jambes, sont deux conseils essentiels. Mais notre première recommandation est de garder le corps à demi tourné vers l'une ou l'autre ligne de touche car on évite ainsi une perte de temps énorme dans le pivotement éventuellement induit par la direction d'accélération de l'adversaire.n

(A suivre)

par Frans Masson

Il est bien fini le temps où un défenseur suivait, à la culotte, son opposant direct sur toute la largeur du terrain ! On accorde aujourd'hui la priorité à fermer l'espace de jeu entre le ballon et le but à défendre. C'est donc tout naturellement que la formation des jeunes s'est focalisée sur les principes collectifs du jeu en zone. Mais un match de football est aussi constitué d'une multitude de situations de un contre un. A voir les difficultés qu'éprouvent certains de nos jeunes joueurs actuels devant certains attaquants, on est en droit de se demander si on n'oublie pas l'essentiel, à savoir apprendre, répéter et perfectionner les fondamentaux. Notre réflexion s'adresse donc surtout à tous les formateurs. Il est urgent et donc capital d'enseigner au niveau jeu défensif prioritairement le fonctionnement collectif de l'équipe en perte de balle ? Empêcher et rendre compliqué pour l'adversaire tout contrôle, tout pivotement, toute conduite de balle, tout dribble, toute passe, tout centre, tout tir, etc., c'est défendre. Cette mise sous pression est devenue une obligation pour quasiment chaque joueur de l'équipe dès que l'adversaire prend l'initiative. Chaque joueur doit participer à la réduction rapide et maximale de l'espace et du temps disponibles pour les joueurs adverses. Plus on est près du but, plus intense doit être cette pression. En perte de balle, chaque coéquipier a l'obligation d'adopter une ou plusieurs des cinq attitudes suivantes : se replier ou occuper le plus vite possible l'espace entre le cuir et le but à défendre, disputer le ballon, marquer un adversaire, rassurer un coéquipier en le couvrant, et enfin, traquer les rivaux qui plongent. 1. Le repli : empêcher toute verticalisation du jeu en dressant un barrage le plus dense possible derrière la balle est le but de la reconversion collective défensive. Au niveau individuel et fondamental, il y a trois fautes majeures à éviter : ne pas se replier ou alors le faire trop tard, voire trop lentement, se replier trop fort, et enfin relâcher son attention une fois repositionné. Les trajectoires de repli les plus rapides sont celles qui correspondent aux distances les plus courtes. Reculer en se dirigeant vers le point de penalty pour les joueurs axiaux, et vers le premier piquet pour les latéraux, sont des consignes simples et compréhensibles pour tous. Une bonne référence de distance pour le joueur le plus rapproché du porteur du ballon adverse est entre un et deux mètres. Il faut éviter que le cuir puisse être joué vers l'avant et donc plutôt induire la passe latérale, voire celle en retrait. Il ne faut pas non plus trop se replier : mettre la pression sur le possesseur du ballon quand on se trouve à cinq mètres ou plus de lui est impossible ! Enfin, aucun relâchement dans l'attention ou la concentration ne peut avoir lieu car c'est souvent à ce moment que les matches se décident. 2. Disputer le ballon : au niveau reconquête de la balle, l'interception a évidemment la priorité sur le tacle. Couper la trajectoire du ballon, s'en emparer et se reconvertir offensivement en une seule action présentent incontestablement une surprise pour l'adversaire et donc un avantage. Pour ce qui est de l'attitude à adopter face au joueur de flanc en possession du ballon, on peut soit l'induire à tenter un débordement, soit l'attirer vers l'axe du jeu. La position et l'orientation du corps de celui qui défend décident pour une grande part de l'un ou de l'autre. Aspirer l'adversaire vers le centre du jeu peut être une option intéressante face à une équipe particulièrement efficace sur les centres et lorsqu'on pratique la défense de zone. Adopter une position, jambes fléchies, afin de pouvoir réagir vite, et focaliser sans relâche le regard sur le ballon, pour ne pas être influencé par divers jeux de jambes, sont deux conseils essentiels. Mais notre première recommandation est de garder le corps à demi tourné vers l'une ou l'autre ligne de touche car on évite ainsi une perte de temps énorme dans le pivotement éventuellement induit par la direction d'accélération de l'adversaire.n (A suivre)par Frans Masson