Vous m'objecterez, les filles surtout, que les joueurs peuvent être "sexy". Là, d'accord, mais ce n'est pas alors le foot qui l'est: c'est au contraire l'éventuel sex-appeal des acteurs qui distrait du jeu lui-même! C'est d'ailleurs ce qu'avait bien pigé ce président novateur de D4 espagnole en début de saison.
...

Vous m'objecterez, les filles surtout, que les joueurs peuvent être "sexy". Là, d'accord, mais ce n'est pas alors le foot qui l'est: c'est au contraire l'éventuel sex-appeal des acteurs qui distrait du jeu lui-même! C'est d'ailleurs ce qu'avait bien pigé ce président novateur de D4 espagnole en début de saison.Le bonhomme cherchait quelque chose pour attirer les femmes au stade. Il savait pertinemment que le jeu lui-même ennuyait beaucoup de gonzesses, au moins autant que la vaisselle à mains nues: et il a avait imaginé d'imposer à ses joueurs un match avec kilt et sans slip! Je l'ai lu, je le jure, ce président a même fait la pub pour son match en l'intitulant "Grand Prix d'Ecosse réservé aux dames"!Solitaire en tribune de presse, avec en contrebas Peeters et Houben qui faisaient acte de présence en papotant plutôt qu'en suivant le jeu, j'ai regardé la finale des filles en me demandant si j'étais cinglé de regarder: entre la pelouse et moi, pas mal de gens s'affairaient, vaquaient aux préparatifs du vrai match des vrais hommes, mais les vraies filles jouaient dans l'indifférence quasi générale. Il ne faut pas aller voir le foot des filles pour constater que leur niveau est différent, mais pour constater que leur plaisir est identique: et si les actrices sont moins performantes, si leur gestuelle est moins pointue, le spectacle n'en est pas forcément moins plaisant. A Alost, j'ai apprécié le travail de fourmi futée de Dermul la médiane, la direction de défense de la couvreuse Wanderstein, la subtilité de passeuse de Maes. A Kumtich, Broos la goal-keepeuse m'a épaté quand j'ai vu ce qu'elle savait faire à 17 ans à peine! En rentrant, je suis tombé sur mon fils footballeur de province, qui m'a demandé comment s'était passé "le" match. Je lui ai rappelé qu'il y en avait eu deux et que, maintenant qu'il avait passé 20 ans, s'il gardait espoir de devenir un jour Diable Rouge, je lui proposerais de changer de sexe: c'était encore plausible de devenir Diablesse. "Je t'aime bien, pa, j'aime aussi beaucoup le foot, mais là, c'est beaucoup me demander!", a-t-il soupiré avec de la pitié pour moi dans le regard.Bernard Jeunejean