A priori, le LOSC n'avait pas grand chose à craindre de son affrontement avec Rabotnicki Skopje, le champion de Macédoine qui avait éliminé Dudelange et Debrecen aux tours précédents. Mais, malgré une domination constante, les Dogues se sont longtemps heurtés au gardien Tome Pacovski. Il a fallu un but inscrit contre son camp à l'heure de jeu par le défenseur Zoran Jovanovski, puis un penalty stupidement concédé et converti par Kader Keita pour débloquer la situation, avant que Nicolas Fauvergue ne fixe le score définitif à 3-0. Un score qui semble ouvrir la voie royale de la Ligue des Champions aux Nordistes, tant l'adversaire est apparu d'une insigne fai...

A priori, le LOSC n'avait pas grand chose à craindre de son affrontement avec Rabotnicki Skopje, le champion de Macédoine qui avait éliminé Dudelange et Debrecen aux tours précédents. Mais, malgré une domination constante, les Dogues se sont longtemps heurtés au gardien Tome Pacovski. Il a fallu un but inscrit contre son camp à l'heure de jeu par le défenseur Zoran Jovanovski, puis un penalty stupidement concédé et converti par Kader Keita pour débloquer la situation, avant que Nicolas Fauvergue ne fixe le score définitif à 3-0. Un score qui semble ouvrir la voie royale de la Ligue des Champions aux Nordistes, tant l'adversaire est apparu d'une insigne faiblesse. " Mais chez elle, cette équipe évolue différemment ", affirme l'entraîneur Claude Puel, qui ne veut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Puel avait raison : dimanche, pour le derby du Nord, Lille avait retrouvé son efficacité et a battu Lens 4-0, avec trois buts de l'ancien Louviérois Peter Odemwingie. " On s'était très bien préparé ", affirme Mathieu Chalmé. " On avait deux objectifs en tête en ce début de saison : bien commencer le championnat, ce qui a été fait avec notre six sur six face à Rennes et à Lens, et se qualifier pour ces poules de la Ligue des Champions qui nous avaient fait rêver la saison dernière. Pour le derby du Nord, la motivation est venue d'elle-même : le scénario du match de la saison dernière au stade Félix Bollaert nous restait encore en travers de la gorge ". Le LOSC ne jouera plus la Ligue des Champions au Stade de France, réquisitionné par des spectacles mais au Stade Félix Bollaert, l'antre du RC Lens. " D'un côté, ce sera plus proche pour nos supporters ", constate le jeune Fauvergue, tout heureux d'avoir été repris en équipe de France Espoirs. " D'un autre côté, c'est rageant de devoir évoluer dans le fief de notre grand rival régional. Mais il faut aussi remercier les dirigeants lensois d'avoir accepté de nous offrir l'hospitalité ". Voilà trois ans que le LOSC a quitté Grimonprez-Jooris pour trouver refuge (provisoirement, pensait-on) au Stadium de Villeneuve-d'Ascq, mais pour le nouveau stade, on ne voit rien venir. Mercredi passé, on était bien loin de l'ambiance des grandes soirées européennes alors que, pourtant, l'enjeu était énorme. " Une ville européenne, un stade européen ", ont réclamé les supporters. TOSIN DOSUNMU (Nancy, ex-Westerlo et Germinal Beerschot) et Grégory Pujol (Sedan, ex-Anderlecht) ont inscrit leur premier but de la saison. JEREMIE NJOCK (ex-Mons) a inscrit son premier but avec Brest lors de la défaite des Bretons à Bastia (4-2). Brest ne compte qu'un point en quatre rencontres. But, mais contre son camp, de Yannick Zambernardi (ex-La Louvière) qui évolue désormais à Istres. Enfin Arthur Boka (ex-Beveren) a inscrit deux buts, un sur coup franc et un autre directement sur corner, signant un fait inédit avec Strasbourg. JULIEN FAUBERT (Bordeaux) est le petit nouveau dans la liste des Bleus pour le match amical en Bosnie. Patrick Vieira a été nommé nouveau capitaine, brassard qu'il portait déjà avant le retour de Zinedine Zidane. Lilian Thuram et Claude Makelele ne sont pas repris car ils réfléchissent toujours sur leur avenir en équipe de France. Fabien Barthez n'est pas convoqué non plus. Il a annoncé qu'il voulait continuer mais il est toujours sans club. ZINEDINE ZIDANE est toujours la personnalité préférée des Français dans le sondage du Journal du Dimanche. CHRISTOPHE REVAULT (Toulouse) est en tête des prévisions pour succéder à Rennes à Andreas Isaksson, parti à Manchester City. Le nom de Fabien Barthez circule donc de nouveau à Toulouse. BENOÎT CAUET, 37 ans, actif à Sion, a pris sa retraite. Il a joué auparavant au PSG, à Caen, Nantes, Marseille et l'Inter. D. DEVOS