Il y a un an, Marouane Fellaini découvrait les auditoires et autres amphithéâtres de la D1 belge. C'était un grand saut dans l'inconnu pour un potache qui aurait pu se contenter d'un baptême d'étudiant du football et égarer son talent après quelques guindailles. Au lieu de cela, la révélation liégeoise de la saison académique 2006-2007, n'a pas cessé de bûcher ses dix matières : trafic aérien, jeu court, jeu long, travail défensif, apport offensif, stress et caractère, technique et vitesse, engagement, esprit collectif, lecture du jeu.
...

Il y a un an, Marouane Fellaini découvrait les auditoires et autres amphithéâtres de la D1 belge. C'était un grand saut dans l'inconnu pour un potache qui aurait pu se contenter d'un baptême d'étudiant du football et égarer son talent après quelques guindailles. Au lieu de cela, la révélation liégeoise de la saison académique 2006-2007, n'a pas cessé de bûcher ses dix matières : trafic aérien, jeu court, jeu long, travail défensif, apport offensif, stress et caractère, technique et vitesse, engagement, esprit collectif, lecture du jeu. 16/20 La présence dans les airs constitue une de ses grandes spécialités. Il fait acte de présence dans son rectangle et devant le gardien de but adverse. Marouane a donc un gros impact tant dans le jeu de tête défensif qu'offensif. C'est un atout naturel, vu sa taille, mais il a ajouté les fruits d'une première saison en D1. Il y a un an, le jeune médian liégeois était trop aspiré par la balle et se mettait hors position. La tour de Sclessin soigne beaucoup plus son placement. En récupération, il a progressé au marquage de ses adversaires et cela lui permet d'être plus efficace dans les barrages défensifs. Il en va de même offensivement : un pivot bien placé émerge plus facilement. Ses adversaires tentent de limiter son rayonnement aérien, en collant son plus grand joueur à ses basques, mais cela ne le limite pas trop dans ses jaillissements. 14/20 Le jeu en un temps ne lui pose pas de problème. Il enregistre facilement ce qui passe dans son environnement le plus proche. Ses passes rapprochées ne le mettent pas en difficultés. Sa taille ne constitue pas un atout s'il désire se lancer dans des crochets ou des dribbles courts. Il a cependant amélioré cet aspect de sa production en répétant les automatismes collectifs et sa touche de balle. 12/20 C'est son point faible. Il y a encore trop de déchets dans ses passes profondes et ses transversales. Fellaini s'applique cependant afin de trouver les bons dosages. Quand il aura trouvé les secrets d'une bonne passe en profondeur, sa palette d'expression sera encore plus complète. C'est une question de temps car les progrès sont sensibles. 17/20 En une saison, il s'est fortement bonifié dans ce qui était déjà un point fort. En 2006-2007, l'essuie-glace liégeois avait besoin d'un petit coup de mains pour construire une ligne Maginot devant sa défense. Il voulait éteindre les incendies partout et intervenait même dans des zones éloignées de sa défense. Il temporise plus, cerne mieux les dangers, les moments et les lieux où il faut intervenir sans attendre. Il a acquis de la maturité et c'est un pare-chocs central plus serein. C'est un plus énorme pour la défense et le meneur de jeu, Steven Defour. Marouane n'est pas un médian défensif s'exprimant prudemment et latéralement. Le plus souvent, il va chercher le porteur du ballon dans l'axe et remise verticalement. Le Standard gagne souvent une étape dans la reconversion. Fellaini se positionne de mieux en mieux dans ce rôle de courroie de transmission. 15/20 C'est un grand amateur de phases arrêtées. Mais son apport offensif ne se limite pas à sa taille. Il est capable de signer un assist de la... poitrine. Il reste des zones à améliorer. Il est capable de mettre sur pied la première balle de sortie, les fondations d'une attaque. S'il doit intervenir plus tard dans l'élaboration d'une attaque, ou à la finition, c'est plus difficile. Sa frappe est puissante mais il doit régler la mire. C'est un médian défensif qui marque de la tête mais il devrait le faire aussi avec des frappes à distance. Il connaît bien ses atouts et ce qui lui convient bien pour le moment. Sa production offensive est déjà plus importante. 14/20 En 2006-2007, il fit preuve d'un manque de maîtrise de ses émotions lors de certains moments chauds. Le milieu de terrain liégeois avait même échangé quelques coups avec ses adversaires. On se souvient aussi de quelques tacles très limites. Etait-ce dû à sa jeunesse, à une première saison en D1 ? Probablement. Son sourire cache surtout un caractère impulsif. Son tempérament lui pose encore des problèmes bien qu'il dompte plus calmement ses atouts que la saison passée. Cela lui permet d'avoir un apport plus constant. 15/20 Sa technique est souvent passée inaperçue. Or, il s'exprime des deux pieds, que ce soit de l'intérieur ou de l'extérieur. Il réfléchit et agit de plus en plus vite mais ne sera jamais un joueur aussi vif que son capitaine, Defour. Peut-il travailler sa réactivité dans les premiers mètres ? Un peu mais on ne transforme pas un roi du demi-fond en spécialiste du 100 m. Fellaini dispose d'un grand compas. Il faut du temps pour l'ouvrir. Son placement et une bonne compréhension des mécanismes tactiques lui permettent de gagner du temps. 17/20 C'est un domaine qui ne lui pose aucun problème. Il a des atouts qui font la différence. Il avait parfois tort de trop miser sur sa supériorité athlétique et d'émerger en puissance. C'est plus que jamais une arme importante mais il l'utilise plus judicieusement, ce qui lui permet d'éviter des avertissements inutiles. Il est déjà plus mûr. La multiplication des matches avec le Standard et l'équipe nationale lui on été d'un précieux secours dans la gestion de son potentiel athlétique. 15/20 Fellaini est devenu le complément idéal de Defour et le poisson pilote de la défense. En 2006-2007, il était évident qu'il était déjà un homme d'appareil. Ce n'est pas un soliste et il se nourrit essentiellement de travail collectif. A l'entraînement, les automatises sont rodés au quotidien. Il varie mieux sa production. Un an après ses débuts en D1, il connaît de mieux ses équipiers. Cela lui permet de les servir du pied, de la tête ou de la... poitrine. 15/20 Il faut prendre des décisions sur le terrain en tenant compte du film du match. La saison passée, Sergio Conceição avait le gouvernail en mains et décidait pour tout le monde. Fellaini et les jeunes sont désormais capables de s'adapter aux circonstances. Ce fut le cas après l'exclusion d' Oguchi Onyewu face au Zenit Saint-Pétersbourg en Coupe de l'UEFA. Marouane avait participé au réajustement tactique. A la mi-temps, MPH corrigea quelques détails. Fellaini a de moins en moins besoin d'un souffleur... " Les progrès de Marouane sont constants ", dit Manu Ferrera. " Pour la saison passée, il a obtenu 67 % à nos examens. Il vaut désormais 75 %. L'évolution est évidente. Marouane n'est pas du genre à s'endormir sur ses lauriers. C'est un bosseur. Doté d'une mentalité exemplaire, il ne s'épargne jamais. On n'a pas encore cerné ses limites. Il est unique dans son style ". par pierre bilic - photos : reporters