Le six sur six réalisé par la Belgique contre les deux petits du groupe lui permet de rester mathématiquement dans la course à la qualification directe. Toutefois, le prochain match face à la Serbie & Monténégro pourrait déjà être éliminatoire en cas de défaite. Il faudra de toute manière se montrer plus performants que face aux faibles amateurs de Saint-Marin qui ont réussi face à nos Diables à inscrire leur premier but lors de leur sixième rencontre !
...

Le six sur six réalisé par la Belgique contre les deux petits du groupe lui permet de rester mathématiquement dans la course à la qualification directe. Toutefois, le prochain match face à la Serbie & Monténégro pourrait déjà être éliminatoire en cas de défaite. Il faudra de toute manière se montrer plus performants que face aux faibles amateurs de Saint-Marin qui ont réussi face à nos Diables à inscrire leur premier but lors de leur sixième rencontre ! Quand on analyse la situation du groupe 7, s'il est encore possible de terminer premier, les chiffres actuels et le calendrier ne plaident pas en notre faveur. Rien qu'en regardant la différence de buts des quatre protagonistes pour une qualification ( Serbie 10-0, Espagne 8-1, Lituanie 7-2 pour un modeste 7-7 pour les Belges ), on se dit que nos adversaires sont pour l'instant nettement meilleurs que nous. Même si le goal-average n'entrera probablement pas en ligne de compte au décompte final, il est révélateur d'une meilleure forme de nos opposants. Mais tant qu'il y a vie, il y a espoir ! Dans le groupe 1, les Pays-Bas et la Tchéquie dominent avec la Roumanie comme semeur de trouble, et le match de Prague entre les deux leaders sera probablement décisif. Dans le groupe 2, l'Ukraine est en tête devant les champions d'Europe grecs qui viennent d'aligner quatre succès consécutifs après leurs débuts laborieux (2/9), et le match d'Athènes entre les deux protagonistes peut encore permettre à la Turquie de revenir. Dans le groupe 3, le Portugal et la Slovaquie sont à la lutte avec avantage pour les Lusitaniens qui recevront leurs adversaires. Les Russes et les Lettons peuvent encore brouiller les cartes. Dans le groupe 5, l'Italie domine les débats avec des victoires étriquées et devra se méfier de la Norvège voire de la Slovénie. Dans le groupe 6, l'Angleterre devance d'un point la Pologne qu'elle doit accueillir. Dans le groupe 8, même cas de figure entre la Croatie et la Suède. Terminons volontairement par le groupe 4, celui de la France, où la situation est on ne peut plus serrée avec la Suisse et l'Eire (qui ont un match de moins) à un point d'Israël et de la France. A Tel-Aviv, si les Français ont logiquement pris l'avance par DavidTrezeguet, ils ont dû subir la domination et l'égalisation en fin de match suite à l'exclusion stupide de leur buteur. Mais ce qui a retenu mon attention, c'est le niveau des journalistes commentant la rencontre. Peut-être a-t-on choisi Thierry Gilardi en remplacement de l'emblématique ThierryRoland pour permettre à Jean-Michel Larqué de placer de temps en temps ses légendaires : -Tout à fait Thierry ! Le dit Jean-Mimi, grand spécialiste ès football, a déclaré qu'il espérait que la France figure parmi les 24 qualifiés de la phase finale. Quelques secondes plus tard, grâce à l'intervention d'un collaborateur, il rectifia (à 32 quand même) en prétextant qu'il avait confondu avec l'EURO où les heureux élus sont au nombre de 16 ! Ne nous plaignons donc pas de nos reporters de la RTBF qui û pour des salaires largement inférieurs û font preuve de bien plus de compétences que ces stars du PAF ! ÉTIENNE DELANGREEn France, les commentateurs ne sont PAS MEILLEURS QUE LES JOUEURS