Ce sont des conséquences que tu n'as pas prévues : tu mets sur pied quelque chose que tu espères chouette, et le résultat est pire ! Les effets pervers abondent en foot. Commençons par la carte jaune pour simulation, instaurée parce que trop d'attaquants s'étalaient de plein gré dans le rectangle adverse pour tenter d'obtenir un penalty. Le but escompté était de bannir la triche,... le résultat est que l'arbitre est vilipendé au minimum une fois sur deux lorsqu'il prend ce type de sanction : sans qu'on puisse toujours donner tort à ceux qui l'engueulent comme du pus !

La balle se dispute dans un mouchoir, les mecs se frottent, l'attaquant tombe, l'arbitre juge (et c'est déjà délicat) qu'il n'y a pas faute : de la sorte, au lieu d'une décision jadis (ne pas siffler penalty), il en prend deux (ne pas siffler et punir le simulateur) ! Après quoi les ralentis TV disent fréquemment qu'il s'est plutôt deux fois gouré. Dans les gradins, côté frustré, la colère est double aussi : et faut pas vous faire un dessin sur les dégâts doubles possibles....

On pourrait se dire qu'au moins, la peur de pareille sanction a incité les joueurs à moins simuler. Et sans doute la célèbre consigne " Laisse-toi tomber ! " est-elle moins d'actualité. Mais la simulation n'a fait que changer de camp, elle devient désormais l'apanage du défenseur, j'explique. Je suis défenseur, je tackle un peu en retard, mon adversaire s'écroule et je sais que je l'ai touché, j'ai peur que l'arbitre siffle penalty.

La consigne est désormais de me ruer au quart de seconde sur l'attaquant écroulé, et de sortir mon grand numéro d'acteur outré : j'ai fait valdinguer le gars les quatre fers en l'air, mais je lui postillonne dessus, rouge de colère, en lui hurlant qu'il est un salopard de tricheur qui s'est laissé tomber ! Faut réagir vite, évidemment avant la réaction de l'arbitre. ça paie parfois. Vive le foot et ses valeurs.

Autre chose. Le coup du " Mets la balle dehors ! " quand un adversaire se tord de douleur. Au départ et en principe, c'était l'acte de fair-play de joueurs ayant repéré le gisant adverse avant l'arbitre : un gars d'en face rendait ensuite le ballon, il récoltait quelques applaudissements épars et on en restait là. Maintenant, on te prend pour un salopard de terroriste insensible si tu ne mets pas dehors dès qu'on te le crie, et on te le crie à tout bout de champ : si tu dribbles un mec qui s'emmêle les pinceaux et qui se fait mal (ou simule !), ses potes t'engueuleront presque de poursuivre vers le but au lieu de t'arrêter !

Quant à la restitution dudit ballon au cas où il a été mis dehors, c'est de la haute stratégie : il faut bien restituer pour garder le vernis de fair-play,... mais tout est organisé pour le restituer à l'endroit le plus emmerdant pour l'autre et le plus favorable pour toi. Je propose qu'on stoppe ce cirque et qu'on s'en tienne au règlement : jouer jusqu'à ce que l'arbitre ait repéré l'agonisant puis arrêté le jeu, reprendre par balle à terre ensuite. En attendant, vive la duplicité.

Un dernier p'tit effet pervers pour terminer ? Un nouveau joueur s'amène dans un club, et un titulaire inamovible déclare : " Chacun puisera dans cette concurrence accrue une motivation supplémentaire ". Mouais. D'accord, le principe de la concurrence au sein d'un groupe, et le respect de ce principe, sont de vraies valeurs : mais jusqu'à un certain point, et plus pour certains que pour d'autres !

Prenons un p'tit jeune au départ d'une saison, se disant qu'en donnant tout ce qu'il a dans le ventre, il a une toute petite chance de jouer l'un ou l'autre bout de match à la place d'un des 22 professionnels du noyau : faut pas me faire croire que, si les 22 pros sont devenus 26 à l'issue de cette stupidité de mercato, le p'tit jeune va et doit puiser une motivation supplémentaire ! ! Il va se dire qu'il s'est fait entuber et il aura raison. Il a mordu sur sa chique et il s'en mord les doigts. Vive la formation des jeunes, qui sauvera la nation.

par Bernard Jeunejean

" Je lui postillonne dessus, rouge de colère, en lui hurlant qu'il est un SALOPARD DE TRICHEUR QUI S'EST LAISSé TOMBER "

Ce sont des conséquences que tu n'as pas prévues : tu mets sur pied quelque chose que tu espères chouette, et le résultat est pire ! Les effets pervers abondent en foot. Commençons par la carte jaune pour simulation, instaurée parce que trop d'attaquants s'étalaient de plein gré dans le rectangle adverse pour tenter d'obtenir un penalty. Le but escompté était de bannir la triche,... le résultat est que l'arbitre est vilipendé au minimum une fois sur deux lorsqu'il prend ce type de sanction : sans qu'on puisse toujours donner tort à ceux qui l'engueulent comme du pus ! La balle se dispute dans un mouchoir, les mecs se frottent, l'attaquant tombe, l'arbitre juge (et c'est déjà délicat) qu'il n'y a pas faute : de la sorte, au lieu d'une décision jadis (ne pas siffler penalty), il en prend deux (ne pas siffler et punir le simulateur) ! Après quoi les ralentis TV disent fréquemment qu'il s'est plutôt deux fois gouré. Dans les gradins, côté frustré, la colère est double aussi : et faut pas vous faire un dessin sur les dégâts doubles possibles.... On pourrait se dire qu'au moins, la peur de pareille sanction a incité les joueurs à moins simuler. Et sans doute la célèbre consigne " Laisse-toi tomber ! " est-elle moins d'actualité. Mais la simulation n'a fait que changer de camp, elle devient désormais l'apanage du défenseur, j'explique. Je suis défenseur, je tackle un peu en retard, mon adversaire s'écroule et je sais que je l'ai touché, j'ai peur que l'arbitre siffle penalty. La consigne est désormais de me ruer au quart de seconde sur l'attaquant écroulé, et de sortir mon grand numéro d'acteur outré : j'ai fait valdinguer le gars les quatre fers en l'air, mais je lui postillonne dessus, rouge de colère, en lui hurlant qu'il est un salopard de tricheur qui s'est laissé tomber ! Faut réagir vite, évidemment avant la réaction de l'arbitre. ça paie parfois. Vive le foot et ses valeurs. Autre chose. Le coup du " Mets la balle dehors ! " quand un adversaire se tord de douleur. Au départ et en principe, c'était l'acte de fair-play de joueurs ayant repéré le gisant adverse avant l'arbitre : un gars d'en face rendait ensuite le ballon, il récoltait quelques applaudissements épars et on en restait là. Maintenant, on te prend pour un salopard de terroriste insensible si tu ne mets pas dehors dès qu'on te le crie, et on te le crie à tout bout de champ : si tu dribbles un mec qui s'emmêle les pinceaux et qui se fait mal (ou simule !), ses potes t'engueuleront presque de poursuivre vers le but au lieu de t'arrêter ! Quant à la restitution dudit ballon au cas où il a été mis dehors, c'est de la haute stratégie : il faut bien restituer pour garder le vernis de fair-play,... mais tout est organisé pour le restituer à l'endroit le plus emmerdant pour l'autre et le plus favorable pour toi. Je propose qu'on stoppe ce cirque et qu'on s'en tienne au règlement : jouer jusqu'à ce que l'arbitre ait repéré l'agonisant puis arrêté le jeu, reprendre par balle à terre ensuite. En attendant, vive la duplicité. Un dernier p'tit effet pervers pour terminer ? Un nouveau joueur s'amène dans un club, et un titulaire inamovible déclare : " Chacun puisera dans cette concurrence accrue une motivation supplémentaire ". Mouais. D'accord, le principe de la concurrence au sein d'un groupe, et le respect de ce principe, sont de vraies valeurs : mais jusqu'à un certain point, et plus pour certains que pour d'autres ! Prenons un p'tit jeune au départ d'une saison, se disant qu'en donnant tout ce qu'il a dans le ventre, il a une toute petite chance de jouer l'un ou l'autre bout de match à la place d'un des 22 professionnels du noyau : faut pas me faire croire que, si les 22 pros sont devenus 26 à l'issue de cette stupidité de mercato, le p'tit jeune va et doit puiser une motivation supplémentaire ! ! Il va se dire qu'il s'est fait entuber et il aura raison. Il a mordu sur sa chique et il s'en mord les doigts. Vive la formation des jeunes, qui sauvera la nation. par Bernard Jeunejean" Je lui postillonne dessus, rouge de colère, en lui hurlant qu'il est un SALOPARD DE TRICHEUR QUI S'EST LAISSé TOMBER "