Newzoo, un bureau d'études néerlandais sur les jeux et les e-sports, a publié son rapport, le Global e-sports Report, pour la sixième année d'affilée. Il en ressort que ce marché va générer 585 millions d'euros en contrats de commerce et de sponsoring en 2020, dans le monde entier. En y ajoutant les droits médiatiques, de plus en plus chers, on arrive à une somme...

Newzoo, un bureau d'études néerlandais sur les jeux et les e-sports, a publié son rapport, le Global e-sports Report, pour la sixième année d'affilée. Il en ressort que ce marché va générer 585 millions d'euros en contrats de commerce et de sponsoring en 2020, dans le monde entier. En y ajoutant les droits médiatiques, de plus en plus chers, on arrive à une somme de 750 millions. Cette croissance va encore s'amplifier dans les années à venir. Newzoo s'attend à ce que le chiffre atteigne 1,1 milliard en 2023. Le principal segment ? Le streaming et les services digitaux, qui vont rapporter 72% de plus, alors que le sponsoring va plafonner à 17%. D'après Peter Warman, le CEO de Newzoo, les e-sports évoluent de manière très variée en fonction des pays, avec des préférences différentes pour certains jeux et plateformes. Selon lui toujours, c'est " la clef idéale pour créer un retour maximal au profit des investisseurs ". Le nombre d'adeptes des e-sports devrait augmenter de près de 10% pour passer de 453 millions en 2019 à 495 millions cette année, essentiellement dans les marchés en cours de croissance comme l'Amérique latine, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie. Les e-sports deviennent très populaires en Chine. Celle-ci va même dépasser l'Amérique du Nord pour devenir le plus vaste marché avec une augmentation de 18%, soit 350 millions d'euros. Les sociétés d'e-sports profitent pleinement de ce boom. Les deux principales, Team SoloMid et Cloud 9 (connu notamment via les League of Legends Championship Series), valent déjà quelque 365 millions d'euros, selon le magazine Forbes. Treize sociétés ont vu leur valeur dépasser les 90 millions d'euros l'année dernière, contre neuf en 2018. La valeur moyenne de ces treize firmes d'e-sports : un rien moins de 200 millions d'euros, soit une croissance de 52%.