Agressivité offensive
...

Agressivité offensiveVieri, le baroudeur offensif de l'Inter, attaque toujours agressivement le ballon en dépit de la présence ou non d'un adversaire. Il "déménage" et fait preuve d'une mentalité de saine agressivité offensive, souvent indispensable pour pouvoir sévir dans la zone des 16 mètres. Dans le même registre des esprits conquérants, des joueurs comme Vieira, Scholes ou Roberto Carlos osent sortir de position, balle au pied, pour aller éliminer le plus rapidement possible un adversaire. Tout comme la recherche des duels offensifs, la provocation fréquente de ces situations d'élimination à un contre un fait aussi partie des critères de base d'un bon jeu offensif, conquérant et agressif. Aller au duelComme pour le temps de possession du ballon, le nombre de duels gagnés, ne donne pas toujours une indication pointue sur les vraies clés de la partie. Par contre, les duels exclusivement relevés dans la zone de vérité adverse peuvent être très révélateurs du poids du danger offensif créé par l'équipe concernée. Aux 16 mètres, trop peu de duels au total ou trop de duels perdus, amènent souvent le coach à intervenir. Changer un attaquant, sinon le soutenir autrement ou lui donner d'autres consignes, fait partie de l'arsenal tactique du sélectionneur. Dans la constitution d'un noyau équilibré, il y a donc lieu de ne jamais oublier la question suivante: -Disposons-nous de joueurs capables d'aller chercher le ballon de manière agressive dans le feu du rectangle adverse?Aller éliminerUne autre possibilité de réaction face au nombre total trop faible de duels en zone de vérité adverse est le remplacement d'un médian, voire d'un arrière. En effet, le manque de danger offensif peut être dû à un manque de pénétration des joueurs de la deuxième et même de la troisième ligne. Avons-nous des réponses positives aux deux questions fondamentales suivantes: -Disposons-nous de suffisamment de joueurs qui osent sortir pour aller éliminer un adversaire en dribble?-Est-ce que notre formation des jeunes propose régulièrement des situations où les tentatives de dribble sont favorisées et valorisées?ConditionsSi pour être un bon chercheur de duels offensifs, une bonne masse athlétique est évidemment un atout, elle n'est ni suffisante, ni absolument indispensable. En plus de l'instinct de but, une bonne vitesse de réaction, un bon pivotement et une explosivité sur les premiers mètres sont autant de qualités innées qui donnent de la valeur ajoutée au baroudeur de service. Pour provoquer des situations d'élimination à un contre un, suite à une sortie de position, une bonne vitesse de base, une bonne technique générale et des capacités de dribble sont des avantages incontestables. Mais dans les deux cas, il y a un pré-requis qui conditionne tout, et qui est bien trop souvent absent dans notre compétition: c'est la mentalité d'agressivité vers l'avant, quelles que soient les circonstances de jeu. S'il y a indiscutablement un don ou non à la naissance, cette capacité doit néanmoins être révélée et peaufinée lors la formation du jeune joueur puisqu'elle a trait à la mentalité. Sonck, au niveau de l'engagement agressif dans les duels offensifs, et Simons, au niveau de la sortie conquérante, balle au pied, sont de bons exemples dans notre championnat. Une cultureSoulignons donc le travail des directeurs sportifs, qui, lors du recrutement, réussissent à dénicher des duellistes offensifs. Encourageons surtout les formateurs de jeunes qui récompensent les dribbleurs et les joueurs qui ont du caractère. C'est de ceux-ci que notre compétition a le plus besoin. Une école de jeunes avec une vision et donc une culture placera incontestablement le développement de cette qualité mentale dans le hit-parade de ses priorités de formation!