Cela fait deux ans que Stephen Appiah a joué son dernier match de club mais il a été un pion majeur des Black Stars du Ghana, qui ont été les premiers de la zone Afrique à se qualifier pour la Coupe du Monde. Lors de la victoire décisive contre le Soudan (2-0), Appiah sortit du terrain à la 73e minute avec la conscience en paix et le c£ur en joie. Après la standing ovation, il avoua être très ému : " Surtout après mes grosses difficultés depuis deux ans. C'était énorme de voir ce stade tout entier m'applaudir. "
...

Cela fait deux ans que Stephen Appiah a joué son dernier match de club mais il a été un pion majeur des Black Stars du Ghana, qui ont été les premiers de la zone Afrique à se qualifier pour la Coupe du Monde. Lors de la victoire décisive contre le Soudan (2-0), Appiah sortit du terrain à la 73e minute avec la conscience en paix et le c£ur en joie. Après la standing ovation, il avoua être très ému : " Surtout après mes grosses difficultés depuis deux ans. C'était énorme de voir ce stade tout entier m'applaudir. " C'est la deuxième qualification de suite pour le Ghana pour le Mondial mais Appiah ne sera peut-être pas en Afrique du Sud. Le joueur constitue un mystère permanent : il a été très actif lors des matches de qualification et même amicaux du Ghana mais il est rattrapé par ses problèmes. Il se débat actuellement contre plusieurs procès, un genou en mauvais état et le questionnement permanent sur son âge réel l'empêche de signer pour un club. Depuis l'été, il a passé des tests auprès de clubs anglais, italiens et même à Rubin Kazan, mais sans offre à la clé. Le temps où il était un des cadors de l'entrejeu de la Juventus qu'il quitta pour un gros transfert à Fenerbahçe semble dé-sormais très lointain. En Italie il vient de perdre le premier de trois procès que lui ont intentés ses anciens agents et avocats. Il a été condamné à payer 520.000 euros à son ex-agent Santiago Morazzo et est attaqué pour une somme identique par deux autres ex-conseillers. Du coup, s'il signe en Italie, il risque une saisie sur salaire. Mais il a également perdu sa bataille juridique contre le Fener qu'il quitta fin 2007, quelques semaines avant le début de la CAN au Ghana où il ne joua pas. Il faut se souvenir qu'il y a deux ans, Appiah souffrit d'une thrombose qui faillit le tuer ; elle était due par une rééducation inadéquate suite à une opération à un genou. Appiah invoqua la responsabilité de Fenerbahçe dans ses problèmes de santé et disparut. Les Turcs l'attaquèrent pour avoir cassé son contrat et Appiah a été condamné à leur verser 3 millions d'euros. Et puis, il y a son âge : si sa date de naissance officielle était bien le 28 dé-cembre 1980, cela voudrait dire qu'il a commencé à jouer avec son équipe nationale à 15 ans, ce que personne ne croit. Avec toutes ces casseroles, on imagine bien que les clubs ne sont pas enclin à lui donner une nouvelle chance, surtout avec le type de contrat qu'il exige. Il vit actuellement à Brescia où il s'entraîne parfois avec l'équipe de Serie B, mais même elle ne songe pas à lui offrir un contrat à temps déterminé... Le Ghana constitue sa bouée de sauvetage mais jusqu'à quand ? Même si Appiah est un héros du Ghana, le coach Milovan Rajevac est-il encore disposé à lui conserver une place dans l'effectif pour le Mondial s'il ne trouve pas d'équipe pour s'entraîner régulièrement ? MARK GLEESON (ESM, WORLD SOCCER)