Stéphane Demol : "Personne ne peut dire que le nul obtenu par la Belgique en Ecosse n'est pas mérité. Il y a eu des moments assez malheureux en première mi-temps mais, globalement, j'estime que les Ecossais ont mieux joué que nous durant quarante-cinq minutes : ils méritaient une avance au repos. Maintenant, en ce qui concerne le fameux penalty, il est évident qu'il n'y avait pas du tout corner sur la phase précédente...

Stéphane Demol : "Personne ne peut dire que le nul obtenu par la Belgique en Ecosse n'est pas mérité. Il y a eu des moments assez malheureux en première mi-temps mais, globalement, j'estime que les Ecossais ont mieux joué que nous durant quarante-cinq minutes : ils méritaient une avance au repos. Maintenant, en ce qui concerne le fameux penalty, il est évident qu'il n'y avait pas du tout corner sur la phase précédente. Cela dit, Eric Deflandre n'a pas à se protéger de la sorte. S'il garde les mains le long du corps, il prend la balle sur la poitrine ou, au pire, dans le ventre. Je crois sincèrement qu'il y avait penalty. Mais, par contre, je ne devine aucune faute intentionnelle. Je ne suis pas d'accord avec la règle selon laquelle toute faute dans le grand rectangle doit être sanctionnée par une exclusion. Eric Deflandre méritait tout au plus une carte jaune : la rouge, c'était une sanction démesurée. La défense a été indiquée du doigt mais, pour moi, Glen De Boeck, par exemple, n'a pas mal joué et il était inutile de tenter de le comparer sans cesse à Eric Van Meir. Ils ont tous les deux leurs spécificités mais l'un n'est pas meilleur ou moins bon que l'autre à ce poste. Il y a équivalence, même si Eric détient évidemment sa fameuse frappe. En deuxième mi-temps, toute la défense a bien tenu le coup. Geert De Vlieger a évité le 3-0, Glen De Boeck a déniché Bob Peeters avant le centre de ce dernier sur la tête de Marc Wilmots, Didier Dheedene a réussi quelques grands retours défensifs et c'est un arrière ( Daniel Van Buyten) qui a égalisé en fin du match : tout se tient. Après le repos, à 2-0, il était logique de tenter le tout pour le tout. Robert Waseige a fait rentrer Bob Peeters. Ce qu'il a fait est très bien. Bob Peeters a sa place dans ce groupe. Maintenant, on ne peut pas dire qu'il doit entamer tous les matches car cela dépend d'un tas de paramètres: forme, blessures, adversaires, etc. Emile Mpenza n'a pas été à la fête car il n'avait guère d'espaces mais, on ne peut pas se passer de lui. Un nul à Glasgow, c'est bien, mais le chemin qui mène au Japon et en Corée est encore long". (P. Bilic)