FrancisD'Haese, déjà soulagé par le plébiscite recueilli par PhilippeDufermont auprès des supporters (99 % de oui), l'est encore davantage depuis mercredi passé : l'homme d'affaires mouscronnois, établi en Espagne, a accepté la présidence de l'Excelsior.
...

FrancisD'Haese, déjà soulagé par le plébiscite recueilli par PhilippeDufermont auprès des supporters (99 % de oui), l'est encore davantage depuis mercredi passé : l'homme d'affaires mouscronnois, établi en Espagne, a accepté la présidence de l'Excelsior. " J'y avais mis deux conditions ", explique Dufermont. " Avoir le soutien des supporters et des pouvoirs publics. En ce qui concerne les supporters, je suis rassuré avec ce plébiscite. L'idée de ce sondage a peut-être été mal perçue. En fait, je voulais m'assurer qu'après avoir accepté la présidence, je n'entendrais pas des bruits du style : - C'est qui celui-là ? De quoi se mêle-t-il ? " Restait le soutien des pouvoirs publics. Or, le ministre régional wallon des Affaires intérieures et de la Fonction publique Philippe Courard avait apporté son bémol à l'octroi d'un nouveau prêt de deux millions accordé par l'IEG (Intercommunale d'Etude et de Gestion) à l'Excelsior. Jean- PierreDetremmerie est parvenu à faire infléchir le ministre. " L'IEG a plus de chances de retrouver son dû si on nous accorde le prêt que si on nous coupe les vivres ", justifie-t-il. Pour arriver à ses fins, il a convaincu Dufermont de se porter garant du remboursement. " Je n'avais pas envie de me porter garant tout seul ", grimace le nouveau président. " Injecter deux millions, puis encore deux millions, et encore deux millions, c'est comme lancer une bouée de sauvetage à la mer lorsqu'il y a un naufrage : tout le monde s'y accroche, et finalement tout le monde coule. Je me suis tourné vers Detremmerie, qui m'a répondu : - J'aimamaison, mapension... " Bref, on a compris. Lorsqu'on demande au nouveau président quelles sont ses ambitions, il parle de gagner la Liga. " Utopique ? Dans un premier temps, sans doute ". Il n'exclut pas l'idée d'inclure un représentant des supporters dans le conseil d'administration, à l'image de ce qui se fait en Espagne avec les socios. " Pour qu'ils aient leur mot à dire ". Il se veut rassurant. " Les joueurs seront payés et on aura la licence sans problème. Beaucoup de clubs aimeraient avoir la santé financière de l'Excel. D'éventuels partenaires locaux sont toujours les bienvenus, mais plus besoin des Kazakhs ". DANIEL DEVOS