C'était il y a presque un mois, le 28 mai dernier. La Belgique du foot voulait enfin savoir et guettait le moindre tweet sorti du compte d' Eden Hazard. L'annonce tomba finalement sur le coup de 21 h : " Chose promise chose due. Je vais rejoindre le champion d'Europe. "
...

C'était il y a presque un mois, le 28 mai dernier. La Belgique du foot voulait enfin savoir et guettait le moindre tweet sorti du compte d' Eden Hazard. L'annonce tomba finalement sur le coup de 21 h : " Chose promise chose due. Je vais rejoindre le champion d'Europe. " Chelsea avait réussi à convaincre le plus beau diamant du football belge au nez et à la barbe de ses rivaux, Manchester City et Manchester United. Tout ceci avait évidemment un coût : Lille empochait 40 millions d'euros pour celui qui intégra son centre de formation en 2005 en provenance de Tubize. 40 millions, c'est deux fois le montant palpé par le Standard pour Marouane Fellaini transféré à Everton en 2008 (montant alors record pour un joueur belge). C'est aussi le départ le plus rémunérateur de l'histoire de la Ligue 1, devant Karim Benzema qui avait pris la route du Real Madrid pour 35 millions à l'été 2010. Et c'est jusqu'aujourd'hui, LE transfert du mercato. Personne en Europe n'a encore déposé une aussi grosse mallette pour attirer un joueur. Un Belge qui fait la une du marché des transferts mondiaux, on devait s'y intéresser... Ils sont huit à être réellement entrés dans la danse et non des moindres : Chelsea, Manchester City, Manchester United, Tottenham, Arsenal, Inter Milan, Real Madrid et Barcelone. Le talent de Hazard n'a évidemment pas sauté aux yeux de ces places fortes du foot européen ces dernières semaines. Son nom était inscrit dans les calepins des plus grosses écuries européennes depuis un petit bout de temps. Manchester City le suivait depuis trois saisons, Chelsea l'avait dans le viseur il y a déjà deux ans. Mais c'est véritablement cette saison que les négociations ont débuté. Après l'officialisation de son transfert, Hazard a déclaré en conférence de presse : " Au Barça ou au Real, cela aurait été plus dur de m'imposer. Si mes prestations sont suffisamment bonnes à Chelsea, je devrais être dans le onze de base. Ma priorité est de jouer. " Voilà pour la formule polie. Mais la concurrence n'a jamais effrayé Eden, ni son entourage. En rejoignant le Barça, Eden aurait dû s'adapter à un style bien précis et quelque part renier son jeu. Choisir le Real, c'était atteindre le sommet à seulement 21 ans. Avec le risque de ne plus passer d'étapes par la suite. On a aussi souvent évoqué le lobbying Zinédine Zidane. Il n'en fut rien, hormis quelques louanges adressés par Zizou au micro de Canal +. L'ex-Ballon d'Or 98 n'est jamais intervenu dans les négociations d'autant que sa fonction au Real se résume davantage un rôle de représentation que de décision. Dès que le choix des Îles fut clair et définitif, les dirigeants des deux géants espagnols ont été informés au début de l'hiver. Tout comme le président de l'Inter, Massimo Moratti qui n'avait jamais caché son faible pour le numéro 10 des Diables. On a encore en mémoire sa sortie remarquée dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport en mai 2011 : " Chaque fois que je rentre à la maison, un de mes fils me fait une tête comme ça : - N'oublie pas Hazard, n'oublie pas Hazard. Giuseppe Rossi est fort mais Hazard m'a encore plus épaté. " Mais pourquoi l'Angleterre ? " Eden adore le rythme des matches, l'ambiance en tribunes. Et il est persuadé que c'est le championnat qui lui va le mieux ", nous explique un membre de son entourage. " Beaucoup de personnes le voyaient en Liga à cause de sa technique, de son petit gabarit. Mais c'est un cliché que de croire ça. Les gens oublient qu'au Barça hormis Iniesta, Xavi, Messi, Alexis Sanchez, on a aussi affaire à quelques beaux bébés comme Piqué, Puyol ou Abidal. " Les premières écuries anglaises à s'être publiquement manifestées furent Arsenal et Tottenham. De nombreux observateurs imaginaient Hazard rejoindre les Gunners, et son jeu offensif et jeune. Mais il n'en a jamais été véritablement question. Le manque de maturité de l'équipe à Arsène Wenger et l'absence de certitudes sportives (sa star Robin van Persie est annoncée à City) ont fait barrage. Le voisin londonien, Tottenham, était bien plus sérieux. France Football croyait même détenir le scoop et avait annoncé que le meilleur joueur de L1 allait signer chez les Spurs. On était en février et Tottenham était en bonne place pour cueillir en fin de saison une place qualificative pour la Ligue des Champions. Dès que la bande à Harry Redknapp s'est écroulé, le président David Levy a été mis au parfum que le futur de Hazard ne se trouverait pas du côté de White Hart Lane. Il ne restait plus que Chelsea et les deux Manchester, soit les deux premiers du championnat et le futur vainqueur de la LC. Les entrevues entre le joueur et les plus hauts dirigeants de ces trois clubs ont alors débuté... " Ça fait des années que certaines gloires du foot belge affirmaient qu'il ne devait pas rester à Lille, qu'il allait faire la saison de trop, etc. Au final, il part par la très grande porte avec 20 buts, 15 assists, plante un hat-trick pour ses adieux au LOSC et renouvelle son titre de meilleur joueur du championnat français. Personne n'est parti de France sur une telle note, avec la bénédiction des dirigeants lillois et l'ovation de son public ", clame l'un des proches de Hazard. Les hésitations d'Eden quant à sa future destination ont pourtant chauffé les réseaux sociaux, Twitter en tête (le " nouveau " maillot d'Hazard étant notamment parodié avec les logos de City, Chelsea et United). L'explication de cette attente est pourtant simple : si Hazard ne donne pas sa décision au soir de son dernier match avec le LOSC, c'est parce que Chelsea ne sait pas encore s'il disputera la Ligue des Champions la saison suivante puisque les Blues doivent affronter quelques jours plus tard le Bayern Munich en finale. Il était inenvisageable de ne pas goûter une deuxième fois de suite aux joies de la plus grande compétition européenne d'autant qu'il n'y avait pas d'EURO pour Eden et ses Diables. " On voulait avoir tous les éléments en notre possession avant de prendre une décision. On n'allait pas dire aux dirigeants de City ou d'United qu'Eden signerait chez eux pour faire volte-face au dernier moment après le succès de Chelsea en finale. Cela ne fait pas partie de l'éducation d'Eden ", entend-on. Si Chelsea s'était fait sortir par Barcelone en demi, il y fort à parier qu'Eden se serait retrouvé du côté d'Old Trafford. Car les Red Devils ont fait forte impression auprès du néo-Blues. Tant son directeur exécutif David Gill que Sir Alex Fergusson. Si City a longtemps été dans la course, le sprint final s'est joué entre Chelsea et United. Quant au montant du transfert, ils étaient tous prêts à le débourser. Lors de la prolongation du contrat de Hazard au LOSC en janvier 2011, une clause de départ, qui tournait autour des 40 millions, avait été retenue. Au hit-parade des discussions de comptoir, le salaire d'Eden Hazard à Chelsea trônait indiscutablement en tête les jours qui ont suivi l'officialisation de son transfert. 500.000 euros nets mensuels, cela a de quoi faire tourner les têtes. Ce revenu de star de la Premier League le place, certes encore loin de Cristiano Ronaldo (1.083.000 euros/mois), de Lionel Messi (875.000/mois), et même de ses coéquipiers Terry et Lampard (625.000/mois) mais à la même hauteur qu'un Wayne Rooney. A seulement 21 ans ! Et à ce beau pactole, vous ajoutez une clause d'intéressement qui s'élèverait à 2,5 millions d'euros. Si l'argent est évidemment une donnée importante chez tout footballeur d'élite, ce n'est pas l'élément qui l'aurait décidé de signer chez les Blues. Que ce soit City ou United, les salaires proposés étaient sensiblement les mêmes. C'est même le club de Sir Alex qui s'est montré le plus généreux dans les négociations. Hazard n'est pas non plus réputé pour être quelqu'un de très bling-bling. La simplicité de son mariage en est la meilleure preuve. Son entourage sportif n'a jamais mis les billets comme priorité. Quand il est élu meilleur Espoir de L1 pour la première fois, il ne demande aucune revalorisation salariale, la saison suivante rebelote. Un second titre de meilleur Espoir et toujours pas de revalorisation. Fin de saison 2010-2011, il est sacré meilleur joueur du championnat après un doublé titre-Coupe de France. Hazard reste au LOSC une saison supplémentaire sans mettre la pression sur les dirigeants. " Eden n'a jamais fait de chantage. Ce n'est qu'en janvier 2011 que son agent a négocié un nouveau et joli contrat. " Un contrat à hauteur de 5,5 millions d'euros par an qui le plaçait en tête des joueurs les mieux payés de Ligue 1 devant... Yoann Gourcuff. " Le projet sportif de Chelsea m'a séduit. J'ai parlé avec Roman Abramovitch et j'ai rencontré quelqu'un de simple, qui adore le foot. On était sur la même longueur d'onde, il m'a dit qu'il voulait que Chelsea confirme sa position au sommet ", a déclaré Hazard, devenu le troisième plus gros transfert des Blues après Andriy Shevchenko (46 millions) et Fernando Torres (58). C'est un secret de polichinelle que l'oligarque russe veut voir la prochaine saison du foot offensif et une équipe rajeunie qu'il a décidé de confier à Roberto Di Matteo. " Fini le boring football de ces dernières saisons ", espère-t-il. C'est en ce sens qu'il faut comprendre les récents transferts pour la bagatelle de 58 millions d'euros de Hazard, Kevin De Bruyne (qui devrait être prêté) et Marko Marin. En attendant, un attaquant de classe mondiale pour remplacer Didier Drogba, parti s'enrichir un peu plus à Shanghai. A ce titre, Hulk (Porto) serait l'objectif numéro un des Londoniens. D'autres départs importants sont à prévoir. Chelsea devrait se séparer d'autres figures marquantes comme José Bosingwa, Salomon Kalou (que l'on annonce à Lille), Michael Essien et Florent Malouda. Si Hazard n'a reçu aucune certitude quant à sa future position, il ressort des diverses entrevues avec le staff qu'il occupera son poste de numéro 10 derrière l'attaquant de pointe. Et quant à la crainte de ne pas être titulaire, Eden pourra toujours avancer la jurisprudence Torres. El Nino a été maintenu dans l'équipe malgré des contre-performances répétées... PAR THOMAS BRICMONT Lors de la prolongation du contrat d'Hazard au LOSC en janvier 2011, une clause de départ de 40 millions avait été inscrite. Manchester United offrait un salaire plus important que Chelsea.