MICHY BATSHUAYI LA FLÈCHE NOIRE

Difficile de citer un club bruxellois par lequel Michy Batshuayi (18 ans) n'ait pas transité. Du FC Evere au FC Brussels, en passant par Anderlecht, le jeune Belgo-Congolais a roulé sa bosse un peu partout dans la capitale. Paradoxalement, c'est à Liège, au Standard, qu'il semble enfin s'être stabilisé. Vitesse, sens du but, il forme déjà un tandem de feu avec Gohi Bi Cyriac. Mémé Tchité peut se faire du souci !
...

Difficile de citer un club bruxellois par lequel Michy Batshuayi (18 ans) n'ait pas transité. Du FC Evere au FC Brussels, en passant par Anderlecht, le jeune Belgo-Congolais a roulé sa bosse un peu partout dans la capitale. Paradoxalement, c'est à Liège, au Standard, qu'il semble enfin s'être stabilisé. Vitesse, sens du but, il forme déjà un tandem de feu avec Gohi Bi Cyriac. Mémé Tchité peut se faire du souci ! La direction gantoise, le manager Michel Louwagie en tête, a sans doute eu le nez creux en délogeant Christian Brüls (23 ans) à Westerlo l'été passé. Les Bleu et Blanc ont dû déposer 1 million d'euros sur table mais l'attaquant germanophone les revaudra largement. Pour mettre tous les atouts de son côté, le flanc droit à la tignasse rousse a cessé de fumer ses 20 cigarettes quotidiennes. Mieux vaut griller un adversaire... Des cinq Brésiliens repris dans le noyau d'Anderlecht en début de saison, il ne reste plus que lui comme valeur sûre ( Reynaldo a été prêté à Westerlo, le duo Diogo- Samuel remballé et Kanu fait de la figuration). Faudrait-il être formé en bas âge au Sporting pour avoir la chance d'y percer comme Carioca ? Après Luis Oliveira, qui avait fait ses classes à Neerpede avant d'aboutir en Première à la fin des années 80, Fernando Canesin (bientôt 20 ans) est bien parti. Une seule apparition, en fin de saison passée face à Lokeren, lui valut déjà l'étiquette de nouveau Lozano. Mêmes cheveux noirs comme jais, classe balle au pied, déhanchement. Dommage qu'en raison de la concurrence, il n'ait rang que de super sub. Peu de joueurs peuvent se gausser d'avoir transité à la fois par Neerpede et La Masia... Le gardien Urko Pardo (29 ans) est de ceux-là. Coéquipier de Maarten Martens en classes d'âge des Mauves et de Lionel Messi et Xavi chez les Blaugranas, le Bruxellois aura dû attendre cette saison pour jouer la Ligue des Champions. Et ce, avec l'Apoel Nicosie, véritable invité-surprise au stade des huitièmes de finale. Avant cette consécration, il avait pas mal bourlingué, jouant tour à tour à Carthagène, Sabadell, Iraklis Salonique, Rapid Bucarest et Olympiacos, où il fut l'équipier de Kevin Mirallas la saison passée. Fini le back droit, Guillaume Gillet (27 ans) peut enfin donner libre cours à son tempérament offensif dans son rôle de flanc. Ses chevauchées fantastiques, crinière au vent, se révèlent des plus payantes avec une kyrielle de buts inscrits tant en championnat qu'en Europa League. A ce train-là, le Liégeois pulvérisera son total de 17 goals en 2005-2006 avec l'AS Eupen, en D2. L'année 2012 n'aurait pu mieux commencer pour lui, avec la signature d'un nouveau bail de 4 ans. Sans compter une toute première paternité, prévue incessamment. Certains joueurs fraîchement acquis mettent six mois, voire un an pour s'adapter. D'autres se fondent immédiatement dans leur nouvel entourage. C'est le cas de William Vainqueur (23 ans) que le Standard est allé pêcher au FC Nantes, l'été passé. Dès sa première sortie à Hanovre, le milieu de terrain français a séduit par sa clairvoyance et son abattage impressionnant. Depuis, il n'a cessé de justifier le 1,7 million d'euros nécessaire à son embrigadement. Certains n'avaient pas foi dans les capacités de José Riga (54 ans) à driver une équipe du niveau du Standard : il n'avait officié comme coach principal en D1 qu'à Mons ! Le début de saison cahin-caha des Rouches a amené de l'eau au moulin des sceptiques. Mais suite à la spirale ascendante de l'équipe, les doutes se sont estompés. Mieux même : la considération a grimpé. L'entraîneur des Rouches réussit au-delà des espérances avec une équipe complètement remodelée. Le Standard, c'était pour lui, la chance de sa vie. Et il est en train de la saisir à pleines mains. En panne d'arrières centraux l'été passé, l'entraîneur d'Anderlecht, Ariel Jacobs, n'eut d'autre ressource que de faire reculer Cheikhou Kouyaté (22 ans) de son poste de demi à celui de stoppeur au côté de Roland Juhasz. Un coup dans le mille car l'échalas sénégalais a rapidement trouvé ses marques à cette place, au point d'y effacer Ondrej Mazuch, transféré à Dniepropetrovsk entre-temps. Vitesse, placement, gabarit : Cheikh a tout d'un grand. Il lui reste évidemment à soigner sa relance. Passé de l'Excelsior Virton au Club Bruges l'été passé, on se disait que Thomas Meunier (20 ans) mettrait sans doute du temps à digérer l'écart entre une bonne équipe de D3 et celle qu'on pointait carrément comme favorite de la Jupiler Pro League. Mais l'attaquant de Sainte-Ode a joui très tôt des faveurs du coach, Adrie Koster. Depuis le remplacement du Hollandais par Christoph Daum, le Gaumais a dû se résoudre à prendre place sur le banc. Sa voie semble toutefois toute tracée chez les Bleu et Noir. Ce n'est qu'une question de temps. Parmi les jeunes, c'est le coach qui monte. Loué par Michel Preud'homme pour la qualité de son travail avec les Espoirs de Gand en 2009-2010, Bob Peeters (38 ans) avait choisi de mettre le pied à l'étrier au Cercle Bruges. Contrairement à son devancier chez les Vert et Noir ( Glen De Boeck parti au bout d'un an pour se crasher au Beerschot et à Venlo), Baby-face estime que son apprentissage est loin d'être fini. Et il vient de rempiler pour deux ans. PAR BRUNO GOVERS