1. Yari Verschaeren

YARI BRÛLE-T-IL ?
...

YARI BRÛLE-T-IL ? Parfois, en fouillant de fond en comble une décharge, on trouve un billet de 500 euros entre deux tartines périmées. Vous pensez que c'est une légende ? Alors, comment expliquer qu'au milieu de la pire saison de son histoire, Anderlecht parvient à sortir de Neerpede un talent exceptionnel, peut-être encore plus prometteur que celui de Youri Tielemans ? Yari a l'âge où on prie pour ne pas devoir montrer notre carte d'identité en achetant une bouteille d'alcool, mais il roule déjà sur le championnat. CAZINHO ROYALE Qui a dit que l'Académie ne produisait plus de talent ? Bon, ok, Zinho a dû partir en Italie pour apprendre à défendre mieux que personne, mais son coeur semble toujours marqué au fer rouche. Patron de la défense liégeoise, encore monté en grade suite au départ de Luyindama pour la Turquie, il pourrait déjà revendiquer une place dans le noyau élargi des Diables Rouges. Aussi aimé au nord qu'au sud du pays. Le prochain ministre de la défense, c'est lui. LA BOTTE SECRÈTE À force de faire son trou dans un Calcio toujours réticent à aligner des jeunes, il a attiré l'oeil curieux de Roberto Martinez. En se penchant sur le 3-4-3 de l'Atalanta, le sélectionneur a découvert un joueur aux poumons extensibles et à la hargne contagieuse. Suffisant pour faire de lui le seul absent des 23 Russes à pouvoir revendiquer un poste de titulaire après le Mondial. Et dire que le club de Bergame voulait d'abord transférer Thomas Foket... SILENCE, CA MOUSSE Pas toujours efficace, mais systématiquement spectaculaire, le Malien est devenu l'un des nouveaux chouchous de Sclessin, en manque de frissons depuis que Mpoku n'arrive plus à passer la deuxième vitesse et que Carcela ne sort du garage qu'une semaine par mois. Déjà convoité à l'étranger, ses dribbles supersoniques font faire des cauchemars aux défenseurs latéraux adverses. Quand les bons choix deviendront plus nombreux que les mauvais dans la zone de vérité, ça risque de faire très mal... LE ROI DES BLEUS Perdre Pozuelo en pleine course au titre ? Pas de problème. Genk avance Malinovskyi sur l'échiquier et dégaine Bryan Heynen, juste à temps pour avoir un deuxième enfant de la maison dans le onze qui risque bien de rafler le titre national. Une bonne manière de faire taire les dirigeants rivaux, qui aiment glisser off the record que la réputation de club formateur de Genk est usurpée. Technique, puissant et rusé, Heynen a tout d'un futur patron du championnat. Voire d'un Diable Rouge en puissance. LES TIRS DE L'AIGLE Charleroi, c'est ça. Les Zèbres peuvent ramener l'ancien Taureau d'or de Perbet au bercail, s'offrir les services d'un ancien meilleur buteur de Ligue 2 ou couvrir d'or Massimo Bruno, c'est forcément le joueur le plus inattendu qui explosera. Débarqué avec une réputation flatteuse ternie par des blessures annoncées, Osimhen s'est rapidement fait une place dans le onze et ne l'a plus lâchée. Avec des buts, des courses en puissance et un style qui fait des ravages. Le portefeuille zébré sourit déjà. SAVEURS D'ORIENT Quand un petit escadron de Japonais a débarqué au Stayen, dans la foulée des nouveaux propriétaires du club, les doutes et les railleries étaient forcément de la partie. Et puis, la Pro League a découvert le calme d'Endo, le talent défensif de Tomiyasu, et surtout les buts de Daichi Kamada. Avec son sens du jeu hors-pair et sa technique pure, le buteur nippon est devenu l'un des meilleurs attaquants du championnat en l'espace de quelques mois. L'animateur numéro un du jeu débridé des Canaris. NEC plus ultra Remplacer Limbombe ? Pas un problème pour Bruges, qui a déniché Arnaut Danjuma, talent inexplicablement passé sous les radars néerlandais au NEC. Quelques mois après son arrivée dans la Venise du Nord, l'ailier plantait pourtant son premier but en Oranje dans le derby des Plats Pays. Entre-temps, il avait roulé sur le Standard dès la Supercoupe, laissant bouche bée les joueurs liégeois. Sans sa blessure, Genk aurait-il vraiment déroulé sur la route du titre ? LES FLEURS DU MAEHLE Il déborde. Il se replace. Il repart. Il revient. Dans la vie, Joakim Maehle court. Beaucoup. Tout le temps. À Genk, le Danois a explosé tous les tests physiques. Et pour couronner le tout, il se débrouille plutôt bien quand un ballon arrive dans les parages. Le profil idéal pour labourer un flanc de Pro League, voire pour décoller à terme vers les sommets européens. C'est évidemment le Racing et son scouting haut de gamme qui ont eu le nez creux. Encore une opération qui risque de rapporter des millions. LE MIRACLE DE BERND En Belgique, on se souvenait seulement de lui comme le metteur en scène d'une Hongrie audacieuse, mais finalement ravagée 4-0 par la Belgique d'Eden Hazard en 2016. Alors, l'Allemand est venu à Mouscron pour montrer de quoi il était vraiment capable. Avec une défense faite de joueurs moyens, il a construit une forteresse. Avec son football géométrique, il a jeté à la poubelle les excuses des coaches qui justifient leur jeu minimaliste par le manque de talent à leur disposition. Un coup de fraîcheur âgé de 56 ans.