Les entraîneurs de Major League Baseball et de National Football League ont déjà la possibilité de demander un challenge. Bientôt, leurs collègues de NBA le pourront également mais de manière limitée. En base-ball, un coach peut intervenir une fois, deux s'il a raison, en football américain, l'entraîneur peut demander un challenge à deux reprises, trois s'il avait raison les deux pre...

Les entraîneurs de Major League Baseball et de National Football League ont déjà la possibilité de demander un challenge. Bientôt, leurs collègues de NBA le pourront également mais de manière limitée. En base-ball, un coach peut intervenir une fois, deux s'il a raison, en football américain, l'entraîneur peut demander un challenge à deux reprises, trois s'il avait raison les deux premières fois. Les basketteurs n'obtiennent qu'un challenge par match, indépendamment des répétitions du Replay Center officiel, qui décide si un joueur a marqué deux ou trois points ou si un lancer a été effectué dans les temps. " C'est nouveau et très excitant ", dit-on au Board of Governors de la National Basketball Association. C'est la logique même dans un business qui génère des millions mais la NBA n'a pas franchi le cap en une nuit. Les premières expériences datent de 2014, en D-League, le laboratoire où la NBA teste la faisabilité des nouvelles technologies ou des projets de nouveaux règlements. Ça n'a pas été un succès complet. Chaque entraîneur avait droit à un challenge pendant le temps de jeu régulier, avec un supplémentaire s'il avait raison, et le match pouvait être interrompu deux fois pendant les prolongations. Mais il fallait attendre longtemps les images. Durant la saison 2013-2014, il fallait compter 90 secondes avant de pouvoir revoir les images, un an plus tard, il ne fallait patienter que 49 secondes et depuis, le délai est passé sous les 30 secondes. Cinq ans plus tard, les challenges sont finalement intégrés au règlement mais nettement moins que prévu au départ. Et seulement pour une année, avec un nombre minimum de phases qui peuvent faire l'objet de réclamations. Pendant la Summer League de Las Vegas, on a testé pour la première fois le connected basketball, un ballon intelligent de Spalding, auquel est intégrée une puce qui envoie toutes les données aux utilisateurs de certaines applications.