Le 1e janvier, les footballeurs étrangers et les Belges domiciliés à l'étranger ne bénéficieront plus de la taxation minimale de 18 %. En revanche, les clubs récupéreront 70 % du précompte versé sur les salaires bruts des joueurs habitant en Belgique, somme dont un tiers devra être investi dans la formation des jeunes. Des étrangers risquent de quitter les clubs belges dès qu'ils bénéficieront d'un tarif fiscal moins avantageux. Les clubs offriront-ils des salair...

Le 1e janvier, les footballeurs étrangers et les Belges domiciliés à l'étranger ne bénéficieront plus de la taxation minimale de 18 %. En revanche, les clubs récupéreront 70 % du précompte versé sur les salaires bruts des joueurs habitant en Belgique, somme dont un tiers devra être investi dans la formation des jeunes. Des étrangers risquent de quitter les clubs belges dès qu'ils bénéficieront d'un tarif fiscal moins avantageux. Les clubs offriront-ils des salaires bruts plus élevés pour compenser la perte essuyée par certains joueurs ? Anderlecht a annoncé que des victimes involontaires telles que Nicolás Frutos et Lucas Biglia recevront des compensations. Celui-ci vient d'ailleurs de parapher un contrat adapté valable jusqu'en 2012. Genk discute avec les managers de ses joueurs belges qui vivent en Allemagne pour raisons fiscales. Au Standard, on se réjouit de la modification fiscale. " Tous nos joueurs sont domiciliés en Belgique et le club a toujours pratiqué la législation fiscale complète ", assure Pierre François. " Le problème se pose pour certains joueurs étrangers qui ont conservé une résidence dans leur pays mais le Standard n'est pas concerné par la nouvelle législation à ce niveau. En revanche, cette réforme nous permettra d'investir encore plus dans la formation des jeunes et on sait l'importance que le Standard lui accorde. " Et le Club Bruges ? Il estime que l'employeur ne peut être tenu responsable des conséquences d'un changement de régime fiscal et qu'il ne demandera pas à des footballeurs comme Koen Daerden, qui vit à Lille, de déménager en Belgique pour récupérer 70 % de son précompte. " Ce n'est pas budgétisé. Je ne vois pas de problème ", rétorque le manager sportif, Luc Devroe. " A leur demande, nous discutons avec quelques joueurs mais nous avons tenu compte du changement de loi dans les contrats récents. Ceux des autres arrivent bientôt à échéance et certains, comme Salou, veulent partir. Nous évaluerons les suites de cette loi d'ici six à neuf mois ". Brian Priske est de ceux qui discutent avec Devroe. " Je vais perdre un tiers de mon salaire. Si j'avais su, je n'aurais sans doute pas signé. Je me plais ici, j'ai le sentiment que nous serons champions mais j'attends une solution à mon problème fiscal. Le temps de retourner au pays est-il venu ?" CHRISTIAN VANDENABEELE