J'ai décidé, moi qui ai toujours bien aimé les maths, d'analyser, uniquement par les chiffres, le bilan du premier tour. La Belgique nous intéresse au plus haut point mais j'avais envie de nous comparer à d'autres championnats et j'ai choisi de regarder ce qui se passe chez nos voisins néerlandais ainsi que dans les cinq pays où la compétition est normalement la plus relevée. Je veux parler de l'Angleterre, de l'Espagne, de l'Italie, de l'Allemagne et de la France.
...

J'ai décidé, moi qui ai toujours bien aimé les maths, d'analyser, uniquement par les chiffres, le bilan du premier tour. La Belgique nous intéresse au plus haut point mais j'avais envie de nous comparer à d'autres championnats et j'ai choisi de regarder ce qui se passe chez nos voisins néerlandais ainsi que dans les cinq pays où la compétition est normalement la plus relevée. Je veux parler de l'Angleterre, de l'Espagne, de l'Italie, de l'Allemagne et de la France. Hormis le fait non négligeable que les Bataves ont toujours quatre équipes qualifiées en Coupe d'Europe, on peut considérer que les statistiques de leur championnat et du nôtre se ressemblent très fort. Des équipes qui dominent le championnat, des clubs du bas de classement récoltant très peu de points, les pays où on enregistre le moins de matches nuls (17,8 % pour la Belgique et 22,8 % pour les Pays-Bas), la meilleure attaque pour Bruges à égalité avec Arsenal (45 buts) avec 1 match disputé en moins et 4 équipes à plus de 40 buts aux Pays-Bas. Pays-Bas et Belgique font partie du top 3 de la moyenne de buts inscrits par rencontre avec l'Allemagne intercalée en 2e position (2,93 buts par match). Nos voisins d'outre-Moerdijk sont à la 1re place avec 3,13 et les nôtres à la 3e avec 2,83. On dénombre 6 équipes à moins de 10 points pour les sept championnats analysés ; l'Atalanta étant la seule à se joindre aux 2 belges et aux 3 néerlandais. Aux points perdus, la Juventus se joint à AZ Alkmaar et au PSV à la 2e place derrière Bruges qui domine avec seulement 7 unités concédées. Au niveau des matches gagnés et perdus, Bruges en perdant le duel au sommet chez les Anderlechtois laisse la place de seule équipe invaincue à Lyon tandis qu'Ostende en triomphant de La Louvière laisse à l'Atalanta le siège peu enviable de seul club n'ayant pas encore connu le moindre succès dans ce championnat. Autres classements peu reluisants : ceux de la plus mauvaise attaque et de la défense la plus perméable. Le 1er est remporté par Istres avec 10 buts inscrits en 19 matches (Den Bosch 10/17 et Numancia 10/16). Quant au second, la palme revient au RBC avec 45 goals concédés juste devant le Cercle de Bruges avec 43. Au nombre de buts encaissés, la Juventus avec 7 en 16 matches (0,4375) est devancée par Lyon avec 8 en 19 rencontres (0,4210). La France est le pays de tous les paradoxes. Lyon (seule équipe invaincue et meilleure défense au prorata) est le leader qui a perdu le plus de points (18), gagné le moins de matches (10) et marqué le moins de buts (23). Istres, outre sa place de moins bonne attaque, est le dernier qui a récolté le plus de points avec Numancia (mais avec 3 matches joués en plus) et qui a perdu le moins de matches (9/19). Les meilleures attaques (Auxerre et Saint-Etienne avec seulement 26 buts en 19 matches) sont au moins égalées par 38 clubs des 6 autres championnats qui ont disputé moins de rencontres. 39 % des matches se terminent par des nuls devant l'Italie 33 %. C'est également le pays où l'on marque le moins (2,12 buts/match) devant l'Espagne (2,35). Et Caen, la plus mauvaise défense avec 30 buts, n'encaisse que 1,578 but par match, meilleure moyenne. Vivian Dumongh, Buzet