Sonck- Dagano, le duo le plus productif du continent. Aujourd'hui, on ne les compare plus à Strupar et Oulare mais à ce qui se fait de mieux en Europe. Wesley talonne Mario Jardel, qui se définit comme le meilleur joueur du monde dans les 16 mètres. Et pour notre confrère Het Laatste Nieuws, c'est surtout à ...

Sonck- Dagano, le duo le plus productif du continent. Aujourd'hui, on ne les compare plus à Strupar et Oulare mais à ce qui se fait de mieux en Europe. Wesley talonne Mario Jardel, qui se définit comme le meilleur joueur du monde dans les 16 mètres. Et pour notre confrère Het Laatste Nieuws, c'est surtout à Jos Daerden que revient le mérite d'avoir fait progresser Dagano à ce point. Il lui a donc demandé d'établir le bulletin des deux joueurs et de le comparer avec les points attribués en début de saison. Dagano passe de 66 à 79% tandis que Sonck voit sa cote grimper de 76 à 82%.C'est au niveau de la puissance (9/10) que Dagano se distingue le plus. "Il me fait penser à George Weah", dit Daerden. "Parfois, deux ou trois joueurs s'accrochent à lui mais il ne tombe pas. Ou alors, il est capable de passer en force entre quatre ou cinq joueurs. C'est vraiment impressionnant". Paradoxalement, l'entraîneur-adjoint de Genk estime que Dagano doit encore apprendre à encaisser les coups. "Il a déjà progressé mais doit encore travailler. Avant, il se laissait facilement tomber et rouspétait sur l'arbitre. Il doit apprendre à se relever et à continuer son action".Il pense aussi que le Burkinabé manque encore d'explosivité. "Son démarrage est bon mais pas super. Il prend de la vitesse au fil des mètres et, quand il est parti, personne ne le rattrape".De l'explosivité, Sonck n'en manque pas: "C'est même l'une de ses plus grandes qualités. Je le trouve encore plus explosif qu' Emile Mpenza. Quand il reçoit le ballon, c'est une bombe prête à éclater. Le Mpenza blanc obtient deux autres notes de neuf sur dix. Au niveau tactique, tout d'abord. "Il est très malin, très subtil. Il ne redescend jamais en milieu de terrain mais est toujours présent où ça doit bagarrer. Ce sont des choses qui font toujours douter l'adversaire". Enfin, Daerden apprécie beaucoup la simplicité de Sonck. "Ni les Diables Rouges, ni le Soulier d'Or, ni l'intérêt dont il fait l'objet de la part de clubs étrangers n'ont changé sa façon de se comporter. C'est quelqu'un qui reste les pieds sur terre et c'est admirable". (P. Sintzen)